Supposée non-participation au vote de Ajavon du 19 mai 2015 à l’Assemblée : L’Honorable Valentin Aditi Houdé dément

décembre 31, 2015

VALENTIN ADIDI HOUDE (Alliance G13 BAOBAB)Le président de l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (And), Valentin Aditi Houdé, a rencontré hier, 30 décembre 2015, la population de l’arrondissement de Kpanroun à Zinvié, dans la commune d’Abomey-Calavi. Ce meeting de remerciement et de présentation du candidat unique de l’And, a été une occasion pour l’Honorable de faire le démenti des allégations de certaines autorités selon lesquelles M. Sébastien Ajavon n’a pas porté Me Adrien Houngbédji au Perchoir.

C’est une manière de défendre l’indéfendable en soutenant que l’homme d’affaire Sébastien Ajavon n’a pas participé à l’élection de l’actuel président de l’Assemblée nationale, le 19 mai 2015. Selon le président de l’And, Ajavon n’est pas un député mais il a participé à ce vote d’une manière ou d’une autre. D’abord, Valentin Aditi Houdé dit avoir voté avec la procuration du député Justin Agbodjèté, avant de donner sa propre voix pour le président Adrien Houngbédji. Ensuite, plusieurs députés à l’Assemblée nationale, notamment Nazaire Sado, Claudine Prudencio et Parfait Houangni qui ont déjà rallié Sébastien Ajavon, ont été aussi les acteurs de cette victoire du 19 mai 2015. Tout cela pourrait être compris par le lien intrinsèque qui existe entre ces Honorables et l’homme d’affaire, souligne le président de l’And. A en croire ce dernier, Adrien Houngbédji et Sébastien Ajavon sont des amis de vieille date. Par ailleurs, Houdé n’a pas manqué de reconnaitre les mérites des populations de Kpanroun qui ont témoigné de leur soutien indéfectible aux candidats de l’And au cours des dernières élections. «Nous sommes venus pour vous remercier», a notifié le président Valentin Aditi Houdé. Il a expliqué les fondements de la crise au sein de l’Alliance qui a provoqué le départ de certains militants. «C’est vous qui m’avez choisi président de l’And. Cinq individus ne peuvent pas me déchoir», a-t-il reconnu. Le candidat à l’élection présidentielle de février 2016 a plusieurs mérites que Valentin Aditi Houdé a mentionnés. Pour lui, l’homme n’a pas attendu la prochaine présidentielle avant de commencer par faire des œuvres sociales. Il a la crainte la crainte de Dieu, il est sensible aux peines des populations, il a l’amour du prochain…, a ajouté Houdé. La représentante des femmes, Léocadie Ahissou, a remercié et rassuré à cet effet, tout le bureau de l’And de suivre toutes les instructions de l’Honorable Houdé pour l’élection présidentielle qui se pointe déjà à l’horizon. «Nous porterons Ajavon au pouvoir», a-t-elle déclaré. Le Chef d’Arrondissement de Kpanroun, Etienne Kpossou, a salué la démarche du bureau de l’And et a, par la suite, invité tous les militants de son arrondissement à rester toujours mobilisés derrière Valentin Aditi Houdé. Ce dernier a promis revenir à Kpanroun au cours de la campagne présidentielle.

Joseph-Martin Hounkpè (Stg)

Partagez

Présidentielle du 28 février 2016 : Des militants Prd et Rb rejoignent Talon

décembre 31, 2015

Hier, mercredi 30 décembre 2015 à la maison du peuple de Porto-Novo, a eu lieu une rencontre entre les communautés Mahi, Fon, Adja, Toffin résident à Porto-Novo et les membres du Mouvement MPT 2016. Des populations de ces communautés, jusque-là militants du Parti du renouveau démocratique (Prd) et de la Renaissance du Bénin (Rb) ont décidé de se rallier à la candidature de Patrice Talon.

Ce sont Christophe Gnimavo et Rodrigue Glèlè, deux des responsables du Mouvement MPt 2016, qui ont eu l’honneur d’échanger avec les populations des communautés Mahi, Fon, Adja, Toffin résident à Porto-Novo. De leurs explications, il ressort qu’ils militaient pour le Prd et la Rb. Mais elles se disent lassées des attentes interminables de ces partis dans la désignation de leur candidat pour la prochaine élection présidentielle. Mieux, convaincues du projet de société de Patrice Talon, elles ont demandé à rencontrer le Mouvement MPT 2016 pour exprimer officiellement leur ralliement à la cause de l’homme d’affaire. En retour, les responsables du Mouvement ont profité de l’occasion pour leur présenter certains grands points du projet de société de Talon, notamment les solutions qu’il propose contre le chômage des jeunes. En outre, Christophe Gnimavo et Rodrigue Glèlè leur ont fait comprendre que sans Patrice Talon, on ne parlerait plus aujourd’hui de démocratie au Bénin pour avoir tenu tête au chef de l’Etat, Boni Yayi, au sujet de son projet de révision de la Constitution. Ces Béninois ont donc décidé de faire le pas vers Talon. Et c’est sans doute de précieuses voies pour le candidat Talon dans son combat de s’asseoir dans le fauteuil présidentiel le 6 avril prochain.

Athanase Dèwanou

Partagez

Processus de réconciliation des acteurs du football béninois : Echanges entre le CoNor et des journalistes sportifs

décembre 31, 2015

Mardi dernier au siège de la Fédération béninoise de football (Fbf) à Porto-Novo, les membres du Comité de normalisation du football béninois (CoNor) ont rencontré des responsables d’associations de journalistes sportifs. L’objectif étant d’échanger avec ces derniers pour une vraie sortie de crise.

Le Comité de normalisation du football béninois (CoNor) – pour ce qui en reste – semble être à la recherche des vraies solutions pour la crise du football béninois. En tout cas, ce mardi 29 décembre 2015, le président Rafiou Paraïso et ses collaborateurs ont échangé avec des responsables d’associations de journalistes sportifs.

Dans ses propos liminaires, Me Rafiou Paraïso a expliqué que cette rencontre entre dans le cadre du Processus de réconciliation des acteurs du football béninois. Et elle se tient à la suite d’autres rencontres avec d’autres acteurs clés du sport roi au Bénin. Pour lui, il attend de ses interlocuteurs la mise à dispositions de contributions objectives pouvant aider à ramener le calme dans la maison du football béninois. Ce qui suppose qu’il faut rechercher les causes et origines des crises cycliques afin d’envisager des solutions, voire aboutir à une solution concertée, dit-il.

Pour la plupart, des associations sportives représentées, la démarche est louable, et doit être encouragée. Car, la Presse sportive a toujours été considérée comme un maillon négligeable de la chaine du football béninois. Cette fois-ci, le CoNor lui a donné la place qui est la sienne, et elle ne manquera pas à son devoir. L’essentiel pour les intervenants étant que la noble mission du Comité de normalisation ne soit pas dévoyée. Toutefois, le porte-parole du Groupe « Sauvons le football béninois » a estimé que le temps entre l’invitation et la rencontre est trop court pour faire des propositions sérieuses et constructives. Par conséquent, il a suggéré que le CoNor leur accorde quelques jours de réflexion afin qu’un document écrit soit déposé au siège de la Fbf dans les meilleurs délais. Une proposition soutenue par tous les autres représentants d’associations.

Mais avant, Bob Assani Chakouri et ses associés ont estimé que la presse sportive est divisée, et que le CoNor ferait également œuvre utile en aidant à sa réconciliation.

Pour René Sagbo du Réseau des journalistes de sport au Bénin (RJSB), il a déploré le fait que le CoNor soit sélective dans la livraison des informations. Ce qui contribue à la publication d’informations contradictoires, voire tendancieuses par les organes de presse. Mieux, il a demandé à Me Rafiou Paraïso et ses collaborateurs d’aider les journaux à mieux les aider en leur donnant un peu de moyens de façon équitable.

Quant à Miguel Gnuimassoun de l’Association des photojournalistes et cadreurs des sports du Bénin, il a souhaité que le CoNor use de tous les moyens pour que le ballon roule à nouveau au Bénin. Car, sans événement sportif, il n’y a point de journalistes, ni de techniciens d’images de presse.

Reprenant la parole, Me Paraïso a remercié les représentants d’associations de presse pour avoir répondu à son invitation. Il promet tenir compte des préoccupations afin de donner satisfaction dans la mesure du possible. Il a demandé à ses interlocuteurs de tenir aussi compte des contraintes de temps du CoNor afin de déposer diligemment leurs propositions.

Pascal Hounkpatin

Partagez

Séance de lecture à la bibliothèque ‘’Mava’’ de Cotonou : L’artiste peintre béninoise Sika Da Silveira parle de son art

décembre 31, 2015

La bibliothèque du musée d’art et de la vie active (Mava) a accueilli la peintre béninoise, Sika Da Silveira, dans le cadre de sa séance mensuelle de lecture. C’était le samedi 26 décembre 2015 que la jeune artiste a défendu son travail en présence de ses pairs. Une séance qui a permis à l’artiste de considérer les différentes suggestions des invités pour mieux parfaire ses créations.

Sika peut-être définie comme une artiste polyvalente. De la créatrice de bijoux aux arts plastiques, en passant styliste et graphiste, Sika accorde aujourd’hui, assez d’énergie pour la peinture. L’une des spécifiques des toiles de Sika est assurément la métamorphose patente au niveau du choix des couleurs. Chaque œuvre semble être différente de la précédente et pourtant on y trouve toujours la même construction. Privilégiant davantage la reconnexion de l’homme à la nature pour devenir lui-même, la peinture de Sika, telle une précipitation, laisse couler des eaux issues des montagnes et des grottes. Au cœur de ces toiles, on note la forte présence de coulées mystérieuses, fortes et élégantes qui font sentir l’énergie de la nature. La technique des coulées, selon elle, est inspirée par les traces laissées par les eaux sur les montagnes et les grottes. La sérénité et la force de celles-ci face aux intempéries demeurent pour Sika, une grande leçon de vie dont l’homme doit s’inspirer. Mais nous devons également, précise,t-elle, nous ressourcer à ces endroits mystérieux de la nature pour aller de l’avant. Unissant des matériels tels que : bois, tissus, pointes, fils, couleurs vives, acrylique, cendre …etc, Sika emporte les visiteurs face à ses œuvres dans un univers d’évasion émotionnelle où la paix et l’harmonie se côtoient. La question sur la nature de l’homme est la résonance de ses toiles, puisque, le bien –être de celui-ci devient sa préoccupation majeure. Dans un langage visuel de formes, de couleurs créant une composition qui peut exister totalement indépendamment des références visuelles classiques, c’est -à –dire, l’art abstrait, Sika, peintre non conformiste pense que l’humanité doit s’ouvrir davantage à la nature pour connaître la paix tant recherchée. A ce titre, elle confie : « Je suis africaine mais également citoyenne du monde. Je souhaiterais à travers mon art faire découvrir davantage la culture africaine mais aussi proposer des approches de solutions aux problèmes communs à l’humanité ».

 Victorin Fassinou

Partagez

Séance explicative sur le pardon, la repentance et de la réconciliation : Une initiative de la Fondation « Les Potiers de la République » pour préserver la paix

décembre 31, 2015

La Fondation « Les Potiers de la République » a organisé hier, mercredi 30 décembre 2015, une séance explicative et d’orientation sur l’attitude du pardon, de repentance et de la réconciliation. C’est la place de la réconciliation située derrière la présidence qui a servi de cadre à cette séance.

L’objectif visé par la Fondation « Les Potiers de la République » en organisant une telle séance est comment faire pour préserver la paix dans notre pays le Bénin. Pour eux, la paix est menacée sous toutes ses formes depuis 25ans. C’est en réponse à la préservation de la paix qu’ils n’ont ménagé aucun effort pour organiser cette séance explicative et d’orientation sur l’attitude du pardon, de repentance et de la réconciliation pour sensibiliser la population béninoise. Pour le porte-parole de la Fondation «  Les Potiers de la République », Céphise Béo Aguiar, il faut ouvrir le chemin d’un Bénin nouveau. Cette tâche revient aux adolescents qui étaient nés il y a de cela 25 ans. Propos renchéris par Ramleg Gandaho de l’Ong Changement Social Bénin qui a montré qu’après 25ans, la démocratie promotrice du droit civil et politique et la satisfaction des droits économiques et sociaux demeure préoccupante. La justice sociale n’est pas effective. Les candidats aux élections présidentielles promettent un mandant de transition. Un mandant qui permettra d’amorcer des réformes profondes sur tous les plans. Mais cette alternative selon Ramleg Gandaho ne sera possible sans la trilogie repentance, pardon et réconciliation. L’alternative tant souhaitée ne sera possible avec le consensus de la classe politique toute tendance confondue telle que fût le cas en 1990. Le peuple béninois a du mal à comprendre le clivage et l’indifférence qui règnent dans le pays. Au regard de tout ceci, souligne Ramleg Gandaho, les candidats aux élections présidentielles du 28 février 2016 doivent comprendre que le peuple béninois attend juste des actions, des résultats, voire sa situation s’améliorer sur tous les plans. Les candidats aux élections présidentielles doivent répondre de ce qu’ils ont fait durant 25ans. Une condition sine qua non qui peut leur donner le droit d’aller déposer leurs candidatures. C’est très indispensable, a dit le docteur en droit constitutionnel, Horace Adjolohoun invité à cette séance.

Boniface Kabla

Partagez

Développement Durable au Bénin : Des mairies sensibilisées sur les différentes questions relatives aux Odd

décembre 31, 2015

Les travaux de l’atelier d’échange sur la plateforme communale de suivi des Objectifs du Développement Durable (Odd) sont déroulés le mardi 29 décembre 2015 à Bohicon. C’est le Directeur de Cabinet Ministère à la Présidence de la République chargé de la coordination des politiques de mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement, des Objectifs de développement durable et des Grands travaux (Mpr/Cp-Omd-Odd-Gt), Jean-Claude SourouKeke qui donné le coup d’envoi de ces assises.

Faire le suivi des projets et programmes des mairies en lien avec les Odd ainsi que le suivi des projets et programmes des Ministères sectoriels dans les différentes communes en vue d’une synergie d’actions entre les différentes parties prenantes pour le développement durable. Tel est l’objectif que vise l’atelier d’échange sur la plateforme communale de suivi des Objectifs du Développement Durable (Odd)qui s’est tenu le mardi dernier à Bohicon. Cette assise qui a connu la participation des Chargés du Suivi Evaluation de plusieurs mairies aux cadres des mairies d’avoir une connaissance approfondie de l’importance d’une fédération /synergie des actions pour l’atteinte des Odd. Au cours des travaux, les cadres des mairies ont une connaissance de l’importance et du fonctionnement de la plateforme communale. Les communes présentes ont adhéré et participé à la mise en place de la plateforme communale. Les cadres des mairies sont convaincus de l’importance d’intégrer les trois (03) dimensions des Odd à leur Plan de Travail Annuel. L’objectif de cette activité est de sensibiliser sur les différentes questions relatives aux Odd pour une meilleure appropriation et une meilleure intégration aux stratégies locales. A travers les communications qui seront présentées, le Ministère partagera avec les participants, le Programme de développement pour l’après 2015 et le rôle des Communes dans ce dispositif mais aussi la plateforme qui restera l’outil d’appréciation et d’évaluation des performances dans les cibles et indicateurs Odd.Le président de l’Association nationale des communes du Bénin (Ancb) , Luc Atrokpo à l’entame des travaux, a reconnu les efforts que fournissent le Ministre d’Etat, Professeur Fulbert AmoussougaGéro et son équipe dans le cadre des Omd au Bénin, mais aussi, les nombreuses contributions au processus de préparation des Odd tant au niveau national qu’international. Depuis 2015, de nouvelles mandatures se sont installées dans les Mairies, et de nouvelles options de développement local sont envisagées. Pour le maire président Luc Atrokpo, l’initiative d’une plateforme de suivi et de coordination des Omd et Odd vient relancer la problématique de la planification et de la programmation dans les Communes. Pour M. Atrokpo le mécanisme qui se met en place à travers cet atelier pourra apporter des réponses appropriées à ces questionnements qu’il considère comme importants pour adresser les politiques de développement durable à la base dans notre pays. Le Directeur de Cabinet Ministère à la Présidence de la République chargé de la coordination des politiques de mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement, des Objectifs de développement durable et des Grands travaux (Mpr/Cp-Omd-Odd-Gt), Jean-Claude SourouKèkèouvrant les travaux de la rencontre, s’est réjoui de la présence effective des participants à cet atelier. Ceci   témoignage de leur engagement à accompagner le processus d’appropriation de la plateforme qui constitue une étape fondamentale pour un suivi efficace des Odd.L’année 2015 constitue aussi bien pour la communauté internationale que pour le Bénin, une année charnière dans le processus de conception et de mise en œuvre des politiques de développement. A ce titre, M.Kèkè a rappelé aux participants l’échéance des Objectifs du Millénaire pour le Développement (Omd) mais aussi, l’adoption de l’agenda de développement post 2015 qu’incarnent les Objectifs de Développement Durable (Odd). Au nombre des défis qu’impose ce nouvel agenda de développement, se trouve la problématique du changement d’échelle, l’adoption au niveau local des stratégies, des politiques, des programmes et des projets intégrant le développement durable. Pour finir, il a invitéles participants à suivre avec intérêt les différentes présentations, mais aussi à contribuer aux débats pour une meilleure compréhension des thématiques liées aux Odd et à la Plateforme.

Victorin Fassinou

Partagez

Machination en vue pour la présidentielle de 2016 : Les leaders Prd et Rb ne justifieront pas de KO

décembre 31, 2015

Les citoyens foncièrement contre la corruption, la dislocation des foyers, la destruction de l’unité nationale et les concours frauduleux sous le régime actuel ne doivent pas voter pour la continuité du pouvoir finissant. Tout ralliement des leaders du Prd et de la Rb ne justifiera aucune manipulation des résultats pour prétendre faire gagner le candidat de la mouvance au premier tour.

La trouvaille de la mouvance présidentielle pour imposer son ouvrier de la 25ème heure à la tête de l’Etat en février 2016 est la moins maligne. Mais les Béninois n’avaleront plus cette couleuvre comme en 2011. Parce que la Renaissance du Bénin et le Parti du Renouveau démocratique ont eu un score considérable aux dernières élections législatives et communales, les thuriféraires de la mouvance pensent que le ralliement à leur cause des responsables des deux partis vaut le ralliement des militants et sympathisants. Erreurs ! Les militants et sympathisants de ces partis sont plutôt engagés pour la rupture et l’alternance au pouvoir en 2016. Ils ont assez subi et assez vécu le recul de leur pays, l’humiliation et la propension de la gabegie pour accepter que ce régime se perpétue. Les votes exprimés aux dernières élections en sont l’illustration.

Mais pour empêcher les Béninois de dénoncer et de se rebeller contre la machination en cours, il est savamment mijoté que l’adhésion des responsables de ses deux partis qui auraient des liens historiques séculaires avec la famille ou le candidat de la mouvance le crédite du ralliement des électorats de ces partis. Et cela pourrait

Alors il est en préparation de faire croire aux Béninois que le candidat de la mouvance a gagné par K.O au premier tour pare que la Rb et le Prd auraient rallié la cause de ce dernier. Les militants de ces partis sont loin d’être des godillots, des irréfléchis voire des assoiffés de billets de banque pour aller rallier le rang de l’imposture et de tout ce qu’ils ont décrié pendant dix ans et qui a poussé le Bénin dans la gadoue politique et dans la merde d’un gouvernement régulièrement baptisé ventilateur. Même, si les leaders rallient la cause et font toutes les sorties d’appel à l’adhésion voir même remplir les stades de gens intéressés à chaque meetings pour montrer le rassemblement de grande masses, les fils et filles de Toffa et de Gbèhanzin ne se souillent pas si facilement. Et les militants de ces partis ne se laisseront pas floués.

Le K.O ne passera plus

Dès lors, il faut savoir raison gardée en pensant que l’on peut fomenter un K.O avec un logiciel étranger et le transposer au Bénin pour faire gagner une élection au premier tour. Ce qui se passe ailleurs où des candidats gagnent au premier tour ne peut plus se passer au Bénin. Quels qu’en soient les ralliements, aucun candidat ne peut plus gagner K.O au Bénin. Il est en train d’être murmuré que le candidat de la mouvance sera déclaré à 51% et que le second sera déclaré à 30% pour justifier le grand écart qui laissera croire que le jeu et fait. Et les autres candidats seront alignés les uns derrières les autres partageant les 19% de suffrages restants. Les Béninois sont avertis et il vaut mieux épargner au pays les contestations voire les troubles en laissant le jeu démocratique se faire et décompter les réels suffrages exprimés.

Même le plan faisant état de ce que dès le mois de janvier un institut de sondage européen viendra dire que le candidat de la mouvance est en tête dans les pronostics est déjà su et sera contesté par les citoyens. Car, c’est sur ce schéma qu’on compte lancer la machine dite du KO pour finalement chercher à expliquer que les sondages avaient placé le candidat «mouvancier» en tête de peloton. Cela ne servira pas. Le Bénin est certes pacifique, Dieu aime certes le Bénin, mais il ne faut pas abuser plus longtemps de la patience des autres et penser qu’ils se laisseront toujours faire. Sachons raison gardée et que ceux qui sont responsables à divers niveaux des organes d’organisations et de gestions des élections fassent triompher l’intérêt national.

Junior Fatongninougbo

Partagez

Fait marquant de l’année finissante : Patrice Talon, l’homme de l’année 2015

décembre 31, 2015

Talon internetLoin du rendez-vous électoral de février 2016 qui s’approche, on ne peut pas boucler cette année 2015 sans parler de celui qui a le plus marqué notre démocratie. Au fait, l’élément marquant, pour la plupart de nos lecteurs interviewés, c’est l’élection de Me Adrien Houngbédji au perchoir de l’Assemblée nationale le 19 mai 2015. Que ce serait-il passé ce jour-là si ce n’était pas Me Houngbédji qui était élu ? Certainement que beaucoup de Béninois auraient choisi de quitter le Bénin pour diverses raisons. Pour être objectif, avec le temps, les langues se sont déliées et on a compris que le premier artisan de ce qu’on peut qualifier de «sauver» la démocratie béninoise, c’est Patrice Talon. Qu’on soit pour ou contre lui, on est obligé de reconnaitre que le Bénin a poussé un ouf de soulagement après cette élection. Pour les proches de l’homme, non seulement il y a mis les moyens mais aussi le cœur. Cela fait certainement parti des raisons pour lesquelles le régime finissant lui en veut à mort. Entre autres raisons, son refus de participer à une révision de la Constitution a été l’élément fondamental qui l’oppose à Boni Yayi. Mais, il y a qu’au-delà de ça, en exil, il aurait pu croiser les bras et observer. Les Béninois lui doivent quelque chose pour avoir réussi au moins à faire élire Me Houngbédji au perchoir, au détriment du candidat du pouvoir en place.

 Jean-Marie Sèdolo

Partagez

décembre 31, 2015

Montage Richard Novembre.pmd

Partagez

Indice de développement humain 2015 : Le Bénin 166ème sur 188 (32è sur 53 pays africains)

décembre 30, 2015

Le rapport 2015 du Programme des Nations Unies pour le développement est rendu public. Malgré les déclarations et agitations des gouvernants, le pays n’a connu aucun développement réel. Le Bénin est classé 166ème sur 188 pays. Et occupe la 32ème place en Afrique sur 53 pays. Selon l’Agence Ecofin, en Afrique, 3 pays sur 53 parviennent à se classer dans le groupe des pays développés (high-development), il s’agit de Maurice, des Seychelles et de l’Alglérie. 14 pays se placent parmi les pays moyennement développés, parmi lesquels la Tunisie (5e), le Gabon (8e), le Maroc (11e) ou encore le Congo (13e). Parmi les pays peu développés, on notera tout de même le classement peu glorieux de la Côte d’Ivoire (37e) en dépit de son insolente réussite économique, selon la même source. L’agence onusienne a également calculé pour, chaque pays, la différence entre le revenu brut par habitant et l’indice de développement humain (3e colonne ci-dessous). Ainsi, un nombre significatif de pays africains affichent des valeurs négatives qui démontrent l’ampleur des inégalités dont souffrent ces pays. Avec -84, la Guinée Equatoriale est le pays qui présente la plus grande différence entre son revenu et son niveau de développement humain. Le Gabon, le Botswana, l’Angola, le Nigeria ou encore la Côte d’Ivoire ont encore beaucoup d’efforts à fournir pour une meilleure répartition des fruits de la richesse. Au niveau mondial, sur 188 pays, la Norvège, l’Australie et la Suisse occupent les 3 premières marches du podium. Les USA sont 8e, la France 22e, la Russie 50e, le Brésil 75e, la Chine 90e et l’Inde 130e, ajoute ladite agence.

Partagez

Page suivante »

buy a paper best website for essays can you please give me some one who can help me write a essay best site to do my business homework good essay writers