Processus d’actualisation de la Lépi : Les onze membres du Cos prêtent serment ce jour

avril 30, 2013

Depuis le 4 avril 2013, les députés ont élu au terme de huit jours d’âpres tractations leurs représentants au sein  du Conseil d’Orientation et de Supervision (Cos) en vue de la correction de la Lépi. Le gouvernement a désigné en plus des neuf députés le Directeur général de l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique et le Directeur du service national en charge de l’état civil pour compléter l’équipe. Tous prêtent serment ce jour devant la Haute Cour de Justice. Il s’agit des députés Fcbe  Sacca Lafia, Karim Chabi Sika, Hélène Aholou Kèkè, Nicaise Fagnon et Epiphane Quenum de la RB, puis Louis Vlavonou (UN), Augustin Ahouanvoébla (UN-PRD), Charlemagne Honfo (UN-PRD) et Comlan Basile Ahossi(UN) de l’opposition.

Tobie Ahlonsou

Partagez

Chambre de commerce et d’industrie du Bénin : Attention ! On gaspille l’argent de l’Etat

avril 30, 2013

La Chambre de commerce et d’industrie du Bénin est dans un état comateux. Dans cette maison sans équipe dirigeante depuis un peu plus de deux ans, plus rien n’est à sa place. Le salaire des travailleurs tombe difficilement. Le bâtiment qui abrite cette institution consulaire est malheureusement dans un état lamentable. Cela ne semble préoccuper personne. Plutôt  que de s’apitoyer sur le sort de cette institution qui court à sa perte, ceux qui l’administrent en ce moment préfèrent la voir mourir à petit feu. A la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin, il est en effet de notoriété publique que l’administration tourne au ralenti. Logiquement, les dépenses en fournitures de bureau ne devraient pas suivre le même rythme comme si la maison fonctionnait normalement. Mais hélas ! Tel n’est pas le cas. Un tour au magasin central de l’institution vous fait tomber des nues. Des fournitures de bureau et autres accessoires y sont stockés. Et dans quelles conditions ? Allez-y voir pour comprendre. Pour le moins qu’on puisse en tout cas dire, ce qui se passe à la Ccib est du gâchis pur, surtout que les travailleurs de cette institution tirent le diable par la queue. A qui la faute ? La question mérite d’être posée. Il urge en tout cas que Me Marie-Elise Gbèdo, autorité de tutelle de cette institution consulaire, diligente une enquête pour comprendre véritablement ce qui s’y passe.

Affissou Anonrin

Partagez

Hommage à feu Romain Vilon Guézo à Abomey : Une tribune de leçons des anciens parlementaires aux députés actuels

avril 30, 2013

M. Timothée Adanlin et M. Séidou Ami-Touré, respectivement vice-président et secrétaire général du Bureau Exécutif de l’Association Nationale des Anciens Parlementaires du Bénin, ont conduit la délégation du Bureau Exécutif et des bureaux départementaux à Abomey le 20 Avril 2013 à l’occasion des obsèques du feu Romain Vilon Guézo. L’association a profité de cette tribune pour souligner deux actions majeures du contrôle parlementaire accomplies sous la houlette de l’illustre disparu qui s’apparentent à une leçon pour l’actuelle classe politique et surtout les députés de la 6ème législature.

L’Assemblée Nationale Révolutionnaire  a été montée en épingle comme une agora de godillots, une caisse de résonance à la solde du pouvoir révolutionnaire. C’est du moins l’image que la jeune génération a de cette institution. Les 235 membres de l’Association Nationale des Anciens Parlementaires du Bénin, au nom de Monsieur Gaston Félix Etienne de SOUZA et surtout les anciens commissaires du peuple, ont saisi cette opportunité d’hommage à titre posthume  au feu Romain Vilon Guézo, président de l’Assemblée nationale Révolutionnaire,  pour corriger cette image et par ricochet donner des leçons à leurs successeurs de la 6ème législature. A l’actif de l’illustre disparu Romain Vilon Guézo en effet, il y a deux actions légendaires et courageuses. «Président Vilon Guézo, il  nous plaît de rappeler ici deux faits qui témoignent de la respectabilité de l’ANR que vous avez eu l’honneur de présider. Le premier fait est lié aux séances d’interpellation des Ministres donnant lieu à de grandes rencontres de vérité entre l’ANR et le Gouvernement sur les préoccupations précises des Commissaires du Peuple comme par exemple les questions de pistes rurales, de coton, de centres de santé, d’écoles, de relations internationales et bien évidemment de gestion des entreprises publiques et semi-publiques. Il s’est passé que deux Ministres interpellés n’ont pas répondu présents et ont envoyé leurs Directeurs de cabinet. Alors sur demande des Commissaires du Peuple, tu as suspendu la séance pour exiger la présence des Ministres concernés. Le Président Kérékou qui était très respectueux des institutions de l’Etat est venu présenter les excuses du gouvernement à l’ANR et a pris l’engagement qu’aucun ministre interpellé ne sera plus absent, à moins d’avoir négocié à l’avance le report de la séance. Le second fait est relatif au vote de la loi de finances. Aux temps forts de la crise financière qu’a connue notre pays de 1986 à 1989, les prévisions budgétaires de deux années successives ont été rejetées par l’ANR et ont dû être reprises par le Gouvernement avant leur vote parce que la commission compétente de l’ANR avait démontré que lesdites prévisions ne reflétaient pas le contenu de la note de conjoncture économique et que le principe de l’équilibre budgétaire n’était pas respecté. », a rappelé M. Victorin Dossou Sognon, trésorier général de l’association des anciens parlementaires dans le discours d’hommage à Vilon Guézo. Il s’agit là d’un témoignage vibrant ayant retenti dans les oreilles des parlementaires qui se font narguer aujourd’hui par les ministres. Les députés qui tronquent leur manteau de contre-pouvoir se comportant en chantre du gouvernement au détriment de leur privilège et mission en ont  eu pour leur compte.  La mobilisation des anciens parlementaires à Abomey est due au fait que  Feu Romain Vilon Guézo a été membre fondateur de l’Association Nationale des Anciens Parlementaires du Bénin (As-NAP-Bénin) créée depuis le 26 octobre 2002 au cours d’une assemblée générale constitutive qui s’est tenue à Porto-Novo au Palais des gouverneurs. C’est aussi grâce à l’intervention du feu Vilon Guézo qu’un décret  a été  pris en 2005 pour admettre les anciens Commissaires du Peuple dans divers grades de l’Ordre National du Bénin, même si plusieurs d’entre eux n’ont pas pu jouir jusqu’à ce jour des avantages qui pouvaient en découler. Rappelons que feu Romain Vilon Guézo a été, avec une rigueur et une habileté remarquables, Président de l’Assemblée Nationale Révolutionnaire (ANR) pendant les trois (3) législatures qu’elle a connues à partir de 1981.

Tobi P. Ahlonsou
(Corresp Ouémé/Plateau)

Partagez

Championnat national de football : La compétition de tous les désordres (Et pourtant, le ministre Aplogan a donné sa caution)

avril 30, 2013

Le championnat national de football de première division fait son chemin. Ce week-end, la 21e journée a montré une autre facette sombre de cette compétition qui n’existe que de nom.

La compétition de football qui se déroule au Bénin est tout sauf un championnat professionnel. Depuis quelques mois, les responsables de club s’échinent à faire participer leur équipe. Mais pour quel gain ? et lorsqu’on sait que le ministre des sports, Didier Aplogan a donné sa caution, il y a lieu de se poser des question. Ce qui est sûr, il doit se morfondre. Et souhaité que ce pseudo championnat prenne fin rapidement.

Des actes de violences

Le résultat, c’est que la violence gagne de plus en plus du terrain sur nos stades. Le week-end écoulé a été un condensé de ce qui se passe çà et là. Puisqu’on ne lève point le petit doigt pour intimider, voire sanctionner.
A Saint-Louis stadium où évolue l’Union sportive de Sèmè Kraké (Ussk), les arbitres en eu pour leurs comptes ce week-end. Le club local a perdu devant Aspac (1-2). Ce qui n’a pas été du goût de ses supporters qui les ont molestés. En tout cas, ils ont eu une fin de soirée difficile et réfléchiront plusieurs fois avant de refouler cette pelouse. Pourtant l’une des meilleures du Bénin.
Au stade René Pleven de Cotonou, c’est presque la même situation. Alors que tout le monde s’accoutumait du score nul qui se dessinait, l’As Police qui recevait marque dans les derniers instants. Les supporters de Adjobi Fc de Sakété ont tenté de réagir violemment. Pendant un moment, ils ont semé du désordre. Heureusement qu’ils y avaient les forces de sécurité publique dont l’équipe (As Police) était en face. Ces derniers ayant réagi promptement, et la tension a été étouffée rapidement. Mais, qu’adviendrait-il une autre fois lorsque les agents de sécurité ne seraient pas en nombre suffisant sur le terrain ?
Toujours dans ce registre d’insécurité, des stades de l’Ouémé-Plateau sont désormais réputés comme dangereux, et il est important que des mesures rigoureuses soient prises pour éviter le pire. Pobè, Sakété, Avrankou, Sèmè Kraké n’inspirent plus quiétude. Quand les équipes locales gagnent, pas de problème. Mais il suffit que le résultat ne soit pas positif, et que l’issue de ce qui aurait pu être une fête sportive ne soit plus maitrisable

Où est donc le sérieux ?

Cependant, la tension semble baissée dans le septentrion où les actes de violence étaient au rendez-vous de tous les week-ends de championnat. Il y a encore des porches de résistance, mais, il faut avoir le courage de reconnaitre qu’un effort de sensibilisation est fait à ce niveau.
Il n’y a pas longtemps, nous avions mis le doit sur l’arbitrage calamiteux qui fausse la plupart des résultats de la compétition. C’est vrai, certains arbitres font le travail de façon honnête et correcte. Mais, la grande majorité ne donne pas satisfaction. En tout cas, c’est un fait patent et il faut être de mauvaise foi pour dire le contraire.
Et ce n’est pas tout. Il n’y a pas très longtemps également, nous nous interrogions si les responsables de clubs engagés dans le championnat s’essoufflent-ils déjà ? Tous les jours qui passent confirment le fait. Difficilement, la plupart des clubs honorent les engagements vis-à-vis de leurs employés (joueurs, encadrement technique, prestataires etc.).
L’un dans l’autre, le constat est amer. Le championnat national dit professionnel est juste un désordre organisé qui « spolie » les responsables de club. A la fin, ils auront du mal à montrer ce qu’ils y ont gagné. Même si on n’a pas les moyens pour organiser un véritable championnat professionnel comme en 2009-2010, il faut être sérieux dans ce que l’on fait. C’est le moins qu’on puisse espérer. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Hélas !

Pascal Hounkpatin

Partagez

Réunion d’athlétisme de l’Uases/ Ouémé-Plateau : Le manque de subventions perturbe les activités

avril 30, 2013

Le stade Charles de Gaulle a abrité samedi dernier la réunion d’Athlétisme de l’Union des associations sportives de l’enseignement secondaire de l’Ouémé-Plateau. Si la compétition en elle-même s’est bien déroulée, il faut dire que beaucoup de collèges de la capitale n’y ont pas pris part. En effet, le constat est que ce sont les collèges de la périphérie qui ont véritablement animé la compétition. D’ailleurs, les résultats le témoignent de fort belle manière.

Selon le secrétaire général départemental de l’Uases/Ouémé-Plateau, Hounsou Hotègni, certains établissements ont choisi de ne pas s’engager fautes de moyens financiers. Ils ont déjà du mal à assurer les activités académiques à cause de la non disponibilité des subventions pourtant annoncées à grand renfort de publicité. Ils n’entendent donc pas s’engager dans une aventure de plus. Mais malgré cette situation, M. Hotègni a tiré un coup de chapeau à tous les établissements qui se sont engagés et surtout les apprenants qui ont fait preuve de détermination pour que la compétition soit une réussite. Son objectif principal est de préparer les athlètes qualifiés pour les phases nationales. Et déjà, toute son équipe s’attèle à mettre en place un bon programme pour que les athlètes soient à la hauteur des espérances.

Quelques résultats techniques
100 m hommes
1- DOHETO Steve 11’’3 (Agblangandan)
2- DOSSOUMON Amir 11’’6 (Agbokou)
3- ATADOKPEDE Cosme (11’’9 Malanhoui)
200 m hommes
1- DOHETO Seve 24″4 (Agblangandan)
2- DOSSOUMON Amir 24″6 (Agbokou)
3- TEVOEDJRE Karim 24″9 (Avrankou 1)
400 m hommes
1- DJINON Gaston 55″5 (Avrankou 1)
2- OKOU Casmir 57″2 (Avrankou 1)
3-SOKENOU Abel 57″8 (Dangbo)
800 m hommes
1- ZANNOU Félix 2’17″1 (Agbokou)
2- METONHEVI Marcellin 2’17″5 (Adjarra 1)
3- BISSIRIOU Kamal 2’20″2 (Avrankou 1)
Relais hommes
1- Avrankou 49″7
2- Agblangandan 50″3
3- Les Cocotiers 50″8
100 m dames
1- MIDOMIDE Béatrice 12″3 (Djigbé)
2- HOUETO Géralda 13″5 (Adjarra 1)
3- HONVOU Anicette 13″9 (Aglogbè)
200 m dames
1- MIDOMIDE Béatrice 26″5 (Djigbé)
2- ODJO Pélagie 28″3 (Djomon)
3- DOSSOU Marie Madeleine (Adjohoun)
1500 m dames
1- ASSOGBA Pauline 5’34″3 (Kouti))
2- SALIFOU Kaossarath 5’45″1 (Adjarra 1)
3- AMOUSSA Amidath 6’00″4 (Avrankou 1)
3000 m dames
1- OGOU Martine 12’44″2 Igbo (Ocho)
2- AINA Cathérine 12’45″5 Igbo (Ocho)
3- AVLESSI Antoinette 13’06″00 (Adjarra 1)
Hauteur dames
1- KPOVIHOUEDE Sébastienne 1,45 Lycée (Toffa1er)
2- HOUETO Géralda 1,40 (Adjarra 1)
3- HOUNKPEVI Clotilde 1,30 (Adjarra 2)

Nestor Hounkpatin

Partagez

Festival ‘’ Afrika Groove’’ : La 3ème édition a été une réussite

avril 30, 2013

Le festival  international des cultures urbaines de Porto-Novo a connu le samedi  27 avril 2013 son apothéose. Plus d’une trentaine de jeunes rappeurs en herbe et confirmés ont tenu en haleine des milliers d’inconditionnels du mouvement Hip Hop ayant pris massivement d’assaut l’esplanade de l’Assemblée Nationale. L’engagement est pris de nouveau, mais surtout le pari a été gagné. La célébration  de la 3ème édition des cultures urbaines de la capitale a tenu toutes ses promesses. Les petits plats ont été mis dans les grands par les organisateurs du festival ‘’ Afrika Groove’’ pour offrir le plus grand podium Hip hop à la jeunesse de Porto-Novo. Un samedi soir pas comme les autres sur l’esplanade de l’Assemblée Nationale. Irrésistibles ont été les milliers d’inconditionnels du Hip Hop, du World music, du Graffiti et de Breack-Danse  ayant pris d’assaut le palais des gouverneurs dans la cité des Aïnonvi. Trois temps forts ont marqué ce méga concert 100% groove. Le top de cette grande messe culturelle a été donné par un podium Free-Style. Plusieurs jeunes rappeurs ont démontré tous leurs talents à travers des Clash sous les regards passionnés d’un public hyper discipliné. Puis la pression a augmenté d’un cran. Black Pur, Black Monark, Dolpi, Lil Dhaf, Zone Mortel, Chat Noir, Dam Dog, New Luck, Koudy, C.H, S.Face, TNT,  sont, entre autres, les rappeurs en herbe  qui se sont  succédé  pour tenter de mettre la capitale sous la braise à travers des sons mortels. Puis le bal des grands a été lancé par Omev suivi de  Adjimal, Cool B, Patrimoine 2 la Zik, Akane, Ali 2 Porto, OK SAF sous des ovations bien nourries du public. Le pic de ce  géant podium Rap a été l’entrée sur scène du virtuose du Hip Hop de la capitale, WP Baba jè jè. Le créateur du ‘’Rap Apocalypse’’ a délivré des messages de conscientisation de la jeunesse à travers la parole de Dieu. WP Baba jè jè a réussi le plus dur. Réussir à mettre le public de Porto en extase. Des mains en l’air, des cris de joie et des applaudissements à faire sauter l’applaudimètre ont accompagné l’artiste. La boucle de la soirée a été bouclée par Zebdo sur des notes de satisfaction du directeur du festival  ‘’ Afrika Groove’’ Marius Missinhoun alias Fadji pour qui cette 3ème édition a tenu toutes ses promesses.

Victorin Fassinou

Partagez

Avec un nouvel opus : Robinson Sipa annonce son retour sur scène

avril 30, 2013

Demeuré plusieurs années sous boisseau, Robinson Sipa prépare son comeback spectaculaire.  Le roi du Soyoyo affiche dernièrement une très  pétillante forme. L’artiste travaille actuellement de jours comme de nuits. Robinson Sipa, très attendu par les mélomanes fera certainement parler de lui dans les tout prochains jours. Le créateur du soyoyo rendra disponible d’ici là, sa nouvelle signature discographique. Un nouvel sur lequel l’artiste va ressusciter ses anciens tubes. A savourer également sur l’album du soyoyo authentique à travers deux nouveaux titres plus explosifs. Le lancement du chef d’œuvre sera électrique selon le concepteur. Au-delà d’un simple lancement d’album, le public aura droit à un concert live tout feu, tout flamme. L’artiste est plus conscient de l’enjeu. Il travaille sans répit avec son orchestre pour le plaisir de ses fans. L’annonce du grand retour de l’artiste a été faite le 18 mars dernier. L’artiste a en effet, profité de la visite surprise d’une délégation du ministère de la culture, composée de Blaise Tchétchao, Directeur du Fonds d’Aide à la Culture, Patrick Idohou, Directeur de la Promotion Artistique et Culturelle, Innocent Assogba, Directeur du bureau béninois des droits d’auteurs pour dévoiler ses ambitions. « Comme vous le voyez, je vais bien et je travaille beaucoup afin de remonter la pente. J’espère que tout se passera très bien car je projette de sortir mon prochain album dans quelques semaines. Seulement, j’aurai besoin du soutien des personnes désireuses de bien vouloir m’aider afin de réussir ce pari »a-t-il déclaré. Le message est bien clair, l’artiste n’attend que le soutien de tous, pour la finalisation de son livre sonore et son concert live qu’il annonce d’anthologie.

Victorin fassinou

Partagez

Première édition du concours national Mor’Ethika : L’appel à candidatures lancé, les inscriptions clôturées le 20 mai prochain

avril 30, 2013

L’association Priorité Culture s’engage sur les sentiers de la réhabilitation des valeurs culturelles du Bénin. C’est au détour d’un concours dénommé Mor’Ethika basé sur les valeurs éthiques et morales que les membres de Priorité Culture entendent relever ce défi de la réinsertion desdites valeurs dans les habitudes des Béninois.

Le respect des valeurs morales s’imposent de nos jours à tous. C’est du moins ce qu’il convient de retenir des initiatives qu’ont prises les membres de l’association Priorité Culture. Faire des valeurs morales et éthiques un facteur de développement durable, c’est le défi qu’ils se sentent dans l’obligation de relever. De leurs élans patriotiques, ils ont jugé impératif un travail de prise de conscience des valeurs morales et éthiques ; ce qui explique par ailleurs cette dénomination du concours : « Mor’ » pour signifier Moral et « Ethika » qui renvoie à l’Ethique. Ce concours s’étend sur trois catégories. D’après les promoteurs, les candidats seront répartis dans les  catégories ‘’junior’’, ‘’cadet’’ et ‘’sénior’’. Dans la catégorie junior en effet, il s’agira pour les écoles de déléguer un écolier qui les représentera sur un quiz traitant principalement des valeurs morales et
éthiques. La catégorie cadette quant à elle verra se défier sur scène des troupes théâtrales de différents lycées et collèges. La dernière catégorie, celle sénior, sera une tribune pour les étudiants de donner leurs avis sur la question des valeurs morales et éthiques à travers l’art oratoire. L’association a envoyé des fiches d’inscription dans les écoles, lycées, collèges et universités du Bénin. Après les phases de présélection qui auront lieu à partir du 20 mai prochain, la finale aura lieu le 14 septembre 2013 au Conseil National des Chargeurs du Bénin.

Victorin fassinou

Partagez

Université d’Abomey-Calavi : Le Conseil de l’Unseb à la Flash lance une grève de 72 heures

avril 30, 2013

Le conseil de l’Unseb à la Flash a démarré hier lundi 28 avril une grève de 72 heures sur le campus universitaire d’Abomey-Calavi. Ce mouvement de protestation vise à bannir le système Lmd, les faux frais et le paiement des frais de la session unique pour la 1ère année.

« Non aux faux frais dans les facultés, non au système Lmd, non au paiement des frais de session unique pour la 1ère année ». Voilà les raisons principales de la grève qu’a enclenchée hier lundi 28 avril 2013 le conseil de l’Unseb à la Flash. En lançant ce mouvement de protestation, le conseil a commencé à faire sortir hier de leurs amphis des étudiants qui suivaient des cours. De la Flash en passant par la Fadesp, la Fast et la Faseg, tous les amphithéâtres de ces départements ont été vidés. Aux dires du président du conseil de l’Unseb, Jacquelin Sozan, le conseil est un mouvement syndicaliste qui lutte pour que les diverses revendications des étudiants ne soient pas piétinées. En l’occurrence à la Flash, les réclamations qui se faisaient à 500f sont passées à 1000f. Idem pour les retraits des attestations et des diplômes. De 2000f, les attestations sont passées à 2500f. Par ailleurs en ce qui concerne les étudiants de la première année, ils affirment être désormais face à une session unique. Ils ont expliqué que les étudiants de la première année des lettres modernes n’ayant pas pu éliminer toutes leurs unités d’enseignement sont généralement contraints de payer 7500f par unité d’enseignement avant de passer en deuxième année. C’est dans ce cadre que les étudiants, s’estimant grugés, ont  enclenché hier une grève de 72 heures visant à contraindre les autorités à prendre dans les jours à venir les dispositions nécessaires pour corriger cette situation.

Boniface Kabla (Stg)

Partagez

Gestion de crise maritime au Bénin : Les stagiaires du projet Fsp Asecmar ont fait des prouesses

avril 30, 2013

Dans le cadre du stage « Action de l’Etat en mer » du projet français Fsp Asecmar visant à protéger et sauvegarder les intérêts des Etas côtiers, il a été procédé le jeudi 25 avril dernier à un exercice pratique. Les stagiaires venus aussi bien du Bénin, du Togo, de la Guinée que de la Côte-d’Ivoire ont émerveillé leurs aînés en gestion de crise maritime par la diversité de leur profil et leurs potentialités.

Communiqué de presse
Cotonou, le 25/04/2013
FSP ASECMAR : de la théorie à la pratique…
Dans le cadre du projet français FSP ASECMAR et de son stage Action de l’Etat en mer niveau supérieur, un exercice de gestion de crise maritime s’est déroulé ce jeudi 25 avril dans la matinée.
Un tanker se dirigeant vers le port de Cotonou est victime d’une voie d’eau qui le met en danger de se perdre et de couler à quelques km du port. Comment organiser les secours des dix membres d’équipage ? Comment se rendre sur place pour évaluer les dégâts ? Comment maîtriser le risque de pollution des côtes béninoises et enfin, quelle communication de crise doit-on mettre au point à l’égard des médias, toujours très demandeurs d’information au plus fort d’une crise ?
C’est l’ensemble de ces paramètres complexes qu’ont dû gérer les stagiaires. Tout en optimisant l’organisation du travail et la répartition des tâches, il leur a fallu assurer la conduite des opérations, la mobilisation des experts des différents domaines concernés par le naufrage, et le contact avec les plus hautes autorités et les médias. Leur plus grand atout aura été la variété de leurs profils professionnels et donc de leurs compétences puisqu’ils provenaient de la police nationale, la justice, les forces armées béninoises, les directions de l’environnement, de la marine marchande, des Pêches, etc.
C’est certainement le plus fort message de ce stage auquel participaient également Togolais, Guinéens et Ivoiriens, à savoir que l’Action de l’Etat en mer ne peut protéger les Etats côtiers et sauvegarder leurs intérêts qu’en s’appuyant sur une organisation dédiée mais qui garantisse la coordination entre les administrations et la mobilisation de toutes les compétences maritimes.
Cet exercice a été rendu possible grâce au soutien de l’Union Européenne (et de son programme CRIMGO) qui a envoyé un expert dans la gestion de crise maritime.
Le FSP ASECMAR achèvera cette session du premier semestre 2013 avec un stage inédit, rassemblant pendant 2 jours et demi les directeurs et directions adjoints des administrations béninoises, togolaises, ivoiriennes et guinéennes concernées par l’action de l’Etat en mer.

Partagez

Page suivante »

term paper delivered online only essay for education please do my assignment for me writing an academic resume thesis editing service