Présidentielles de février 2016 : Talon, seule alternative face au pouvoir

novembre 30, 2015

Au fur et à mesure que l’échéance présidentielle de février approche, le paysage politique se clarifie, dévoilant dans l’arène politique deux camps opposés : celui des résistants, aux côtés de Patrice Talon et celui de Boni Yayi et de ses collabos.

En décidant de se porter candidat à l’élection présidentielle, Patrice talon il s’est retrouvé leader naturel des candidats et des Béninois qui ont défendu, de façon intrépide, la paix, les acquis de la conférence nationale et les fondamentaux de la démocratie. Traqué comme une bête immonde, il a intelligemment et pacifiquement contré toutes les fourberies. Depuis les fables autour de la supposée tentative d’empoisonnement jusqu’aux accusations calomnieuses cousues de fil «d’or blanc», sans oublier le canular autour d’une inexistante tentative de coup d’Etat, tout a foiré. Au grand désespoir du président Boni Yayi et de ses affidés. Des coups qui, au demeurant ont permis à la justice béninoise de démontrer qu’elle est capable de résister.

L’Union fait la Nation (UN), ses dirigeants et ses militants sont des alliés naturels de Patrice Talon pour avoir aussi résisté avec une endurance jamais prise en défaut. A commencer par Séfou Fagbohoun, un des ténors de cette union qui, au terme de plus de deux années d’emprisonnement, sur instruction du directeur de cabinet de Boni Yayi, (et donc du pouvoir), sans trop savoir pourquoi, a déclaré stoïquement qu’il est «le premier apprenti du changement». Comme on devait s’y attendre, il y en a eu d’autres. Parmi eux, Eric Houndété, député de l’UN, dont l’épouse a dû faire les frais des questions embarrassantes posées par son époux au gouvernement. Sans compter les autres manœuvres visant à atteindre les autres ténors de l’Union ou à affaiblir l’entité, elle-même. Bruno Amoussou, incontestable sage de l’Un aura dit toute sa déception lorsqu’avec son humour proverbial, il dénonce qu’à l’ombre d’un pouvoir qui se veut propre, on puisse «manger à la louche, avec les deux mains tout en regrettant que Dieu n’ait pas doté l’homme d’une troisième main». Depuis, de nombreux cadres, militants ou proches de cette alliance rongent leurs  freins dans l’appareil administratif.

Prd constamment attaqué

Que dire du Prd (Parti du renouveau démocratique), qui a choisi de résister, depuis 2006, à un pouvoir ivre  et qui dans son souci de tout anéantir sur son passage, n’a pas épargné maître Adrien Houngbédji, son leader, obligé bien souvent de puiser dans son intelligence d’homme politique expérimenté, les recettes nécessaires pour éviter de nombreuses peaux de bananes dont l’épisode mémorable du supposé remboursement de ses frais de campagne au titre des présidentielles de 2006 ; fonds non encore remboursés mais que le pouvoir a voulu faire passer comme une prime au silence. Pour gagner la bataille du perchoir au lendemain des législatives de 2015, il lui a fallu la mobilisation générale et le soutien sans faille de tous les résistants y compris Patrice Talon, contre le candidat soutenu par le chef des Fcbe (Forces cauris pour un Bénin émergent). Certains militants du parti de Me Adrien Houngbédji ont fait les frais de cette résistance en séjournant injustement en taule à l’occasion des législatives de 2007, avant d’être libérés ; libération présentée comme une grâce présidentielle alors que l’affaire n’a jamais été jugée. Le coup le plus récent, et peut-être pas le dernier, c’est l’acharnement remarquable dont a fait preuve le pouvoir pour faire débarquer de la tête de la Fbf (Fédération béninoise de football), Augustin Ahouanvoébla, un des membres les plus influents du parti. Un épisode curieusement semblable à celui de la destitution du poste de financier de la Céna de Freddy Houngbédji, fils du leader des «Tchoco tchoco». Aucune de ces manœuvres n’a fait fléchir le parti, ses dirigeants et ses responsables déterminés à résister au pouvoir réfractaire à toute liberté démocratique. Ce serait injuste de ne pas rappeler les cas de l’Alliance Soleil dont certains membres ont subi moult tribulations Issa Salifou «Saley» et Antoine Dayori, par exemple, œuvre du pouvoir en place. Figure dans cette alliance, l’Uds (Union pour la démocratie et la solidarité nationale) et son leader Sacca Lafia, qui a rompu les amarres avec ce pouvoir en dérive pour rallier le camp des résistants aux côtés de Patrice Talon.

Cynisme politique

La Rb (Renaissance du Bénin) qui continue de jouer à l’âne de Buridan, a été inconstant, il est vrai, mais n’a pas échappé à sa part de fourberie vu le nombre de ses militants débauchés par le pouvoir, le combat épique que son président et ses géniteurs ont dû mener pendant les dernières législatives pour préserver le parti d’une disparition forcée voulue par Boni Yayi dont le parti se croit parfois allié, mais qui ne rate aucune occasion pour le poignarder dans le dos. Même si la RB a dû faire bloc avec les Fcbe pour conserver la direction de la mairie de Cotonou, cela n’a pas empêché leur chef de nommer à la tête de la préfecture de l’Atlantique-Littoral Epiphane Quenum, un transfuge de la RB qui ne jure que par sa perte pour assurer la tutelle de cette mairie. Cela s’appelle du cynisme !

Même si dans le camp des résistants, on retrouve des éléments non encore homogènes, il se compose, toutefois, de formations politiques liées par un fil conducteur : la résistance nécessaire à Boni Yayi et ses affidés qui veulent faire du Bénin un gouvernorat.  C’est pourquoi, s’agissant de Célestine Zanou et bien d’autres résistants constants au pouvoir du «changement-refondation», la cause est entendue : il faut enfin mettre un terme à ce théâtre de mauvais goût et faire barrage à ce plan diabolique.

Yayi et ses collabos

Alors qu’il doit céder le fauteuil présidentiel dans quelques semaines, et doit d’abord  laisser les Béninois choisir lucidement un président à leur convenance, c’est le moment qu’a choisi Boni Yayi, tel un prestidigitateur, pour sortir de son chapeau la carte Lionel Zinsou, au grand dam des vrais militants Fcbe qui, logiquement prétendait à mieux. En dauphin désigné du yayisme, ce candidat importé tout droit de France pour la cause, continue de s’acclimater et de faire l’essayage des habits tropicalisés qu’il collectionne au pas de charge, dans son garde-robe. Son programme de société : perpétuer les errements du pouvoir Yayi et ses dégâts multiples et multiformes dans tous les secteurs de la vie publique. Il en donne déjà le ton en se retrouvant parfaitement dans le style frauduleux par lequel le président sortant berne les Béninois par la démagogie et la violation constante des lois de la République. La preuve tangible, c’est cet hilarant projet de «4 millions de lampes solaires aux Béninois». Ressemblance sublime : à l’image de son mentor, Zinli (sobriquet donné au candidat par les Béninois), veut vendre aux Béninois son profil de «magicien» des finances, avant qu’ils ne découvrent, à retardement, une fois encore,  la vacuité du miracle annoncé.

 Damien ADONONSI

Partagez

Tournoi de football « Arbre de Noël » : Place aux les play-offs de la 5è édition

novembre 30, 2015

Les équipes qui prendront part aux play-offs de la 5ème édition du Tournoi de football « Arbre de Noël » doté de trophées Ambroise ZINSOU sont désormais connues. Il s’agit de Flamengo Fc, Deo Fc, Milano Fc, City Fc, New Real, Abeilles d’Or, Squadra Azurra, Sans Rancunes Fc, Air Force Fc, Junior Fc, Leaders Fc et Zephir Fc. Le tirage au sort de ces play-offs a eu lieu samedi dernier et donne lieu à affiches époustouflantes. Squadra-Sans Rancunes Fc se jouera sur fond de revanche. En effet, les deux équipes finalistes de la troisième édition (2013) vont encore se donner de sérieuses explications afin d’arracher le billet pour les phases finales. Sans Rancunes Fc va encore arracher la victoire à son adversaire ? Attendons de voir. Il en sera de même pour New Real et Abeilles d’Or qui s’affrontent pour une énième fois en play-offs. Egalement une autre retrouvaille entre Flamengo Fc et Deo Fc qui se sont rencontrés à la même étape l’année passée et qui a permis à Flamengo Fc de prendre le dessus.  Au finish, ce tournoi qui regroupe les jeunes de Godomey, Calavi et Togoudo autour du football réserve beaucoup de surprises. Pour Ambroise ZINSOU, Promoteur de ce tournoi, cette 5ème édition connaîtra assez de particularités. «Cette édition sera spéciale puisque nous sommes arrivés à maturité et il va falloir que la compétition prenne une nouvelle allure. Vous aurez le temps de constater le travail formidable qu’abat le Comité d’organisation pour égayer tout le public sportif de Calavi, Godomey et environs. Nous avons revu aussi à la hausse les lots à distribuer », a-t-il déclaré à la sortie du tirage. Il faut rappeler que toutes les rencontres se joueront ce samedi.

Affiches des play-offs

Flamengo Fc-Deo Fc                                         à 16h (Lafayette)

Milano Fc-City Fc                                              à 14h (Wembley)

New Real Fc-Abeilles d’Or Fc          à 16h (Baptiste)

Squadra-Sans Rancunes Fc                             à 16h (Pylônes)

Air Force Fc-Junior Fc                       à 16h (Wembley)

Leaders Fc-Zéphir Fc                                        à 14h (Lafayette)

NB: Les six qualifies vont se joindre aux finalistes de l’an dernier que sont Shalaï Fc champion en titre et l’As Merco, finaliste malheureux.

Partagez

Gestion hasardeuse du football béninois : Le coup de gueule Galiou Soglo

novembre 30, 2015

Depuis des lustres, le football béninois est au creux de la vague. Malgré les initiatives de part et d’autre, le bout du tunnel peine à se faire voir.

Sur une station de radio de Cotonou, Galiou Soglo, un ancien ministre des Sports, n’a pas été du dos de la cuillère. Pour lui, la renaissance du football béninois exige une réforme profonde dans tous les domaines. Et tout ce qui se fait jusque-là n’est qu’un trompe-l’œil.

En effet, l’ancien ministre des Sports s’est interrogé sur les réelles motivations de ceux qui nous dirigent actuellement en matière de promotion du sport dans notre pays. A l’en croire, rien ne se fait pour donner au football béninois les atouts modernes de son réel épanouissement. La preuve est que le proposition de loi sur le financement du sport initiée par ses soins pendant qu’il était député dort encore dans les tiroirs de l’Assemblée nationale. « Tu n’as pas fait assez de lobbying », lui aurait reproché ses collègues. Mais a-t-on besoin de faire du lobbying pour le bien de sa jeunesse ? Voilà la question légitime posée par ce dernier qui ne manque pas de pertinence. Pour lui, le développement du football  béninois passe forcément par la formation à la base. Ce qui sous-entend la mise en place des infrastructures sportives. Ce que l’ancien ministre des sports avait tenté d’anticiper en proposant des centres aérés dans les communes du Bénin. Mais, rien n’y fit. Toujours en avance sur son temps, Galiou Soglo a souvent été incompris. Les vendeurs d’illusions étant tapis dans l’ombre pour saper les bonnes initiatives. Les conséquences sont là. Le Bénin ne progresse pas. Les infrastructures sportives non plus. Il est important de changer de fusil d’épaule, et surtout se mettre dans une vision moderne de la gestion du sport. Autrement, tout sera géré à la petite semaine et le Bénin restera toujours à la traine.

Pascal Hounkpatin

Partagez

Perdition d’un pur talent béninois : Il faut sauver le virtuose Ulrich Quénum

novembre 30, 2015

Ulrich Quénum est un jeune footballeur talentueux en perdition. Malgré la nébuleuse qui l’entoure, il est important de le remettre sur le droit chemin.

Que devient aujourd’hui le jeune et talentueux footballeur béninois Ulrich Quénum ? Difficile de le dire avec précision. Ce qui est évident, il n’est plus aisé de le repérer sur la carte footballistique au Bénin. Mais par nos confrères de Radio Tokpa, il a pu parler aux Béninois ce week-end. Il a pu lever un coin de voile sur la tragédie qui caractérise déjà sa très jeune carrière. Il y moins de trois ans, les Béninois ont découvert le talent d’un jeune compatriote à l’occasion de la manche aller des éliminatoires de la Can cadette de football. Alors que les « Ecureuillons » étaient menés sur le score de un but à zéro, Ulrich Quénum fit son entrée en jeu au stade René Pléven de Cotonou. Ses premières touches de balle contrastent rapidement avec sa morphologie chétive qui n’autorise pas un optimisme. Grâce à son talent, le Bénin égalise et se donne de l’espoir pour la suite. Il confirme à Abidjan en ramenant avec ses coéquipiers un nul vierge bien prometteur. Un score insuffisant pour se qualifier certes. Mais le talent du virtuose Ulrich est indéniable. Tous les recruteurs de jeunes pépites sont à ses trousses. L’aventure de 11 mois au Brésil en ajoute à sa petite carte de visite. Avec à la clé une belle prestation en aller et retour face aux jeunes  Camerounais. Mais, la suite est cauchemardesque. Avec de pseudo agents et managers de tous poils, sans oublier des responsables du ministère des sports et ceux de la Fédération béninoise de football qui avaient trouvé en lui la vache à lait du siècle, tout a périclité. Ulrich Quénum, à peine 19 ans, traine encore dans les ruelles de Cotonou. Il se consacre désormais aux tournois de quartier pompeusement appelés tournois de proximité.

Depuis hier, il a une nouvelle chance pour se relancer. Grace au Père Jean-Marie Houézo, Curé de la paroisse catholique de Godomey, qui a presque lancé un SOS pour le retrouver. C’est désormais fait. Même s’il peut être considéré comme une victime du système, la grosse responsabilité lui revient. Et il en est bien conscient. « Je vous promets de revenir en force. Le football est ma passion. Je ne baisserai jamais les bras », dit-il avec conviction. Il a besoin de se faire entourer de connaisseur. Et surtout d’assainir sa vie s’il veut vraiment retrouver un bon niveau.

Espérons que sa volonté devienne une réalité. Car, un talent si pur ne peut s’éteindre aussi rapidement.

Pascal Hounkpatin

Partagez

Annulation du Gala de boxe de la Solidarité : Entre prudence et règlement de compte

novembre 30, 2015

Le Gala international de boxe dit de la Solidarité n’a pas eu lieu à Cotonou. La fête du noble art a été purement et simplement annulée par les autorités sportives du Bénin.

C’est désormais une évidence. Le Gala de boxe de la Solidarité que notre compatriote Rombo a voulu organiser à Cotonou est interdit par le ministère de la jeunesse, des sports et des loisirs. Et cela au grand désespoir des organisateurs et des amoureux du noble art.

Et pourtant, tout semblait aller sur des roulettes lorsque les initiateurs, notamment Rombo, ont annoncé l’événement. Mais il y    a seulement quelques jours, le ministère des sports a organisé une conférence de presse pour informer de la décision de ne pas autoriser la tenue du gala de boxe. Les raisons évoquées étant le cafouillage qui entoure l’organisation et surtout le non suivi des procédures administratives requises en la matière. A priori, ce n’est pas faux même si les mis en cause s’en défendent. Cependant, des sources proches des milieux de la boxe y voient également des élans de règlement de compte. Car, à l’occasion des éditions précédentes du même tournoi en France, des dysfonctionnements sérieux et récurrents sont notés. Alors que tous les boxeurs demandés par le soin du promoteur sont sur place dans l’Hexagone, seuls quelques-uns arrivent à combattre. Le reste est réduit au tourisme par la faute de l’absence « mystérieuse » de leurs adversaires, lui reprocherait-on. Et c’est pour certainement lui rendre les monnaies de ses différentes pièces que l’édition de Cotonou a foiré. Sinon, en dépit des maladresses, on pouvait sauver ce qui peut encore l’être. Surtout que la plupart des délégations étaient déjà sur place à Cotonou. L’image du Bénin a reçu un coup. Même si les organisateurs promettent revenir sous peu pour exécuter le projet sur les mêmes installations. Ce qui est évident, les jeunes pugilistes qui se sont entrainés pendant plusieurs mois en auront en travers de leur gorge pour longtemps. Avec comme pays associé, le Bénin.

Pascal Hounkpatin

Partagez

Congrès ordinaire : L’And réélu Valentin Aditi Houdé président (Sébastien Ajavon candidat de l’And)

novembre 30, 2015

L’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (And) a tenu son congrès ordinaire le samedi 28 novembre 2015 sur le terrain du Ceg 2 d’Abomey-Calavi. A cette occasion, les militants ont revu à l’unanimité les bases de l’Alliance et ont prononcé des exclusions en leur sein. L’And a également, lors de ses assises, décidé de soutenir un candidat externe à l’Alliance, en la personne de l’homme d’affaire Sébastien Adjavon pour la présidentielle de février 2016.

L’orage a secoué l’arbre mais ne l’a pas fait tomber. Les militants de l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (And) ont renouvelé leur confiance à M. Valentin Aditi Houdé, malgré toutes les tentatives de déstabilisation orchestrées par certains membres de l’alliance. C’était au cours du congrès ordinaire le samedi passé. En effet, l’And a un nouveau bureau exécutif, regroupant tous les fils du Bénin de 24 partis politiques. Un acte aussi solennel que cela soit, les présidents de ces partis ont apposé leurs signatures qui ont reconduit Valentin Aditi Houdé, épaulé par plusieurs vice-présidents dont Patrice Houssou-Guèdè. Le Président Valentin Houdé a, dans son discours, rappelé les différents faits qui ont secoué leur Alliance, tout juste après les élections législatives passées. Il salue le ferme engagement des vaillants militants qui ont su balayer du revers de la main ces coups montés. «La forte mobilisation me rassure que vous n’êtes pas de ce rang», confie Houdé. En outre, souligne-t-il, ceux qui posent ces actes de division sont loin d’être des vrais politiciens. «Dassigli n’est qu’un néophyte en politique. Il faudrait qu’il aille apprendre à grandir», renchérit Valentin Aditi Houdé.

Le bon grain séparé

de l’ivraie

Le congrès a prononcé des exclusions. En effet, en considération des différents faits jugés en déphasage des textes régissant cette alliance politique, les militants ont décidé de façon consensuelle de déchoir les présidents prévaricateurs des partis qui sont acteurs. Pour ce faire, le Président Octave Houndégbé est déchu de son titre du président d’honneur de l’And ; de même que les partis L’Ucd de Barnabé Zinsou Dassigli, Ulcd de Moussa Amadé, Psp de Boniface Kisostome, Rdd de Octave Houdégbé, Mjpd de Romaric Biaho et Rcdu de Mathias Houndonougbo. Le congrès a décidé de notifier cette décision qui prend effet à partir du samedi 28 novembre 2015, à qui de droit par exploit d’huissier.

L’and embarque avec Sébastien Ajavon pour la présidentielle 2016

L’autre décision issue du congrès est que l’And a choisi de ne pas présenter un candidat pour la présidentielle de 2016. Les militants ont préféré suivre l’homme d’affaire Sébastien Ajavon. Ce choix n’est pas fait au hasard, car c’est suivant de nombreux critères selon Valentin Houdé. Ainsi, le profil de l’homme ferait de lui un président qu’attendent les Béninois. «Aujourd’hui, c’est le meilleur candidat à même de réaliser le consensus national», dit le président de l’And. Pour lui, Sébastien Aajavon est le candidat qui pose moins de stress aussi bien à la mouvance qu’à l’opposition et même aux hommes d’affaires, parce qu’il est le moins envahissant dans les marchés publics. Sur le plan de la corruption, l’homme n’a jamais été cité dans aucun scandale financier du pays; il a par contre donné sa détermination à combattre ce fléau. «On se souvient de combat comme si c’était hier, à la Cnss, à la Ccib, à la fédération béninoise de football», soutient Valentin Houndé. Dans le domaine de la lutte contre la pauvreté, il a mené beaucoup d’action et a lutté également contre le chômage et la précarité, ajoute le député de l’And.

Composition du Bureau Exécutif de   l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (AND)

- Président, Chargé de la Coordination Nationale : Valentin Aditi HOUDE

- Vice-président, Chargé de la Coordination Nationale : Patrice Comlan HOUNSOU-GUEDE

- Vice-président, chargé de la Communication et porte-parole : Nazaire N. DOSSA

- Vice-président, chargé des relations avec les autres formations politiques : Kouassi Agbokpanzo Gérard

- 1er Vice-président, chargé des questions électorales : Raphael C. AHLONSOU

- 2e Vice-président, chargé des questions électorales : Emile MERE

- Vice-président, chargé des affaires juridiques : Pierre Dossou AGO

- Vice-président, chargé des relations avec les sages, notables et du dialogue interreligieux : Roufaï GOMINA

- Vice président, chargé de la sécurité : Alain CHODATON

- Vice-président, chargé de la santé et de l’environnement : Ismaël MAMA SIKA

- Vice-président, chargé des relations extérieures et de la diaspora : Dominique ATCHAWE

- Vice-président, chargé du développement et de la promotion du genre : Clotaire Célestine ADJANOHOUN

- Vice-président, chargé de la culture : Anne Rebecca DOSSOU GBETE

- Vice-président chargé de l’éducation et de la recherche scientifique : Amour KPOCHEME

- Vice-président, chargé des sports et des loisirs : Gilles KINSICLOUNON

- Vice-président, chargé des infrastructures et des équipements : Fabien HODE

- Vice-président, chargé de la promotion de l’agriculture et du foncier : Gérard HOUNGBE

- Vice-président, chargé de l’emploi, de la jeunesse et des valeurs citoyennes : Arias LEHA

- Secrétaire Général : Dissou AKOGBETO

- Secrétaire Général Adjoint : Jean Benoit ALOKPON

- Trésorier Général : Dr François DEGBELO

- Trésorier Général Adjoint : Narcisse Coovi AZA

- Secrétaire à l’animation de la vie politique nationale : Sylvanus A. AÏSSI

- Secrétaire Adjoint à l’animation de la vie politique nationale : Augustin D. AKODJENOU

- Secrétaire chargé des affaires sociales et de la solidarité : Parfait Vidécé COMAHOUE

- Secrétaire Adjoint chargé des affaires sociales et de la solidarité : Richard KOUKE

- Secrétaire chargé de la formation politique : Evariste M. SINKPOTA

- 1er Secrétaire Adjoint chargé de la formation politique : Calixte GNANGUENON

- 2e Secrétaire Adjoint chargé de la formation politique : Armel Evrard K. ESSOU

- Secrétaire à l’organisation : Hubert SAGBADJA ADOUKONOU

- Secrétaire Adjoint à l’organisation : Jean Marie V.HOUESSOU

- Secrétaire à la mobilisation des jeunes : Romuald CHOUKPA

- Secrétaire Adjoint à la mobilisation des jeunes : Chancerien HOUNGBEDJI

- Secrétaire à la mobilisation des femmes : Mariam Adou CHABI

- Secrétaire Adjointe à la mobilisation des femmes : Eugénie VIGNIKIN

- Secrétaire chargé des relations avec les artisans : Léon AGANON

- Secrétaire Adjoint chargé des relations avec les artisans : Aristide GNANSOUNOU

- Secrétaire chargé des relations avec les élèves et les étudiants : Sardiano SAGBOHAN

- Secrétaire Adjoint chargé des relations avec les élèves et les étudiants : Barnabé DOKPE

- Premier Secrétaire chargé des relations avec les enseignants : Odile BINAZON

- Deuxième Secrétaire chargé des relations avec les enseignants : Benoit AHONON

- Troisième Secrétaire chargé des relations avec les enseignants : Marius D. KIKI

- Secrétaire chargé des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) : Lionel CHOBLI

- Secrétaire chargé du dialogue social : Maurice KOKPE

- Secrétaire Adjoint chargé du dialogue social : Luc HONZOUNON

- Conseiller aux questions électorales : Marcellin DANSOUKPEVI

- 1er Conseiller aux Affaires Juridiques : Dieudonné Dossou KITI

- Deuxième Conseiller aux affaires juridiques : Epiphane GBOVIDEMLAN

- Premier Conseiller aux affaires politiques : Antoine Z. ADANKPETO

- Deuxième Conseiller aux affaires politiques : Coffi AKPAOUNKA

- Conseillère aux affaires féminines : Bernadette ZOMAHOUN

- Conseiller à la Jeunesse : Barnabé SAGBO

- Conseiller à la sécurité : Apollinaire N’TIA

Les bureaux départementaux, communaux, d’arrondissements, de villages ou de quartiers de villes se mettront progressivement en place.

Fait à Abomey- Calavi, le 28 Novembre 2015

LE CONGRES EXTRAORDINAIRE

LISTE DES PARTIS ET MOUVEMENTS POLITIQUES MEMBRES DE L’AND

1- Le Parti: Rassemblement pour le Progrès et le Renouveau (RPR) de Valentin Aditi HOUDE

2- Le Parti: Union Citoyenne pour la Patrie (UCP-Faaba) de Nazaire N’Déhouénou DOSSA

3- Le Parti: Rassemblement pour un Bénin Uni-SONIGNON (RBUS) de Clotaire Célestine ADJANOHOUN

4- Le Parti: Mouvement Réveil pour le Développement ESSOGBE-MIFON (MRD/ESSOGBE-MIFON); de Dissou AKOGBETO

5- Le Parti: Parti pour l’Union Républicaine (PUR) de Patrice Comlan HOUNSOU-GUEDE

6- Le Parti: Jeunesse Unie pour la République (JUR) de Arias LEHA

7- Le Parti: Union pour le Salut et la Démocratie (USD) de Gilles KINSICLOUNON

8- Le Parti: Mouvement Républicain pour la Paix et le Développement (MRPD) de Dominique ATCHAWE

9- Le Parti: Bénin Vivra (BV) de Romuald TCHOUKPA

10- Le Parti: Groupe des Bâtisseurs d’Union et de Solidarité pour le Développement (GBUS) de Anne Rébecca FAGNON DOSSOU-GBETE

11- Le Parti: Parti pour l’Essor de la Jeunesse (PEJ) de Sylvanus A. AÏSSI

12- Le Parti: Mouvement de la Jeunesse pour l’Emergence du Bénin (MOJEB) de Evariste M. SINKPOTA

13-Union pour la Libération et la Démocratie-TONAGNON (ULD-TONAGNON) de Maurice KOKPE

14-Groupe de Réflexion et d’Action pour la Citoyenneté et l’Equité (GRACE) de Parfait Vidécé COMAHOUE

15-Mouvement pour le Renouveau, la Paix et le Développement- IWA (MRPD-IWA) de Roufaï GOMINA

16-Mouvement de Réflexion et d’Action de Développement (MoRAD) de Jean-Marie HOUESSOU

17-Mouvement pour l’Union et le Développement Durable (MUDD) de Odile B. BINAZON

18-Les Sentinelles de la République (SR) de Léon AGANON

19-Mouvement la Conscience MISSITE (MCM) de Fabien HODE

20-Mouvement pour la République et l’Ethique (MRE) de Gérard HOUNGBE

21-Creuset de Réflexion et d’Action des Jeunes Engagés pour le Développement (CRAJED) de Amour KPOCHEME

22-Mouvement de la Jeunesse pour le Développement Economique et Social de Bénin (MJDES) de Luc HONZOUNON

23-Mouvement des Engagés pour le Développement et la Relève (MEDR) de Armel Evrard K. ESSOU

24- Mouvement des Jeunes pour une Démocratie Constructive (MJDC) de Chancerien HOUNGBEDJI

Abomey-Calavi, le 28 Novembre 2015

RESOLUTION SPECIALE PORTANT EXCLUSION DES PARTIS PREVARICATEURS, MEMBRES DE L’AND

- Considérant qu’après leur élection sur la liste AND, en qualité de Député à l’Assemblée Nationale, les sieurs Octave HOUDEGBE, Cyprien TOGNI, et Jacques YAMPABOU ont curieusement et contre toute attente rompu tout contact avec la base et le sommet de l’AND ;

- Considérant que les Députés cités ci-dessus ont été mis au vert à PARAKOU avec les 33 Députés de la mouvance présidentielle dans le cadre des tractations pour la mise en place du Bureau de l’Assemblée Nationale ;

- Considérant que ces Députés ont délibérément voté pour le candidat de la mouvance présidentielle, violant ainsi les dispositions de l’article 12 du Protocole d’Accord de l’AND ;

- Considérant qu’après le dépôt de la liste consensuelle, liste pourtant confectionnée sous l’égide du sieur Barnabé DASSIGLI, ce dernier, au mépris des dispositions de l’article 13 du Protocole d’Accord et de l’article 13 du Code d’Ethique de l’Alliance, a conduit secrètement une délégation composée des sieurs Justin AGBODJETE, Noel GANKPE et Bernard HOUNSOU, tous membres de l’UTD, pour tenter de tripatouiller ladite liste à la CENA;

- Considérant que le mercredi 19 août 2015, messieurs Barnabé DASSIGLI, Cyprien TOGNI et Justin AGBODJETE ont, en violation flagrante de l’article 11 de notre Protocole d’Accord, effectué un voyage sur Paris, pour y rencontrer un homme d’affaires, probable candidat à l’élection présidentielle de 2016 ;

- Considérant que le dimanche 25 octobre 2015, les messieurs Octave HOUDEGBE Président du RDB, Barnabé DASSIGLI Président de l’UTD, Boniface CHRISOSTOME Président du PFP, Romaric VYAHO Président du MJPD, Moussa AMADE Président de l’UFCD, Justin AGBODJETE membre de l’UTD, Mathias HOUNDONOUGBO Président du RPDU, Jacques YAMPABOU personnalité et Saliou FAKEYE militant du parti JUR, ont tenu une rencontre secrète à DAHE, Commune de HOUEYOGBE, où ils ont signé la grave et illégale décision de destituer le Président Valentin Aditi HOUDE et de confier la destinée de l’AND à monsieur Octave HOUDEGBE, alors Président d’honneur de l’Alliance, pendant que le Président légal était bel et bien présent sur le territoire national. Ce faisant, ils ont sciemment violé les dispositions de l’article 20 du Protocole d’Accord de l’AND ;

- Considérant que ces personnalités de l’AND ont créé un groupe informel appelé CERCLE DE REFLEXION qui ose donner des injonctions au Président de l’Alliance ;

- Considérant enfin, que tous ces prévaricateurs, depuis qu’ils ont initié leur série de forfaitures, brillent par leur absentéisme à toutes les sessions du Bureau Exécutif National, tombant ainsi sous le coup des dispositions de l’article 34 du Protocole d’Accord ;

Le Congrès Extraordinaire de l’AND, tenu les 27 et 28 novembre 2015, après en avoir délibéré, décide :

Premièrement, Monsieur Octave HOUDEGBE est déchu de son titre de Président d’honneur de l’AND pour compter de ce jour samedi 28 novembre 2015.

Deuxièmement, les partis politiques :

-UTD de Barnabé Zinsou DASSIGLI,

-UFCD de Moussa AMADE,

-PFP de Boniface CHRISOSTOME,

-RDB de Octave HOUDEGBE,

-MJPD de Romaric VYAHO, et

-RPDU de Mathias HOUNDONOUGBO sont exclus de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (AND) à compter de ce jour samedi 28 novembre 2015.

Notification des présentes délibérations sera faite à qui de droit par exploit d’huissier.

Fait à Abomey-Calavi, le 28 novembre 2015.                   Le Congrès

DISCOURS DU PRESIDENT VALENTIN ADITI HOUDE A L’OCCASION DU CONGRES EXTRAORDINAIRE DE L’AND

(Abomey Calavi le 28 Novembre 2015)

- Mesdames et Messieurs les Chefs de Partis politiques et de Mouvements politiques membres de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (AND),

- Têtes couronnées et dignitaires religieux,

- Honorables invités,

- Militantes et Militants des Partis politiques et Mouvements politiques de l’AND

- Chers Congressistes,

- Mesdames et Messieurs les journalistes et communicateurs,

- Mesdames, Messieurs.

Au début de l’ouverture solennelle du congrès extraordinaire de l’AND, je me fais le devoir filial de rappeler que notre nation est frappée par le décès du Président Général Mathieu KEREKOU qui sera conduit à sa dernière demeure à Natitingou le 12 Décembre prochain. En attendant ce jour des derniers hommages où l’AND sera présente, je vous prie de vous lever pour observer une minute de silence à la mémoire de ce grand homme.

Militantes et Militants de l’AND,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais vous saluer avec ferveur, aussi bien individuellement que collectivement, pour la grande mobilisation dont vous ne cessez de faire montre à chaque appel de notre grande Alliance, l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (AND).

Je vous suis infiniment reconnaissant et vous remercie pour ce militantisme et cette générosité qui étonnent la classe politique béninoise tout entière et qui me procurent une très grande fierté au milieu d’hommes, de femmes, de jeunes, venus d’horizons divers. Cela donne un sens encore plus éloquent à un mot clé de la devise de notre commune patrie : FRATERNITE ;

Merci pour cette conviction politique que chacun de vous manifeste de l’est à l’ouest, du nord au sud, une conviction qui fait de l’AND une Alliance très enviée, mais aussi, hélas , une Alliance à qui mille pièges politiques sont tendus tous les jours que Dieu fait. Cependant, l’AND avance et avancera toujours dans la sagesse, le dialogue, tout en conservant une rigueur et une vigilance de tous les instants. Oui, il faut constamment veiller à ce que la hiérarchie des valeurs impose l’ordre et la discipline librement consentis : chaque chose à sa place, une place pour chaque chose.

C’est justement ce qui nous réunit ici, aujourd’hui, en congrès extraordinaire.

Mesdames et Messieurs,

Qu’il vous souvienne qu’ensemble, nous avons mis l’AND sous les fonts baptismaux le 31 mai 2014.Et nous nous sommes mis résolument au travail pour affronter les échéances que constituaient les élections législatives, communales, et locales. A tous ces fronts, malgré notre jeune âge, malgré l’adversité, malgré les machinations de bas étage, malgré nos maigres moyens, nous avons mené, à tous les niveaux, des batailles héroïques avec des résultats élogieux qui flattent notre orgueil et qui forcent l’admiration de l’opinion nationale et internationale.

Ce congrès extraordinaire est une halte qui s’impose à nous pour voir le chemin parcouru et repartir sur de nouvelles bases, surtout lorsqu’on sait que nos victoires ont connu des difficultés dans leur gestion.

Mais avant d’aborder cet épineux sujet sur lequel vous êtes des milliers à manifester l’impatience de m’entendre dans un face à face de vérité comme celui-ci, permettez-moi de vous remercier de nouveau pour vos voix, celles de vos parents et de vos amis avec qui vous avez partagé les idéaux de l’AND et qui ont massivement porté leurs suffrages, sans la moindre réserve, sur notre ALLIANCE. Les résultats l’attestent avec éloquence :

Ainsi,

- Aux Elections législatives, nous avons envoyé cinq Députés au Palais des Gouverneurs de Porto -Novo pour siéger en tant que Députés de l’AND. Je dis bien « en tant que Députés de l’AND » et vous imaginez déjà pourquoi j’insiste sur cet aspect. Oui !c’est le jour de la vérité !et nous irons jusqu’au bout.

Donc l’AND a arraché cinq(05) sièges, devenant ainsi la quatrième (4ème) force politique nationale en matière de suffrages exprimés et la cinquième (5ème) force au regard du nombre de Députés élus.

- Aux Elections communales et municipales, l’AND a eu 104 sièges.

- Aux élections locales notre jeune mais grande Alliance a arraché 2 355 sièges répartis sur toute l’étendue du territoire national alors même que nous n’avions pas eu le temps matériel pour installer toutes nos structures de base.

Voilà les grands résultats que nous avons eus et qui méritent acclamations.

Mesdames et Messieurs,

Chers congressistes,

Oui ! Je proclame haut et fort que je suis satisfait du travail abattu par les uns et les autres, même si nous pouvions mieux faire.

Malheureusement, nous n’avons pas géré nos victoires comme cela se devait. Très tôt, la discipline du groupe a cédé place aux calculs égoïstes, à l’anarchie, à la forfaiture puis au parjure.

Comment avons –nous transcendé les divergences qui ont mis à mal notre jeune Alliance ?

Militantes et Militants de l’AND,

Vous méritez que je vous expose les faits, sans vraiment entrer dans les détails.

1- Au lendemain des élections législatives du 26 avril qui ont permis à l’AND d’arracher de haute lutte cinq (05) sièges à l’Assemblée Nationale, trois (03) des nouveaux élus ont curieusement rompu tout contact avec la base et le sommet de l’AND et ont pris l’option d’être mis au vert à Parakou avec les 33 Députés de la mouvance présidentielle, dans le cadre des tractations pour la mise en place du Bureau de l’Assemblée Nationale.

Le 15 mai 2015, le Bureau Exécutif de l’AND, à l’issue d’une session extraordinaire, a rendu publique une déclaration dans laquelle il s’est insurgé contre cette stratégie machiavélique au sommet de l’Etat, en prenant à témoin le peuple béninois, la classe politique et la communauté internationale. Malgré les injonctions de l’Alliance à laquelle ils appartiennent, nos trois camarades transfuges ont refusé, pour des motifs inavoués, de suivre la ligne de l’AND pendant les votes ayant consacré la formation du Bureau de l’Assemblée Nationale. L’opinion publique choquée, se souvient encore de ce comportement désobligeant des Honorables Octave HOUDEGBE, Cyprien TOGNI et Jacques YAMPABOU. En dépit de l’extrême gravité de la situation, j’ai fait prévaloir le dialogue et la sagesse pour que la cohésion revienne dans la maison AND.

2- Pendant les élections locales, municipales et communales, alors même qu’après un large consensus les listes constituées par l’Alliance ont été déposées à la CENA, le Président Barnabé Zinsou DASSIGLI, l’Honorable Justin AGBODJETE, le Secrétaire Général Noël GANKPE et Monsieur Bernard HOUNSOU, actuel chef d’Arrondissement de Calavi, se sont rendus au Siège de la CENA et ont tenté de modifier, au profit des candidats militants du Parti UTD, la liste consensuelle déjà introduite et ce, en violation du Code d’Ethique de l’AND qui dispose en son article 13 : je cite « Après le dépôt de la liste des candidats de l’Alliance à la CENA, le retrait du dossier et la modification éventuelle de ladite liste ne peuvent intervenir que sur décision du Bureau Politique National ». Devant cet acte frauduleux, les Responsables de la CENA ont opposé un refus catégorique et alerté le Vice Président et Porte-parole de l’Alliance, Monsieur Nazaire DOSSA, Mandataire de la liste AND, régulièrement désigné par moi-même, en ma qualité de Président de l’Alliance. M. Nazaire DOSSA s’est donc porté sans tarder sur les lieux et a eu la surprise désagréable de voir le Président DASSIGLI, celui-là même qui avait pourtant dirigé le comité chargé du positionnement des candidats d’Abomey Calavi sur la liste AND. Informées du comportement peu recommandable de Monsieur DASSIGLI, les instances de l’AND ont unanimement dénoncé cette déviance. Mais dans un sursaut d’orgueil, le Président Barnabé Zinsou DASSIGLI et certains membres de l’UTD sont entrés en rébellion ouverte contre ma personne.

3- A l’issue des élections communales et pendant les tractations pour la mise en place du bureau communale de ZE, le Président Barnabé Zinsou DASSIGLI a exigé sans condition que le poste de Maire revienne d’office à son Parti, l’UTD, au motif que cela servirait de lot de consolation pour son échec aux élections législatives. Les autres membres élus au conseil communal de ZE se sont insurgés contre cette méthode cavalière et antidémocratique. Le vote qui s’en est suivi a conduit à la ré- élection du Maire sortant, Monsieur Joseph DANGBENON, par quinze(15) voix contre deux (02) pour son challenger, le président AMADE Moussa qui , contrairement au deal convenu entre-temps , s’était porté candidat au poste de Maire après le retrait que Barnabé Zinsou DASSIGLI a imposé à son protégé, Monsieur Antoine HOUESSOU, ancien Maire de ladite commune.

4- Le mercredi 19 août 2015, appâté par le clinquant politique et le pouvoir de l’argent, un groupe composé de Barnabé Zinsou DASSIGLI, Justin AGBODJETE et Cyprien TOGNI, sans s’en référer aux instances dirigeantes de l’AND, a effectué une mission occulte à Paris et est entré en négociation, au prétendu nom de l’AND, avec un potentiel candidat à l’élection présidentielle de 2016.

De retour de Paris et profitant de mon absence pour raison de mission parlementaire au siège des Nations Unies à New York, mon frère Barnabé Zinsou DASSIGLI, encore lui, convoqua une réunion de quelques chefs de partis de l’AND à l’Hôtel 15 janvier situé au PK 10, route de Porto-Novo. C’était, plus précisément, le samedi 29 août. A cette rencontre il a, avec sa délégation, rendu compte de la mission occulte à Paris et n’a pas hésité à demander ma destitution. Face à cette supercherie, la réaction de certains chefs de Partis ne s’est pas fait attendre. Pour convaincre ces résistants, on leur a fait miroiter que l’homme d’affaires n’attendait qu’une déclaration publique de l’AND en sa faveur pour débloquer des fonds. A l’appui, l’homme d’affaires a été appelé au téléphone sur-le-champ pour rassurer et l’appareil téléphonique mis sur main-libre…

5- Depuis qu’ils ont conclu ce marché à Paris au nom de l’AND, ces dissidents invétérés ont cessé délibérément de prendre part aux réunions statutaires convoquées par le Président de l’AND et prétextent qu’il y a crise. Ils ont poussé l’outrecuidance jusqu’à créer un cercle illégal dit de Réflexion, qui se complait à donner des injonctions au Bureau Exécutif National par correspondance.

6- Mais là où la forfaiture a pris des allures de parjure, c’est lorsqu’au terme d’une rencontre secrète tenue le Dimanche 25 octobre 2015 à Dahè, dans la Commune de Houéyogbé (Département du Mono), un groupe de dix (10) signataires provenant de six(06)Partis politiques (sur la quarantaine de Partis et Mouvements politiques qui composent l’AND), a pris la grave et illégale décision de confier les « destinées de l’AND à l’Honorable Octave HOUDEGBE jusqu’à nouvelle ordre »

C’était l’audace de trop qui a entrainé la convocation d’une session extraordinaire du Bureau Exécutif de l’AND les 26 et 27 octobre 2015 au siège de l’Alliance à Cotonou. Cette session extraordinaire a débouché sur l’historique point de presse du 27 octobre 2015 au SUN BEACH HOTEL à Fidjrossè. Qu’il me soit permis de saisir l’opportunité de notre Congrès Extraordinaire pour exprimer ma profonde gratitude à tous les membres du Bureau Exécutif National, ainsi qu’aux militantes et militants de l’AND qui m’ont réitéré leur confiance et réaffirmé leur totale adhésion aux idéaux de notre Alliance.

Mesdames et Messieurs,

Nous avions ensemble, au cours de ce point de presse, éclairé l’opinion publique nationale et internationale. Mais nous avons aussi promis de recourir aux mesures disciplinaires appropriées qui s’imposent en la matière.

Par conséquent, en vertu des pouvoirs que me confère l’article 19 de notre protocole d’accord, j’ai décidé de convoquer un congrès extraordinaire pour qu’ensemble nous nous penchions sur les questions préoccupantes de l’heure et que nous revisitions nos textes fondamentaux.

C’est à cela que s’attèle depuis hier les membres du Bureau politique, les membres du Bureau Exécutif national, les délégués départementaux et communaux.

Je dois à la vérité de vous dire que depuis l’annonce de notre congrès extraordinaire et surtout ces dernières vingt quatre heures, mon frère Barnabé Zinsou DASSIGLI, toujours lui, a mis en branle une batterie de nuisances pour nous empêcher de tenir ce congrès :coups de fil incalculable de démobilisation, communiqués radio de boycott, articles de presse d’intoxication, réunions secrète de fausses rumeur, tracts …tout y est passé.

Mais votre mobilisation est une réponse à la mesure de sa démobilisation. Cela prouve que devant vous et moi, Barnabé Zinsou DASSIGLI n’est qu’un néophyte politique, alors qu’en toute chose il faut chercher à grandir.

Mesdames et Messieurs,

Chers congressistes,

Excusez-moi d’avoir été si long, mais il me fallait m’exprimer pour vous donner un minimum d’éléments d’appréciation.

Notre congrès se doit de prendre des décisions hardies pour que les loups ne restent pas plus longtemps dans la bergerie.

Vive l’AND !

Vive la démocratie !

Je vous remercie.

INTERVENTION DU PRESIDENT VALENTIN ADITI HOUDE RELATIVE AU CANDIDAT DE L’AND A L’ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2016

Militantes et Militants de l’AND,

Maintenant que nous avons fait le ménage dans la maison (AND), je me dois de porter à l’opinion publique nationale et internationale le message que vous m’avez confié à l’issue de nos travaux.

Après une analyse approfondie du paysage politique actuel, vous avez estimé que l’AND ne va pas présenter de Candidat à l’interne dans le cadre de la prochaine élection Présidentielle.

Nous avons alors examiné les candidatures en présence et nous avons fini par jeter notre dévolu sur un homme qui a répondu aux nombreux critères sur lesquels il serait fastidieux de revenir.

Au plan de la Paix Sociale

Cet homme est un artisan infatigable de la paix, et qui se bat de façon constante et linéaire pour la cohésion sociale et l’unité nationale. Aujourd’hui, c’est le meilleur candidat à même de réaliser le consensus national.

En effet, il est le candidat qui pose moins de stress aussi bien à la mouvance qu’à l’opposition, et même aux hommes d’affaires, tant nationaux qu’étrangers, tout simplement parce qu’étant le moins envahissant dans les marchés publics.

2-Au plan de la lutte contre la corruption

Jusqu’au jour d’aujourd’hui, cet homme n’a jamais été cité dans aucun des nombreux scandales financiers du pays. Bien au contraire, il a maintes fois donné la preuve de sa détermination à combattre ce serpent de la mythologie grecque antique, la corruption. Pour preuve on se souvient comme si c’était hier, de son combat sans merci, à la CNSS, à CCIB et à la Fédération Béninoise de Football, pour ne citer que ces exemples-là.

3-Au plan de la lutte contre l’extrême pauvreté

Par les soins de ses nombreuses sociétés pourvoyeuses de constellations d’emplois, sur toute l’étendue du territoire national, cet homme confirme son leadership en matière de lutte contre le chômage et la précarité.

De plus, il a créé une généreuse fondation qui vole au secours de nos localités en détresse sociale.

Débordant de générosité, il a acquis d’immenses superficies cultivables au profit de la jeunesse désireuse d’entreprendre dans le secteur agropastoral.

4-Homme de synthèse culturelle et de dialogue interreligieux, il apparait comme un garant de la laïcité de l’Etat et de l’unité nationale, et j’en passe !

5-Cet homme qui, au prix de mille périls, a choisi de rester au Bénin pour contribuer au développement de son pays.

Cet homme, vous le devinez bien, s’appelle Sébastien Germain ADJAVON

Chers militantes et militants de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement, AND,

   Allons partout annoncer la bonne nouvelle, et mettons-nous en ordre de bataille pour lui garantir une entrée franche au palais de la Marina, le mercredi, 6 avril 2016.

Cet appel de l’AND constitue pour chacune et chacun de nous une lettre de mission.

Partons donc !

Vive l’AND !

Vive la Démocratie !

Je vous remercie.

Partagez

Discographie : Le nouvel album « Comeback » du Vieux Cossi disponible

novembre 30, 2015

Après la présentation de son nouvel album le 30 juillet 2015 à l’Institut français du Bénin à la presse, Abel Cossi Amoussou alias «  le vieux Cossi », a procédé le samedi 28 novembre au lancement dudit album intitulé « Comeback » au Palais des congrès à Cotonou.Cet opus est composé de dix titres à savoir Gbèminhô, Suzanna, mintonminton, le chant de malony, gnonnou nousisi, leilé, yokpovi, oya, gblagada, koudjessou. Ces titres ont été chantés en live par l’artiste à travers des démonstrations qui ont égayé le public qui s’est déplacé pour ne pas se faire compter l’évènement. Dans la salle Rouge du palais des congrès, l’ambiance était au rendez-vous. Tout le monde dansait, chantait. Pour le bon déroulement de ce concert,  l’occasion a été donné à l’artiste Jolidon d’ouvrir le ballet des activités. Après lui s’en est suivi Don Metok qui a égayé le public à travers sa chanson « Sotoni »  que le public a  tant aimé. El Régo et Zeynab ont, quant à eux, tenu le public en haleine. Les invités qui ont fait  déplacement ont félicité le Vieux Cossi qui selon eux, a fait un bon qui mérite d’être soutenu. Pour l’artiste le concert a été vraiment riche grâce aux invités et les artistes qui ont presté. A la question de savoir pourquoi ce retour à la musicale après 25ans, l’artiste a indiqué que ce retour  est l’amour qu’il a pour la musique. Pour la suite à donner à ce concert, l’artiste entend travailler l’album en attendant de commencer la promotion.

Boniface Kabla

Partagez

En 4èmecongrès ordinaire vendredi dernier : Le Synere-Bénin ouvre des perspectives pour l’avenir

novembre 30, 2015

Les travaux du congrès ordinaire du Syndicat national des Enseignants pour le renouveau éducatif au Bénin (Synere-Bénin) se sont déroulés le vendredi 27 novembre 2015. A la Bourse du travail à Cotonou, les congressistes ont réfléchi sur la vie de ce syndicat et ont ouvert des perspectives pour l’avenir.

Un nouveau jour s’élève sur le Syndicat national des Enseignants pour le renouveau éducatif au Bénin (Synere-Bénin). Et pour cause, les affiliés de ce syndicat étaient en 4ème congrès ordinaire le vendredi. Au cours donc des travaux, les participants délégués par des structures de base, ont échangé leurs expériences. Ils ont débattu et confronté leurs analyses. Ils ont également pris des résolutions que les structures élues auront la responsabilité de mettre en œuvre et qui vont structurer leur plan de travail pour les trois ans qui viennent. Lors de ces assises, place était donnée de décider des orientations de leur stratégie syndicale. Par la suite, ces congressistes ont élu la nouvelle direction de l’organisation. A la cérémonie d’ouverture, nombreux syndicats amis ont reconnu les mérites du Synere-Bénin. A l’instar du deuxième porte-parole du Front d’action des trois ordres de l’enseignement, Albert Akinotcho, tous les syndicats amis ont souhaité voir le Synere-Bénin toujours engagé pour la cause des travailleurs plusdes Enseignants et du système éducatif au Bénin. Né aux sorties du congrès constitutif en août 2002, il a fait son petit bonhomme de chemin toujours jalonné de succès. Pour le Secrétaire général sortant, Anselme Amoussou, le Synere-Bénin a vécu une partie de l’âge d’or du syndicalisme en milieu enseignant. A ses dires, l’école béninoise ne peut se passer d’un syndicalisme fort. A l’en croire, le Synere-Bénin propose d’adopter un nouveau projet syndical, un projet syndical de conquête. Conquête d’espace, conquête de militants, conquête d’acquis nouveaux, dans un rapport sain et responsable avec la base et en collaboration étroite avec les autres forces syndicales. «  Nous rêvons d’un Synere-Bénin plus utile, plus accessible et disponible, plus solidaire, ouverte sur la société et efficace » a laissé entre M. Amoussou qui a invité les congressistes à ne pas se réduire au renouvellement du bureau exécutif, mais en tenant compte du contexte décrit, définir les nouveaux axes de leur action syndicale. Puisque d’après lui, le syndicalisme de revendication stérile doit céder la place au syndicalisme d’anticipation et de proposition. Pour finir, il a remercié le comité de préparation du présent congrès et salué l’accompagnement de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin).

Victorin Fassinou

Partagez

Passation de charge au Fitheb : Erick-Hector Hounkpê désormais aux commandes (Il annonce relever des défis pour rendre dynamique la structure)

novembre 30, 2015

Le nouveau  Directeur général  du Festival International de Théâtre du Bénin (Fitheb), Erick-Hector Hounkpê est rentré pleinement dans sa fonction le vendredi 27 novembre 2015.  C’était à la faveur d’une cérémonie qui a rassemblé parents amis, acteurs culturels et amis du théâtre  tout dans la salle Vip des manifestations de la structure. Ceci  sous l’égide du Ministre en charge de la Culture Paul Hounkpè.

Erick-Hector Hounkpê. C’est lui qui dirige désormais le Festival International de Théâtre du Bénin (Fitheb). Nommé en conseil des Ministres du  21 novembre 2015, Éric Hector Hounkpè ambitionne relever de grands défis à la tête de cette direction. La cérémonie qui a consacré à la prise de commandement s’est déroulée le vendredi dernier  au siège de ladite structure à Cotonou.  Deux temps forts ont ponctué cette passation de charge qui s’est déroulée dans une ambiance de convivialité. Dans un premier temps, l’assistance a eu droit aux différentes interventions. Et c’est le discours du secrétaire général du syndicat du ministère de la culture, qui a planté le décor de la cérémonie. Dans son mot, la nomination de Erick-Hector Hounkpê a suivi toutes les étapes exigées par les lois en vigueur en République du Bénin.  Ces propos ont été renchéris par le rapporteur du Conseil d’administration, Happy Goudou qui est revenu sur les différentes étapes qu’a connues la nomination du nouveau Directeur du Fitheb. A la suite de M. Goudou, le Ministre de la culture, Paul Hounkpè a reconnu le mérite du Conseil d’administration qui,  pour lui a abattu un travail formidable.  « Mon choix a tenu compte du travail du Conseil d’Administration qui a noté les trois nominés soumis à ma personne. La Politique ne doit se mêler de nos structures étatiques. Dieu seul sait réparer les choses puisque le choix de Erick-Hector Hounkpê n’a pas été contesté par le Chef de l’Etat », a laissé entendre le Ministre qui a souhaité voir le désormais Directeur du Fitheb Erick-Hector Hounkpê confirmé de par ses actes l’homme de défis qu’ont témoigné les acteurs de la culture de lui. Pour finir,  il a attiré l’attention du Directeur Erick-Hector Hounkpê sur les défis à relever. Et le  plus important pour le ministre est de voir organiser le Fitheb 2016 dans le  temps.  Ceci avant les élections présidentielles de 2016.  Et  pour cela, le Directeur  Erick-Hector Hounkpê devra vite soumettre le projet au Conseil d’Administration, a fait savoir le ministre avant de souhaiter un bon mandat à l’équipe de Erick-Hector Hounkpê.

L’homme bien conscient des défis à relever

 Le nouveau patron du Fitheb est bien conscient  de la tâche qui l’attend. C’est ce qui ressort  de son intervention. D’entrée, il a dit merci au Seigneur, à la Sainte Trinité,  au Petit Enfant Jésus Miraculeux de Prague et à la Vierge Marie. Il a par la suite  rendu un hommage au Ministre Paul Hounkpè et au Chef de l’Etat qui, à travers cette nomination, lui permet d’impacter positivement cette structure. Pour Erick-Hector Hounkpê, l’heure a sonné afin que le Fitheb soit rénové et réponde aux attentes des acteurs de la chose culturelle et des autorités.   Saisissant l’occasion, l’actuel directeur du Fitheb a levé un coin de voile sur les défis qu’il entend relever à court et à  long terme. Son  but, ce sera de contribuer à assainir la gestion tant des hommes que des fonds, d’opérer les réformes qui le permettent.  Au cours donc de son mandat, Erick-Hector Hounkpê entend : continuer ce qui a été entamé par ses prédécesseurs. Il voudrait corriger les imperfections notées.  Sur le plan administratif, le nouveau Directeur pense qu’il est temps que les reformes sécurisent les travailleurs du Fitheb. Dans ce sens, il promet engager un dialogue franc avec les administrateurs. Il compte opérer des reformes pour un professionnalisme de certains postes. Il entend mettre l’accent sur la formation et innover en créant un centre de formation. « … Mon rêve est immense, je pense jeter des graines…Si Dieu nous prête vie, nous ferons beaucoup de chose à la tête du Fitheb », a rassuré le Directeur.

 Victorin Fassinou

Partagez

4ème session ordinaire de la commune de Sèmè-Kpodji : Charlemagne Honfo pour la gestion participative du budget

novembre 30, 2015

Le maire de la commune de Sèmè-Kpodji a procédé le vendredi 27 novembre 2015, à l’ouverture de la 4ème session ordinaire.  A l’occasion, les points inscrits dans le cadre de cette session ordinaire sont portés sur  la lecture, amendement et adoption des procès-verbaux de session, étude, amendement et adoption du rapport d’activité du maire, examen, amendement  du budget du budget primitif, gestion 2016 et enfin étude,  amendement et adoption du règlement intérieur du conseil communal.  Saisissant l’occasion qui lui est donné, le maire charlemagne Honfo a invité les 19 conseillers présents à cette session de compter sur leur force pour que les points inscrits à l’ordre du jour soient étudiés cas par cas pour le bien être de la population pour que tous ensemble ils engagent dans la mesure du progrès. Il a souhaité à l’endroit de ces conseillers qu’au besoin les solliciter pour que le débat soit riche.

Junior Fatongninougbo

Partagez

Page suivante »

compare and contrast essay papers science homework answers professional written essays ap chemistry homework help help writing a thesis statement for a research paper