mars 31, 2016

Montage Richard 2016.pmd

Partagez

Présidentielle de 2016 : Talon élu sans contestation : une première

mars 31, 2016

La Cour constitutionnelle a donné les résultats définitifs du second tour de la présidentielle de 2016 dans la matinée d’hier 30 mars. Elle «proclame définitivement élu Président de la République Monsieur Patrice Athanase Guillaume Talon». Mais l’histoire retiendra que cette élection n’a pas été contestée par qui que ce soit. Au Bénin, c’est une première depuis l’avènement du renouveau démocratique. 

«Vu la proclamation provisoire, le 25 mars 2016, des  résultats de l’élection présidentielle du 20 mars 2016; Considérant qu’aucune contestation relative à la régularité des opérations électorales n’a été déposée au greffe de la Cour par l’un des candidats dans les cinq jours de la proclamation provisoire comme le prescrit l’article 49 alinéa 3 de la Constitution ; Article 1er : Proclame définitivement élu Président de la République Monsieur Patrice Athanase Guillaume Talon». En effet, le 25 mars dernier, la Cour a donné les résultats provisoires qui plaçaient déjà Patrice Talon en tête des suffrages exprimés avec 65,37% contre 34,63% pour son challenger, Lionel Zinsou. Les articles 2 et 3 de la décision précisaient : «Dit que la présente proclamation est provisoire et ne sera définitive qu’après la décision de la haute juridiction sur les contestations éventuelles des candidats à l’élection du 20 mars 2016» ; «Dit que les recours en contestation doivent intervenir dans le délai de cinq (5) jours à compter de la présente proclamation». Autrement, d’éventuelles contestations pouvaient encore influencer ces résultats si elles étaient fondées. Mais, la Cour ne les recevra jamais. Car, c’est fort de ce qu’aucune contestation ne lui a été adressée que la Cour a proclamé les résultats définitifs hier. Patrice Talon est donc élu sans que personne ne conteste son élection. Depuis l’avènement de la démocratie au Bénin, en 1990, c’est la première fois que la Cour constitutionnelle déclare un candidat élu sans d’abord se pencher sur de multitudes contestations. Les élections à polémiques sont surtout celles de 1996 et 2001 entre Nicéphore Dieudonné Soglo et Mathieu Kérékou  et 2011 entre Boni Yayi et Me Adrien Houngbédji. En 1996 et 2011, Soglo a fortement contesté l’élection et la réélection de Kérékou, soulignant qu’on lui a volé ses victoires. La Cour ne l’a pas suivi. La réélection au 1er tour en 2011 de Yayi est toujours contestée par nombre de béninois, surtout par son challenger de l’époque, Me Houngbédji. Ce K.O, beaucoup de béninois n’y croient toujours pas. Mais à l’arrivée, la Cour de Robert Dossou a validé les résultats sortis des urnes. Par contre, les présentes présidentielles auront été caractérisées par l’absence de contestations, aussi bien au 1er tour qu’au second tour. La Commission électorale nationale autonome (Céna) a donné, dans un temps record, les grandes tendances du 1er et du second tour. La Cour constitutionnelle n’a fait que suivre ces grandes tendances, ne procédant qu’à quelques redressements. Les sages attendaient des contestations qui ne lui seront jamais parvenues. Au sein des populations également, la victoire de Talon est passée comme une lettre à la poste. A juste titre, son challenger au second tour, Lionel Zinsou, a reconnu sa défaite quelques heures après la clôture du scrutin du 20 mars. Le «Nouveau Départ » défendu par le candidat Talon sera lancé le 6 avril prochain avec son investiture.

 Jean-Marie Sèdolo

Partagez

Assemblée Nationale : Sept députés Fcbe  déjà dans l’escarcelle de Patrice Talon

mars 31, 2016

Le Parlement béninois fera sa mue. Elle est inévitable, surtout avec les ralliements qu’on observe en ce moment après la présidentielle de 2016. Déjà, sept députés cauris ont choisi de convoler en justes noces avec le nouvel homme fort du Bénin.

L’Assemblée Nationale du Bénin fera sa rentrée parlementaire le 12 avril prochain. Ce sera dans le cadre de l’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2016 comme le prévoient les dispositions de l’article 87 de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990. Selon cet article en effet, «  L’Assemblée nationale se réunit de plein droit en deux sessions ordinaires par an. La première session s’ouvre dans le cours de la première quinzaine du mois d’avril. La deuxième session s’ouvre dans le cours de la seconde moitié du mois d’octobre. Chacune des deux sessions ne peut excéder trois mois ». A l’occasion de cette rentrée parlementaire l’institution que dirige le Président Adrien Houngbédji fera aussi une mue avec pour conséquence majeure, la modification profonde de sa configuration politique. Sept députés des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) qui ont fortement contribué au sacre du Président Patrice Talon, nouvel homme fort du Palais de la Marina lui feront formellement allégeance. Il s’agit des députés Nassirou Arifari Bako, Domitien Nouhémou, Rachidi Gbadamassi, Sofiath Schannou, Sabaï Katé, Aké Natondé et Jean-Michel Abimbola. La liste n’est pas exhaustive puisque selon des bruits de couloirs, d’autres députés élus sur la liste des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) s’affranchiront pour basculer dans le camp de la rupture.

L’inévitable cassure des groupes parlementaires

L’autre grande conséquence de cette mue sera la modification de la composition des groupes parlementaires. Cela n’est d’ailleurs plus un secret pour personne. La présidentielle de 2016 a consacré la dislocation des grands ensembles politiques qui ont été créés çà et là. L’UN de Bruno Amoussou, l’And de Barnabé Dassigli (selon les dernières décisions rendues par les structures compétentes), l’Alliance Soleil de Sacca Lafia, l’Alliance Eclaireur d’Edmond Agoua…ont perdu des plumes à l’issue de cette consultation électorale. Ce n’est donc pas évident que certains de leurs députés qui ont choisi de soutenir Talon ou Zinsou continuent d’officier ensemble au sein d’un même groupe parlementaire. D’où l’inévitable cassure des groupes qui existaient au Parlement au profit de nouveaux groupes qui vont se constituer avec d’autres dénominations à consonance «Rupture» pour un nouveau départ.

Affissou Anonrin

 

Liste des députés de la 7ème législature soutenant Patrice Talon

Alliance ABT 02 sièges

ZOUMAROU MALLY BODA MAMOUDOU (Talon)

AFFO OBO AHMED TIDJANI (Talon)

Parti RESOATAO 01 siège

HINNOUHO MOHAMED TAOFICK ATAO (Talon)

Alliance ECLAIREUR 02 sièges

GOUNOU SALIFOU ABDOULAYE (Talon)

AGOUA ASSOGBA EDMOND

FCBE 33 sièges

BAKO ARIFARI NASSIROU (Talon)

BAKO IDRISSOU KATE SABAÏ (Talon)

GOUNOU SANNI KASSA D. BARTHELEMY

DOMITIEN N’OUEMOU (Talon)

BAGANA GILBERT

DAFIA ABIBA

GIBIGAYE MOHAMED

 DJENONTIN A. VALENTIN

GARBA YAYA

KORA GOUNOU ZIME

YAROU SINATOKO KIARE

GBADAMASSI RACHIDI (Talon)

BAH GUERA CHABI

BAGOUDOU Z. ADAM DEGNY

LEON OKOUNDE JEAN EUDES KOTCHIKPA

TCHOBO D. VALERE

OKOUNLOLA BIAOU ANDRE

DEGLA A. BENOIT ESSOU

NOUDOKPO PASCAL ESNOS

GBAHOUNGBA DAVID

BIDA YOUSSOUFOU

ATCHADE NOURENOU

JUSTIN ADJOVI

DAGNIHO ROSINE

SCHANOU SOFIATOU (Talon)

CODJO DOSSOU SIMPLICE

JOSEPH BAMIGBADE

ABIMBOLA JEAN MICHEL (Talon)

AKE NATONDE (Talon)

JEAN-MARIE ALLAGBE

PRD 10 sièges

PADONOU CORNEILLE (Talon)

AKOTEGNON RAPHAEL DOSSOU (Talon)

AGUEMON BADIROU DIN-OLAMODE O. (Talon)

HOUNGBEDJI ADRIEN (Talon)

AKISSOE HOUEDOUGBE NOEL (Talon)

SANI YIBATOU (Talon)

ZINSOU AGNONGNY EDMOND (Talon)

JANVIER DONHOUAHOUE (Talon)

AHOUANVOEBLA SEDOGBO AUGUSTIN (Talon)

GBENOU PAULIN (Talon)

Alliance UB 02 sièges

HOUNGNIBO K. LUCIEN

AHONOUKOUN TOSSOU MARCELLIN (Talon)

AND 05 sièges

MAURICE CHABI KOTOTCHA

HOUNDEGBE OCTAVE COSSI

TOGNI CYPRIEN (Talon)

HOUDE ADITI VALENTIN (Talon)

AGBODJETE HOUNSA JUSTIN (Talon)

Alliance SOLEIL 04 sièges

ISSA SALIFOU (Talon)

BAGOUDOU I. O.

RENE GBIAN ROBERT (Talon)

LAFIA SACCA (Talon)

Alliance FDU 04 sièges

ADOMAHOU JEREMIE

AGBELESSESSI COKOU ALEXIS (Talon)

NAGO COFFI MATHURIN (Talon)

SOSSOU DAKPE (Talon)

U N 13 sièges

HOUNDETE ERIC LOUIS CAMILLE

PRUDENCIO CLAUDINE AFFIAVI (Talon)

 AMOUSSOU ANGE-MARIE BRUNO (Talon)

GBENONCHI GERARD (Talon)

DEGBEY KUADJO JOCELYN L. (Talon)

AZANNAÏ CANDIDE ARMAND MARIE (Talon)

DJOGBENOU JOSEPH (Talon)

NOBIME AGBODRANFO C. PATRICE (Talon)

AHOSSI COMLAN LEON

IDJI ANTOINE KOLAWOLE (Talon)

VLAVONOU GBEHOUNOU LOUIS (Talon)

KOUSSONDA ADJIBADE MOUKARAM (Talon)

HOUANGNI PARFAIT (Talon)

Alliance RB-RP 07 sièges

NORBERT AHIVOHOZIN

VIEYRA EP SOGLO HONORINE ROSE-MARIE (Talon)

NAZAIRE SADO (Talon)

GILDAS AGONKAN

DJIMAN KOFFI ADOLPHE

YAHOUEDEOU FRANCOIS JANVIER (Talon)

YEHOUETOME BONIFACE

Partagez

Actions urgentes dès le 6 avril prochain :  Soglo propose trois priorités à Talon

mars 31, 2016

Le président Nicéphore Dieudonné a mené le combat contre la FranceAfrique et pour la réalisation de la rupture d’avec le régime du changement. Combat remporté haut les mains. Mais l’ancien président de la République ne crie pas pour le moment victoire. Pour lui, «c’est maintenant que le plus dur commence. Pas d’euphorie à avoir», prévient-il. Pour Soglo, il faut transformer l’échec de la continuité en victoire pour la rupture. Et pour se faire, dit-il, toutes les intelligences doivent être mises ensemble. «Talon est condamné à réussir », déclare l’ancien maire de Cotonou «mais pas seul». Il appelle donc à la conjugaison des efforts et énumère quelques priorités pour le nouveau président après son investiture le 6 avril prochain. D’abord, Nicéphore Dieudonné Soglo propose au président Patrice Talon, une fois installé, de convier toutes les forces qui ont contribué à son élection à un enrichissement voire un amendement de son projet de société. Après cela, la première priorité consistera à faire l’état des lieux des dettes intérieures et extérieures. Soglo propose à Talon de faire appel au Fonds monétaire international (Fmi) dont l’expertise ne peut être contestée. Comme deuxième priorité, Soglo propose à Talon de demander au Fmi de l’aider à faire une réforme fiscale. «S’il ne le fait pas, il est foutu», ajoute le président-maire. Enfin, pour la sécurité et la paix dans la sous-région, notamment au niveau de l’espace Cedeao, Soglo invite le nouveau président du Bénin à se rendre à Abuja au Nigéria, pays le plus important dudit espace, afin de discuter de la mise en commun des services de renseignement et des forces capables de combattre le terrorisme. Talon devra ensuite se rendre dans toutes les autres capitales de la Cedeao pour la même cause, souligne Soglo. Le déplacement d’Abuja devra aussi lui permettre de demander la fourniture du gaz au Bénin pour faire tourner ses centrales. Car, «pas de développement sans énergie», rappelle l’ancien président de la République. Tout ceci étant fait, le président du «Nouveau Départ» pourra aller voir du côté de l’Europe et des Etats-Unis. Ce sont des conseils d’aîné que Soglo voudrait bien que Talon écoute.

Jean-Marie Sèdolo

Partagez

Duel épique avec Patrice Talon , un ancien soutien : Boni Yayi a bien échoué (Il a six jours pour partir)

mars 31, 2016

Le jeudi 6 avril 2016, le Président Boni Yayi quittera définitivement le palais de la présidence de la République du Bénin en qualité de Président en fonction. Il lui reste six jours après son échec face à celui qu’il n’a certainement jamais espéré lui arracher le pouvoir, Patrice Talon. C’est une leçon de vie politique.

Ironie du sort. Qui l’eut cru ? B Y a échoué devant Patrice Talon. Et il va lui laisser le fauteuil de la marina dès le mercredi 6 avril prochain.Et de deux tout de même au Bénin. Un président de la République organise des élections et échoue lamentablement. Depuis plusieurs années, personne ne vendait assez cher, la peau de Patrice Talon. Le seul maître à bord du navire Bénin, avec le pouvoir Exécutif concentré entre les mains et des entrées faciles pour tenir à respect d’autres institutions de la République, avait juré en découdre avec lui. Il l’a recherché dans plusieurs  dossiers sérieux. Le pays a vécu des heures chaudes des mois durant. Mais au finish, le Tout puissant président a échoué.

Car, pour les élections présidentielles, il a trouvé un candidat face à tous les autres. Patrice Talon a eu l’outrecuidance de s’engager pour la présidentielle au Bénin. Quelle témérité, face à un Chef d’Etat qui le recherche à tous les coups.

Mais c’est sans compter avec les dossiers présidentiels qui à la fin perdaient la face devant les juridictions béninoises. De fil en aiguille, la candidature de Patrice Talon a été retenue et il y a participé en toute liberté. A la fin, c’est Boni Yayi  qui a échoué face à Patrice Talon. Pourtant, il l’a présenté presque partout comme celui à qui les Béninois ne devraient jamais confier les destinées de leur pays. Malgré toutes ses démarches, c’est à son poursuivi que la majorité des Béninois ont confié le pouvoir. Boni Yayi a donc définitivement échoué. Après lui à la tête de l’Etat, c’est bien Patrice Talon qui prend le pouvoir pour l’exercer pour cinq ans. Une grande leçon de vie que peut-être Boni Yayi feint de reconnaître en continuant de gérer le pays à vue d’œil comme si de rien n’était. Or, il est à une semaine de sa sortie définitive du palais de la présidence de la République en qualité de Chef de l’Etat en fonction.Et comme se plaisent à dire certains, à la tête du Bénin, « Boni Yayi  c’est fini ». Le sort en est jeté et c’est p t qui lui prend le pouvoir par les urnes pour l’exercer. Il faut vivre longtemps pour voir une chose et son contraire. Certainement que le Président Boni Yayi en tirera des leçons pour son avenir pastoral, économique ou politique.

Junior Fatongninougbo

Partagez

Absence de marches de remerciement après les élections : Signes du réel départ de Yayi

mars 31, 2016

La présidentielle de 2016 s’est achevée au Bénin. Aucune marche de remerciement n’a encore eu lieu nulle part en guise de remerciement aux populations. L’ère de Boni Yayi serait –elle vraiment finie ? 

Contrairement à ce que vit le peuple béninois depuis environ huit ans, aucune marche de soutien n’a été organisée nulle part depuis la proclamation du second tour de la présidentielle de 2016. Cela apparaît comme un fait très important par rapport à ce que subissait le Bénin depuis que Boni Yayi est au pouvoir. En temps normal et si Boni Yayi avait encore des mois à passer en tant que Président de la République, les citoyens marcheurs seraient en train d’inonder les rues presque tous les jours.  Organisées par les thuriféraires de son régime, et surtout par les Ministres et les Directeurs des sociétés d’Etat, les marches seraient la ration hebdomadaire un peu partout dans le pays. La ripaille serait à vos lots. Mais actuellement, le peuple est paisible et ne subit aucun assaut de populisme. Après son adresse au peuple pour le remercier, le Président élu contrairement à son prédécesseur n’a organisé la moindre descente dans le plus petit village du Bénin. Ces signes qui tranchent avec l’habitude du régime Yayi laissent penser qu’apparemment, le nouveau départ voudrait avoir un sens.

Junior Fatongninougbo

Partagez

Après la victoire du candidat de la rupture : L’Ujvg félicite Patrice Talon et le met en garde

mars 31, 2016

Après la Présidentielle de Mars 2016, l’Union des jeunes pour une vision gagnante (UJVG) a effectué, hier 30 mars 2016 au Codiam de Cotonou, une sortie médiatique. Une occasion pour féliciter Patrice Talon et le mettre en garde contre les « envahisseurs ».

A l’instar de tous les mouvements politiques qui ont soutenu la candidature de Patrice Talon, l’Union des jeunes pour une vision gagnante (UJVG) a également donné de la voix ce mercredi 30 mars 2016 au Codiam de Cotonou. A travers une déclaration lue par M. Hervé Zinsou Hounkpatin, président du mouvement, l’UJVG tient à saluer la victoire sans bavure de M. Patrice Talon à la Présidentielle de mars 2016. Elle met en garde le nouveau président du Bénin contre les « ouvriers de la 25e heure » qui l’ont pourtant combattu par les moyens les plus sordides… » afin de ne pas tomber dans leur piège. L’Union des jeunes pour une vision gagnante « réitère sa détermination à travailler à ses côtés pour le développement du Bénin ». A cette occasion, les soutiens déterminants des alliés de la rupture que sont Sébastien Ajavon, Abdoulaye Bio Tchané, Pascal Irénée Koupaki etc. sont reconnus à leur juste valeur par le porte-parole de l’UJVG.

Cependant, il a également adressé ses félicitations au candidat Lionel Zinsou-Derlin qui « n’a pas attendu les grandes tendances de la CENA pour reconnaitre sa défaite et féliciter son challenger Patrice Talon… ». Les mêmes félicitations sont allées aux institutions telles que la CENA, la Cour Constitutionnelle, les observateurs nationaux et internationaux, les médias etc. pour leurs contributions qualitatives.

L’Union des jeunes pour une vision gagnante tient également à rendre un hommage bien mérité à tous ses démembrements dans tout le Bénin pour le travail de qualité ayant contribué à la brillante élection de Patrice Talon. Elle prie ce dernier à « mettre au cœur de ses actions la compétence et la rigueur pour le développement du Bénin ».

Pascal Hounkpatin

Partagez

Hier en France : Rencontre Talon-Ouattara à Paris

mars 31, 2016

Le président élu du Bénin, Patrice Talon, a rencontré son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, hier mercredi 30 mars 2016 à Mougins en France. Voici le communiqué de la présidence de la République de Côte d’Ivoire qui a sanctionné ce tête-à-tête.

COMMUNIQUE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE DE CÔTE D’IVOIRE

Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire et Président en exercice de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), a reçu, ce mercredi 30 mars 2016, en sa résidence de Mougins (France), le Président élu du Bénin, Son Excellence Monsieur Patrice TALON.

Au cours de leurs échanges, le Président Alassane OUATTARA s’est réjoui du déroulement pacifique du scrutin présidentiel, confirmant ainsi la maturitéì démocratique du peuple béninois.

Il a par ailleurs réitèreì ses vives félicitations au Président TALON pour sa brillante élection et lui a adresséì ses vœux de réussite dans l’exercice de son mandat.

Les deux Chefs d’Etat se sont engagés aÌ œuvrer au renforcement des excellentes relations de fraternitéì et de coopération qui existent entre le Benin et la Côte d’Ivoire.

Fait aÌ Abidjan, le mercredi 30 mars 2016

Partagez

Hausse du prix des produits pétroliers : L’essence, une denrée rare à Cotonou depuis hier

mars 31, 2016

L’essence de contrebande communément appelée « Kpayo » est devenue rare depuis hier mercredi 30 mars 2016 à Cotonou et environs. Le litre d’essence est vendu 800fcfa voir 1000fcfa.

800 fcfa voir 1000fcfa, voilà le prix que le litre d’essence a coûté dans la journée d’hier mercredi à Cotonou. C’est le calvaire que les conducteurs de véhicules et moto de  toutes catégories confondues ont subi hier mercredi 30 mars 2016 à Cotonou et environs. «  Je n’ai pas trouvé de l’essence à payer malgré que j’aie de l’argent. Je suis allé à la station mais il y a  trop de monde et je me suis retourné parce que je dois aller au service », a dit un fonctionnaire rencontré devant un étalage de vente de l’essence à Agla. Comme lui, bon nombre de béninois ne sont pas allé au service hier mercredi. C’est le cas de Roméo rencontré sur la voie Pk14 trimbalant sa moto avec des sueurs au front. «  je ne suis pas sûr d’aller au service ce jour parce que n’ayant pas trouvé de l’essence, il a laissé sa moto auprès de son mécanicien pour rentrer chez lui. D’autres par contre ont garé leur véhicule au bord de la voie et ont pris « Zémidjan » pour aller au service.

Les raisons qui justifient l’augmentation du prix de l’essence « kpayo »

Les raisons qui justifient l’augmentation du prix de l’essence « Kpayo » varient d’un vendeur à un autre. Pour « Hoonon » vendeur de l’essence à Godomey, l’essence est devenu rare au Nigéria. c’est pourquoi dit-elle, le prix a augmenté au Bénin. Comme vous le savez, si le Nigéria est en crise le Bénin est aussi en crise, a-t-elle ajoutée. C’est les mêmes raisons qu’on a entendu partout où nous sommes passés. « Le gouvernement Nigérian avait annoncé son intention de réduire graduellement les subventions au carburant à 408,68 milliards de nairas en 2016 et 371,18 en 2017. Or, les plus grandes villes Nigérianes subissent une grave pénurie d’essence, répercussions de retards de paiement des subventions consenties précédemment aux importateurs de pétrole, de la chute de nairas et des difficultés d’accès aux crédits.

 

Ruée vers les stations de vente de l’essence

Un long rang par ci, par-là, voilà la scène que nous avions assistée hier mercredi dans les stations d’essence de Cotonou et environs.  A la station Totale d’Aïbatin hier, les véhicules sont alignés l’un derrière l’autre y compris les motocyclistes pour pouvoir payer de l’essence. Ceux qui ont souffert le sont les conducteurs de taxi-moto. Ils sont restés durant des heures sous le soleil avant de trouver de l’essence. A la station totale de Gbédégbé, le constat est le même. Le rang des véhicules venus prendre de l’essence a débordé la station pour venir jusqu’au niveau de la voie pavée. Ce qui a bloqué la circulation à ce niveau durant des heures. Dans les autres stations comme celle d’Agla, les riverains n’ont même pas trouvé de l’essence. Face à ce manque de l’essence chaque année, le nouveau président élu doit savoir qu’il y a du pain sur la planche pour trouver de solutions à ce problème.

Boniface Kabla

Partagez

13è édition du Festival international de théâtre du Bénin : Erick-Hector Hounkpê dresse un bilan à mi-parcours satisfaisant

mars 31, 2016

Le Directeur du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb), Erick-Hector Hounkpè a donné un point de presse le lundi 28 mars 2016. L’objectif : présenter aux professionnels des médias le bilan à mi-parcours du déroulement de la 13ème édition de la Biennale. A ses dires, l’équipe va gagner le pari de l’édition 2016 de ce festival.

Le bilan à mi-parcours du Fitheb 2016 est  reluisant ! C’est la conclusion qui se dégage du point de presse qu’a donné le  Directeur du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb), Erick-Hector Hounkpè le lundi dernier. Pour le pré-Fitheb, une dizaine de collèges et d’écoles primaires parcourus, pour des lectures scéniques sur 4 pièces de théâtre de dramaturges béninois, une vingtaine de spectacles d’attraction donnés à Cotonou, Porto-Novo, Lobogo, Abomey et Parakou, pendant que, pour cette manifestation internationale proprement dite, il faut enregistrer une ouverture officielle réussie, le jeudi 24 mars dernier, au Village du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) par le jeu du spectacle, ’’La nuit du songe’’, la commémoration de la Journée mondiale du théâtre (Jmt), le déroulement normal d’une programmation réaménagée, le transport, la restauration et l’hébergement des festivaliers assurés, la dotation de ceux-ci d’une police d’assurance et, enfin, la prise de mesures spéciales pour assurer la sécurité des personnes et des biens, sur tous les sites d’exercice du Fitheb. Les éléments d’un reluisant bilan à mi-parcours de la 13ème édition de la Biennale d’envergure internationale, un point réalisé par le Directeur Erick-Hector Hounkpè, ce lundi 28 mars 2016, dans la petite salle de spectacle du Fitheb, pour le compte du point de presse qu’il a fait devant les journalistes culturels. Se rapportant à la commémoration de la Journée mondiale du théâtre (Jmt), l’intervenant a montré qu’elle a connu 3 étapes : en collaboration du Fitheb avec l’Association ’’Okpara culture’’ et le Centre béninois de l’Institut international de théâtre (Iit), la tenue d’une causerie basée sur une communication donnée par le Docteur Romain Hounzandji, sur le thème : « Le théâtre béninois de 1990 à nos jours », ce qui a permis la mise en place de 2 panels, respectivement, sur l’état des lieux de ce théâtre et les perspectives de son développement. Par ailleurs, Pascal Wanou, représentant de l’Iit, a procédé à la lecture de la déclaration de l’institution, en commémoration à la Jmt 2016. Deuxièmement, Erick-Hector Hounkpè a procédé à l’exécution d’une tradition, la distinction de 5 personnalités du monde du théâtre béninois : Eliane Chagas, Fidèle Gbégnon, James Rémy Salanon, Gérard Hounou et Marcel Orou-Fico. Enfin, un gâteau symbolique a été coupé pour la célébration des 25 ans du Fitheb.Concernant les couacs qu’aurait connus l’édition 2016 du Fitheb, ils sont liés aux attentats terroristes respectifs de Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire, et de Bruxelles, en Belgique, ce qui a créé un bouleversement de la programmation initiale à cause de l’annulation du voyage de certaines compagnies qui sont arrivées plus tard que prévu, d’où le repoussement de leur représentation plus loin dans le programme et le positionnement des créations béninoises disponibles, plus en avant, afin de combler les trous créés par cette situation internationale d’insécurité. Par rapport, en outre, à la sécurité des festivaliers, Erick-Hector Hounkpè a indiqué l’inclusion dans un des sous-comités travaillant sous sa direction d’experts des ministères des Affaires étrangères et de la Sécurité, ce qui entraîne le déploiement de policiers en civil sur tous les sites où les activités du Fitheb s’exercent.

Junior Fatongninougbo

Partagez

Page suivante »

where can i buy research papers online thesis service write a comparison essay school papers buy $ do my homeworknet