Pour discuter de diverses questions en Afrique : Boni Yayi chez François Hollande

mai 29, 2012

Le chef de l’Etat béninois, président en exercice de l’Union africaine, est en visite en France du 27 au 30 mai 2012. Selon un communiqué du ministère en charge des affaires étrangères du Bénin, les échanges des deux chefs d’Etat porteront sur des questions ayant trait à la situation politique, économique et sécuritaire en Afrique en général et dans la sous-région ouest-africaine en particulier. Les deux (02) Chefs d’Etat examineront également l’état de la coopération entre le Bénin et la France.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Visite de travail en France, du 27 au 30 mai 2012,

du Président de la République

A l’invitation de Son Excellence Monsieur François HOLLANDE, Président de la République Française, le Président de la République, Dr Boni YAYI, effectuera une visite de travail à Paris, en France, du 27 au 30 mai 2012.

Au cours de cette visite, le Président de la République, Président en exercice de l’Union Africaine, aura avec son homologue français un entretien portant sur des questions ayant trait à la situation politique, économique et sécuritaire en Afrique en général et dans la région ouest-africaine en particulier. Les deux (02) Chefs d’Etat examineront également l’état de la coopération entre le Bénin et la France.

S’agissant de la sous région ouest-africaine, les échanges porteront sur les derniers développements de la crise politique qui sévit au Mali et en Guinée-Bissau et ses répercussions sur la situation sécuritaire des pays limitrophes et surtout la crise humanitaire qu’elle a engendrée. Le Chef de l’Etat informera son hôte des résultats des actions de médiation menées par la CEDEAO afin de restaurer la légalité constitutionnelle dans ces deux (02) pays.

En ce qui concerne l’Afrique, le Président de la République, en sa qualité de Président en exercice de l’Union Africaine, discutera avec son homologue sur des sujets tels que :

– la lutte contre le terrorisme et la nécessité de renforcer la sécurité et la sûreté maritimes en Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Centre ;

– l’autosuffisance alimentaire du continent et la lutte contre la famine ;

– la protection de l’environnement contre l’avancée du désert et les risques liés aux changements climatiques ;

– la santé et l’éducation, etc.

Sur toutes ces questions, le Chef de l’Etat présentera la vision de l’Afrique, s’agissant du rôle et surtout du leadership attendu de la France, en vue du développement durable de l’Afrique et de l’instauration d’une gouvernance mondiale à laquelle les Etats africains voudraient activement contribuer.

Les deux (02) Chefs d’Etat aborderont également des sujets touchant la coopération bilatérale notamment les actions entreprises en vue de renforcer et de dynamiser les relations aux plans politique, économique, social, cultuel et militaire, dans la perspective d’un partenariat gagnant-gagnant.

Dans cette optique, le Chef de l’Etat aura des entretiens avec d’autres personnalités politiques françaises et des séances de travail avec les milieux d’affaires en vue de les mobiliser pour appuyer les réformes du Gouvernement.

Fait à Cotonou, le 25 mai 2012.

Le Secrétaire Général Adjoint,

Porte-parole du Ministère

Euloge HINVI

Ambassadeur

Partagez

Préparation pour les éliminatoires de la Can et du Mondial : Les Ecureuils devront passer au cap supérieur

mai 29, 2012

L’état de grâce de Manuel Amoros est terminé. Après ses deux premières sorties approximatives, le sélectionneur des Ecureuils et ses joueurs sont maintenant dans l’obligation de passer aux choses sérieuses.

Deux scores nuls en autant de matches joués. C’est le bilan à mettre aujourd’hui à l’actif du sélectionneur des Ecureuils. Contre l’Ethiopie le mercredi 29 février dernier à Addis Abéba, pour le compte de la manche aller du premier tour des éliminatoires de la Can 2013, le Bénin a difficilement arraché le nul vierge. Heureusement que ce n’était qu’un match aller et à l’extérieur ! Samedi dernier à Ouagadougou devant les Etalons, les Ecureuils n’ont obtenu que le nul (2-2) dans un match préparatoire des trois importantes sorties du mois de juin. Des matches que les Ecureuils sont dans l’obligation de gagner pour se donner des chances d’aller loin dans les éliminatoires de la Coupe du monde de 2014 et de la Coupe d’Afrique des nations de 2013. D’abord, ce dimanche 03 juin au stade de l’amitié, la confrontation avec le Mali s’annonce capitale. Les Ecureuils, à l’entame des éliminatoires du Mondial brésilien, devront se rassurer et rassurer leur public en gagnant et en effaçant la triste prestation contre l’Ethiopie il y a quelques mois à Addis Abeba. Une victoire permettra également au Bénin de se déplacer en toute confiance quelques jours plus tard au Rwanda, toujours dans le même cadre. Ensuite, Manuel Amoros que l’on qualifie de peu expérimenté dans la gestion d’une sélection nationale aura la lourde tâche de conduire son groupe à la victoire face à l’Ethiopie à Cotonou. Autrement, la Can 2013 s’arrêterait pour le Bénin. Autant de rendez-vous auxquels le football béninois devra répondre présent. Se basant sur les derniers résultats du Mali et du Rwanda, on pourrait penser que la tâche ne sera pas difficile à réaliser. Le Mali et le Rwanda ayant perdu leur match contre la Côte d’Ivoire (2-1) et la Tunisie (5-1). Seulement, une rencontre amicale n’est jamais la même qu’un match officiel. Les Ecureuils et Manuel Amoros sont prévenus.

Quelques résultats

Maroc – Sénégal : 0-1

Algérie – Niger 3-0

Burkina Faso – Bénin : 2-2

Guinée – Cameroun : 1-2

Tanzanie – Malawi : 0-0

Mozambique – Namibie : 0-0

Tunisie – Rwanda : 5-1

Côte d’Ivoire – Mali : 2-1

Partagez

Séminaire de réflexion sur la Lépi :; Le Prd désormais très outillé avec une avalanche de solutions

mai 29, 2012

Les élus et cadres du Parti du renouveau démocratique (Prd) étaient le samedi 26 mai 2012 à l’école des experts nationaux et internationaux de la Lépi à Porto-Novo. Les échanges ont eu lieu en présence du Président Adrien Houngbédji. A la sortie de cet exercice de mise au vert du parti, une kyrielle d’astuces et de clefs sont proposées au Prd pour aborder valablement le débat national sur la correction de la Lépi.

La Lépi est un grand sujet de préoccupation pour le Prd. Pour aborder le débat sur la correction de cet instrument aussi bien dans les foras qu’à l’Assemblée nationale, le Parti du renouveau démocratique a sollicité l’expertise des spécialistes internes à la formation politique et des externes pour apprécier le sujet dans tous ses paramètres possibles. Pour Me Adrien Houngbédji, chacun a encore à l’esprit des anomalies et irrégularités constatées lors des dernières élections présidentielles et législatives. Il fait ainsi allusion aux nombreux « oubliés et exclus du fichier électoral ; aux villages et bureaux de votes fictifs qu’il comporterait ; aux localités dont les populations ont été doublées, voire triplées pendant que d’autres se voyaient amputées de l’essentiel de leurs membres; aux mineurs enregistrés ; aux électeurs enregistrés mais sans carte d’électeur » etc. Comment corriger ce sombre tableau qui caractérise la Lépi béninoise ? Le Prd a choisi sa démarche. Elle consiste à éclairer ses cadres, l’opinion publique et ses militants sur les imperfections de la Lépi et les améliorations qu’on peut y apporter. Pour ce qui est des recommandations, les différents experts qui ont animé les différentes communications en ont proposées au Prd.

Les nouveaux outils de combat de la Lépi pour le Prd

L’honneur a échu au spécialiste des questions électorales, Clotaire Ohiyidé d’ouvrir la série des communications. Il a développé le thème «Problématique de la LEPI : sa pertinence et sa faisabilité au cadre légal de sa réalisation ». Partant des définitions du fichier électoral, de la Lépi, de la LEI (Liste électorale informatisée), il a passé en revue l’historique de la Lépi au Bénin, le cadre légal et les conditions de sa réalisation ainsi que celles de sa mise à jour et surtout celles de sa révision. Selon M. Ohiyidé, le pardon du chef de l’Etat le jour de l’élection présidentielle de 2011 et les milliers de citoyens qui ont voté sans carte d’électeur constituent plus particulièrement les conséquences de cette Lépi réalisée à la hâte. Il a alors suggéré, dans l’optique de la correction, la modification de la loi 2009-10 du 13 mai 2009 portant organisation du RENA et établissement de la LEPI pour tenir compte des observations faites sur les insuffisances. Aussi, a-t-il recommandé pour le court terme une opération spéciale de recensement-enregistrement dans les centres de collecte de tous les citoyens en âge de voter pour les élections communales de 2013. M. Emmanuel Zossou, membre de la direction exécutive nationale du Prd, a présenté et analysé le rapport d’évaluation de la LEPI réalisé par l’Organisation internationale de la Francophonie. Au regard de cette contre-expertise, il a disséqué avec ses connaissances en ingénierie informatique ledit rapport. Pour lui, l’Oif n’a pas fait un audit mais plutôt une évaluation qualitative. M. Zossou a suggéré la mise en place d’un comité de pilotage du projet d’actualisation de la LEPI, l’audit de cette liste par des experts indépendants et le recensement des électeurs. La fiabilisation du découpage et du rattachement des bureaux de vote et la traçabilité sont également des voies à prospecter pour toiletter la Lépi, selon l’ingénieur informatique du Prd. La troisième communication porte sur «L’audit de la Lépi, et les conditions de sa correction». A cet effet, le statisticien et économiste Michel Makpenon a centré son intervention sur les erreurs enregistrées lors de la cartographie censitaire, le recensement porte-à-porte et puis les erreurs commises lors de l’enregistrement. Il a recommandé au Prd la mise en place d’un organe responsable de la révision de la Lépi et l’ouverture d’une période de sa révision dans les meilleurs délais. Le processus de correction doit aboutir à l’attribution à chaque électeur d’un identifiant unique et la délivrance à ce dernier d’une carte d’électeur infalsifiable pouvant lui servir aussi bien pour les élections qu’à d’autres opérationsa, a-t-il dit. Alors, on peut dire que le Prd a désormais affuté ses armes pour mener le combat de la correction de la Lépi

 

 

Interview de Me Houngbédji à propos de la polémique sur la Lépi

« L’intérêt de tout le monde est que le Bénin ait une LEPI consensuelle»

Le président Adrien Houngbédji s’est prononcé le samedi 26 mai dernier sur la Lépi lors du séminaire de réflexion organisé par sa formation politique. Si les erreurs de la Lépi ne sont pas corrigées, c’est tout le pays qui sera en effervescence et cela ne sera pas facile à maîtriser, a-t-il annoncé. A propos de la polémique sur le boycott par le Prd de la rencontre parlementaire à l’initiative de l’UN à l’Assemblée nationale, le président Houngbédji a aussi donné son avis. «C’est un débat inutile qui ne sert pas ceux qui en ont fait dans les journaux une montagne», a-t-il déclaré.

Monsieur le président, qu’est ce qui motive l’organisation de cette journée de réflexion du Prd sur la Lépi ?

Comme nous avons eu à le faire à l’occasion de la révision de la Constitution, nous avons voulu qu’au sujet de la LEPI qui est un sujet de grande préoccupation pour les Béninois, que les responsables du PRD, ses élus et ses cadres soient bien outillés pour affronter le débat national qui va s’instaurer sur la question. Si on ne maitrise pas quelque chose, on ne peut pas valablement en parler. Nous espérons qu’à partir de ce séminaire les responsables, dans les instances, dans les foras où ils interviendront, que ce soit à l’Assemblée nationale, que ce soit dans les communes, que ce soit dans les villages, que ce soit dans les conférences, pourront avoir des arguments valables pour discuter du problème de la LEPI. Le deuxième objectif que nous visons, en faisant l’autopsie de l’existant, est de trouver des solutions pour que la LEPI soit un instrument fiable en vue des prochaines élections. Comme vous le savez, nous allons avoir les élections communales d’ici 7 ou 8 mois et les élections législatives vont suivre en 2015. Nous ne voudrions pas que ce qui s’est produit la dernière fois se reproduise. Et par conséquent, il faut que nos responsables se préparent à ce que des corrections pertinentes soient faites et qu’un chronogramme, un calendrier réaliste soit proposé pour que ces corrections soient faites. Voilà l’objectif principal de ce séminaire. Il s’agit d’outiller nos responsables.

Que ferez-vous des différentes recommandations qui sortiront du séminaire ?

Il y aura des débats, je l’espère. Nous allons recueillir les recommandations, les multiplier à travers les cellules des partis. Les sous-sections, les sections, vont les mettre à la disposition des maires, des députés pour que l’ensemble du public se saisisse du dossier. Par exemple, à la fin du séminaire, l’intégralité de ce qui a été dit sera reprise sur les chaînes de télévision. Cela permet de mobiliser les populations autour du dossier. Nous allons faire des plaquettes qui seront distribuées, non seulement aux membres du PRD mais à toute personne qui s’intéresse au dossier de la Lépi. Mon rôle, en tant qu’opposant, est de faire des propositions. Le Bénin est à nous tous. Chacun a compris que la Lepi, la dernière fois, telle qu’elle a été conduite, aurait pu entraîner des désordres. Il aurait eu des violences dans notre pays. La sagesse des uns et des autres, le sens de responsabilité des uns et des autres nous ont permis d’éviter une situation de violence à notre pays. Je crois que quel que soit le niveau où on se trouve, quel que soit le camp dans lequel on se trouve, l’intérêt de tout le monde est que le Bénin ait une Lépi consensuelle, c’est –à-dire, acceptée de tous afin que les résultats des prochaines élections soient acceptés de tous. Donc, j’espère que ce que les uns et les autres ont enduré la dernière fois, ceux qui sont majoritaires au parlement, feront en sorte que nous n’endurions plus cela. J’espère que ceux qui sont au gouvernement feront en sorte que nous n’endurions plus cela. Les élections locales sont plus difficiles que les élections présidentielle et législative parce que c’est dans chaque village que le problème qui était national se posera pour qu’on élise les conseillers de village, les chefs de village. Si le problème n’est pas bien résolu, c’est tout le pays qui sera en effervescence et cela ne sera pas facile à maîtriser.

Le Jeudi 24 mai, le Prd était invité à la première rencontre parlementaire sur la correction de la Lepi mais il était absent. Quelle en était la raison?

Laissez les sujets à caractère polémique. Moi je ne suis pas député. Donc je ne réponds pas de ce qui se passe là-bas. Mais l’information que je peux vous donner, c’est que la première date qui a été fixée, c’est le 17 mai, jour de l’ascension. Nous nous sommes réunis le 15 mai au niveau du Prd et nous avions dit que si c’est le jour de noël, même si c’est le jour de pâques, il faut y aller. C’est la décision que nous avions prise à la Direction exécutive. Qu’est ce qu’il y a à cacher ? Rien ! La Lépi, c’est pour tout le monde. Il faut que tout le monde y participe. S’il y a eu une fraction importante de l’opinion publique qui n’y participe pas, elle n’est plus consensuelle. Comme vous le savez, à l’Assemblée nationale, les dates ont changé. Tantôt c’était le 24 mai, tantôt le 26, tantôt c’est le 28. Le président de notre groupe parlementaire a voyagé et la communication n’a pas bien fonctionné. Donc, je crois que c’est une volonté de dramatiser que de dire dans les journaux « le Prd a boycotté » ; « on n’a pas fait le débat parce que le PRD est absent ». Vous voyez que c’est faux. Ce que nous faisons ce 26 mai à la piscine de Porto-Novo, ce n’est pas bon ? Quand le débat va s’ouvrir la semaine prochaine au Parlement, les députés du Prd qui ne sont pas des géographes, des cartographes auront des instruments pour discuter. Je pense que c’est un débat inutile qui ne sert pas ceux qui en ont fait dans les journaux une montagne.

Propos recueillis par

Tobi P. Ahlonsou

CALENDRIER PROPOSE PAR LE SEMINAIRE DU PRD SUR LA LEPI

§ Juin 2012 :

* Mise en place du comité de pilotage

* Choix des Experts nationaux et internationaux pour la réalisation de l’audit participatif proprement dit des fichiers de la LEPI

§ Juillet 2012 :

*Réalisation de l’audit participatif ;

* Réception du rapport

* Plan d’actions correctives arrêtées par le comité de pilotage

§ Août, Septembre et Octobre 2012 :

* Mise en œuvre des actions correctives ;

* Présentation du rapport d’actualisation de la LEPI

§ Novembre 2012 :

* Affichage des listes électorales dans toutes les localités et sur l’internet ;.

* Prise en compte des dernières modifications

* Finalisation de la liste

* Emission du rapport final ;

§ Décembre 2012 

* Publication des listes électorales

* Edition de nouvelles cartes d’électeurs de la LEPI corrigée et consensuelle ;

§ Janvier 2013 

* Distribution des nouvelles cartes d’électeurs ;

* Elaboration et publication du rapport de la distribution de ces cartes d’électeur ;

* Remise du patrimoine de la LEPI corrigée à l’organe permanent retenu pour la gestion de la LEPI ;

* Fin de la mission du comité du pilotage.

La mise en place de procédures permettant de suivre toutes les modifications apportées au fichier électoral actuel s’impose. Elle contribue par ailleurs à la fiabilisation des données de la LEPI.

 

entre partis politiques et Chef de l’Etat

Dassoundo demande la formalisation du dialogue

L’ancien 1er Vice-président du Parlement, André Dassoundo réclame une formalisation du dialogue politique engagé par le Chef de l’Etat. Il l’a fait savoir le dimanche 27 mai 2012 sur la radio Océan Fm pour une meilleure organisation qui exclut la précipitation et rend efficace le dialogue.

L’honnorable André Dassoundo salut l’initiative du Chef de l’Etat de discuter avec les forces politiques. Cela est important et nécessaire. Mais il y désapprouve la manière. Pour lui, la dernière rencontre ressemble à de la précipitation. Car, pour une activité du genre, ce n’est pas à travers une bande défilante à la télévision qu’on doit inviter des responsables de partis politiques la veille. Pour certains, c’est à 7 heures du matin qu’ils ont eu l’invitation alors que la rencontre est prévue pour onze heures. Comment les partis peuvent-ils se concerter en interne et répondre efficacement aux sujets pointus qui étaient à l’ordre du jour, s’est-il demandé ? C’est pour cela qu’il souhaite que le Chef de l’Etat mette plus de volonté dans cette démarche et qu’il l’organise mieux. Car, il ne sert à rien d’organiser des concertations sans suite. M. Dassoundo a proposé par exemple que le Chef de l’Etat fasse inviter toutes les tendances politiques en une seule rencontre et qu’un nombre d’invités soit fixé. Et ensuite que l’ordre du jour soit élaboré pour permettre de fructueux échanges. Ce qu’il a vu la dernière fois au palais ne rassemble pas tout le monde. Mieux, après l’exposé du chef de l’Etat sur les sujets, il fallait qu’il demande à tous les partis de se réunir pour discuter des questions et lui envoyer les conclusions pour appréciation.

La lépi est l’urgence

Pour le député Dassoundo, le sujet urgent qui doit faire l’objet de dialogue politique est la correction de la lépi. Pour lui, ce qui existe actuellement ne peut pas être appelé (Lépi). Et par rapport aux élections communales de mars 2013, il est urgent d’engager le dialogue pour revoir la cartographie censitaire, le recensement porte-à-porte et corriger la Lépi. Et pour le faire, recueillir les propositions et apprécier les moyens à mettre en œuvre. Le rapport de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif) peut même servir de base aux discussions. Mieux, il estime qu’une nouvelle structure doit être mise en place pour corriger la Lépi. C’est en cela qu’il salut par ailleurs l’initiative de l’Union fait la nation portée par le Président Kolawolé Idji au sein du Parlement. C’est une bonne démarche qui pourra mettre le sujet en débat au sein de la représentation nationale. Et de là, certainement que les députés prendront la loi corrective pour que la Lépi soit vite corrigée. La révision de la Constitution n’est pas urgente selon Dassoundo. Car, le Bénin vit depuis des années sans la Cour des comptes que certains agitent comme étant la raison de la révision. Et si le Chef de l’Etat a pu créer plusieurs institutions non constitutionnelles, on peut de la même manière créer la Cour des comptes et le pays expérimentera sa pratique en attendant que l’on l’intègre à la Constitution.

Guy Constant Ehoumi

Partagez

Coupe du Bénin de taekwondo édition 2012 : De grosses récompenses pour les meilleurs

mai 29, 2012

Le samedi 26 mai 2012 s’est déroulée au palais des sports du stade de l’amitié de Kouhounou l’édition 2012 de la Coupe du Bénin de taekwondo. La même compétition a servi de sélection pour la 8è édition de la Coupe du Monde Francophone de Taekwondo qui aura lieu à Abidjan du 14 au 18 juin 2012. Elle a regroupé une cinquantaine d’athlètes venus de différentes associations sportives. Les combats qui se sont déroulés dans les catégories olympiques étaient pour la plupart d’un niveau technique légèrement au dessus de la moyenne. Et pour encourager ses athlètes méritants, la fédération a gratifié les médaillés d’or et d’argent d’importants prix. Ils ont reçu des réfrigérateurs, des appareils chaine, des appareils photo numérique, des téléphones portables, des lecteurs Dvd etc. Ils seront mis au vert cette semaine dans le cadre des préparatifs de la Coupe du Monde Francophone. D’un autre côté, le meilleur arbitre de la compétition en la personne de Maître Rudas Prosper Alladayè a été récompensé d’une médaille d’or et d’un téléphone portable. La compétition a été rehaussée par la présence des Grands Maîtres Benjamin John (8è DAN) et Pierre Ogoudjobi (7è DAN) qui ont prodigué de précieux conseils aux athlètes et aux organisateurs.

 Jean-Marie Sèdolo

Partagez

Challenge Trophy, zone 3 de handball : Le Bénin démarre fort

mai 29, 2012

L’édition 2012 du Challenge Trophy de la zone 3 de handball a débuté hier lundi 28 mai 2012 à Accra au Ghana. Et les sélections féminine et masculine béninoises ont fait un départ en trombe. Chez les dames, le Bénin a étrillé le Togo sur le score de 19 à 07. Selon les témoins de la rencontre, c’était une balade de santé de la part des handballeuses béninoises. Idem pour les hommes du Bénin. Face au Burkina Faso, les hommes de Aimé Sèbio n’ont pas tremblé. Ils ont atomisé l’adversaire burkinabè par 43 à 16. Une entame qui reflète bien les objectifs de la fédération et de l’entraîneur Aimé Sèbio. Pour ce dernier, le minimum sera de rentrer avec le trophée, histoire de ne pas faire moins par rapport à son prédécesseur. Le tournoi continue toute cette semaine.

Les résultats

Chez les dames

Bénin-Togo  : 19-07

Ghana-Nigéria  : 16-33

Chez les hommes

Bénin-Burkina Faso  : 43-16

Ghana-Togo : 31-25

 

Jean-Marie Sèdolo

Partagez

Stage international de taekwondo : La touche de l’Académie Inama-Bénin

mai 29, 2012

Du 07 juin 2012 et jusqu’au mois d’octobre, l’Académie Inama-Bénin organise un stage international de taekwondo Corée-Bénin. Comme c’est indiqué, ce stage de cinq mois sera dirigé par le grand Maître Pierre Ogoudjobi, Consultant de la Fédération Mondiale de taekwondo, Conseiller technique supérieur de l’Académie Mondiale Kukkiwon, assisté du Coréen Hong, Expert de l’Université de taekwondo Séoul Corée du Sud. L’événement a pour finalité de passer des examens et de préparer le tournoi international des quatre (4) nations Nigéria-Togo-Ghana-Bénin.

Communiqué Bénin-Inama

Dans le cadre de la redyna-misation à la base du taek-wondo béninois passant par les plus jeunes, enfants et adolescents garçons et filles, et dans le cadre du programme des événements Bénin-Inama 2012 qui a pour finalité le grand tournoi international des quatre (04) Nations de décembre Nigéria-Togo-Bénin, Trophée feux Président Colonel Léopold Ahouéya et Issa Ramane, 1ère édition, un stage international suivi de passage de grades internationaux dirigé par le grand Maître Pierre Ogoudjobi, Consultant de la Fédération Mondiale de taekwondo, Conseiller technique supérieur de l’Académie Mondiale Kukkiwon, assisté du Coréen Hong, Expert de l’Université de taekwondo Séoul Corée du Sud, se déroulera durant cinq (5) mois : juin-juillet-août-septembre et octobre à Cotonou. Ce stage international connaîtra au mois d’août l’organisation du tournoi national en vue de la présélection des jeunes talents représentant du Bénin au tournoi international des quatre (4) nations.

Simultanément, durant les cinq (5) mois, ledit stage international se déroulera au Hall des arts, sports et loisirs et dans la grande salle polyvalente du Centre de promotion et de l’artisanat de Cotonou. Un registre est ouvert au siège de l’Académie Bénin-Inama Cpa Cotonou tous les jours de 15h à 21h pour recevoir l’enregistrement de tous les participants et associations.

Le Directeur Académie Bénin-Inama

Grand Maître

Pierre Ogoudjobi

Partagez

Amnesty international : Le rapport 2012 attire l’attention sur les conditions « éprouvantes » des incarcérés au Bénin

mai 29, 2012

L’Amnesty international session béninoise a procédé le vendredi 25 mai 2012 au lancement de son rapport 2012 sur la situation des droits humains dans le monde sous le thème Armes et violation des doits humains : Comment aboutir à un traité efficace sur le commerce des armes ». C’était dans la salle de conférence du Conseil national des chargeurs du Bénin(Cncb) à Cotonou.

«  Les conditions de vie des personnes incarcérées sont très éprouvantes au Bénin. D’après les chiffres officiels, 99% des 2300 personnes incarcérées au Bénin étaient en détention provisoire », C’est ce que dit le 50è rapport d’ Amnesty international sur la situation des droits humains dans le monde lancé le jeudi dernier. D’un volume de 421 pages, ce rapport à la page 45 dénonce en s’appuyant sur quelques faits passés en 2011, la répression de la dissidence en République du Bénin . Dans le même document, titré « C’est la rue qui gouverne ! », l’Amnesty international constate que «  la hausse des prix des produits de base a généré une certaine agitation sociale et qu’en mai et juin, des fonctionnaires qui réclamaient des augmentations de salaire se sont mis en grève » Toutefois, il a reconnu que le Bénin a effectué une avancée notable en matière de respect des droits de l’homme en affranchissant en aout 2011, une étape importante sur la voie de l’abolition de la peine de mort. Dans ce cadre, l’Assemblée nationale a voté en faveur de la ratification du deuxième protocole facultatif. Cet acte rapproche le Bénin quant au pacte international relatif aux droits civils et politiques. Un jour après le lancement officiel de ce rapport au niveau international, c’est le vendredi que l’Amnesty international Bénin a sacrifié à cette tradition de l’institution au plan national. Placée sous le thème «  Armes et violation des doits humains : Comment aboutir à un traité efficace sur le commerce des armes » , cette rencontre a permis aux participants venus de tous les départements d’échanger sur les questions qui entravent le respect stricte des doits humains au Bénin. A l’occasion, le Directeur exécutif de Amnesty international Bénin, Clément Capo-Chichi est revenu sur les grandes lignes abordées par le rapport. A l’entendre, pour Amnesty international , l’année 2011 aura été une année de changement, de courage et de conflit, une année qui aura vu les citoyens se dresser contre les gouvernements et les puissants de ce monde dans une mobilisation d’une ampleur pareille depuis des décennies.

Victorin Fassinou

Partagez

Grande nuit de Vision Pentecôte : L’édition 2012 met en lumière l’erreur des bâtisseurs précédents

mai 29, 2012

La grande nuit de Vision Pentecôte , l’activité annuelle de l’Ong Vision  Pentecôte édition 2012 a été organisée le dimanche 27 mai 2012 au Palais des sports de Kouhounou à Cotonou. A l’occasion, un message fort mettant en lumière l’erreur du bâtisseur a été adressé à la jeunesse béninoise.

« La Pierre Angulaire que les Bâtisseurs ont Rejetée, Jésus-Christ, est le Même, Hier, Aujourd’hui et Eternellement » ; tel est le thème central de cette édition de la grande nuit de Vision Pentecôte dédiée à la jeunesse. A travers ce thème, l’Ong Vision  Pentecôte, à travers le prédicateur, a apporté le message de Jésus-Christ. A l’occasion , la dimension spirituelle du concept de la refondation a été embrassée «  Avec la 10 ème édition de l’Ong Vision  Pentecôte,  Dieu est en train de nous mettre en lumière  l’erreur des bâtisseurs qui ont été avant nous par pour que nous les critiquions mais afin que nous ne commettions  pas  les mêmes erreurs qu’eux dans cette responsabilité que nous avons en tant que nouvelle génération de bâtisseurs. Ceux là ont failli parce qu’ ils n’ont pas tenu compte de Christ, cette pierre angulaire. Le message de l’esprit pour cette édition est terrible. Vous n’êtes pas différents de ceux qui ont été avant vous. Il faut être comme lui (Jesus-Christ ) « une pierre vivante « pour être une édifice, habitation du Dieu vivant. Et a cela, il y a des conditions. Il n’y a que deux possibilités pour vous: se ranger du côté des hommes ou du côté de Dieu, soit vous croyez au témoignage de Dieu et vous êtes croyant destiné à être béni avec Abraham croyant. Ou soit vous ne le croyez pas . Et vous êtes un incroyant , un irrévérencieux/ un irrespectueux puisque par votre refus de croire en sa parole, vous  traitez Dieu de menteur, ce qui montre que  la vie n’est pas en vous. [ 1jn5;10-12 ].  Les pierres vivantes vont se révéler et seront honorées tandis que celles qui sont destinées à la chute verront leur destin scellé pas leur position face à cette révélation de Jesus-Christ qui est le même éternellement», a laissé entendre le prédicateur. Dans son message, il a invité la jeunesse à plus d’engagement au service de Dieu et de la Nation pour un développement tant souhaité.

Junior Fatongninougbo

Partagez

3è congrès ordinaire du SynForb : Les actions menées passées au peigne fin

mai 29, 2012

Le Syndicat des forestiers du Bénin a tenu, samedi 26 mai 2012 au centre d’acceuil et de spiritualité St Jean Eudes d’Atrokpokodji, son troisième congrès ordinaire depuis son installation en 2009. Une occasion pour ce syndicat de marquer un arrêt pour analyser les progrès et les échecs en vue de mieux évoluer.

Les forestiers réunis au sein du syndicat national des forestiers du Bénin(SynForb) ont tenu, samedi dernier dans la commune d’Abomey-Calavi, le 3è congrès ordinaire de leur syndicat au titre de l’année 2012. Une occasion qu’ils ont saisie pour analyser à partir de l’état des lieux en 2009, les progrès réalisés et les échecs pour pouvoir réorienter la politique du SynForb. C’est dans ce cadre que s’inscrit le thème retenu pour les travaux de ce congrès : « Quelles forêts pour nos enfants ». Un terme évocateur selon le sécrétaire général du SynForb, Dagbéto Marcel. Pour ce dernier, les ressources forestières ont reçu de durs changements en ces dernières années notamment les forêts classées qui ont connu un rythme de dégradation exponentielle et inquiétante avec toutes leurs conséquences. Ce qui justifie le thème de ce 3è congrès dont les travaux permettront de recentrer l’importance des ressources forestières dans le contexte du développement durable. Tout en remerciant les participants à ce congrès ordinaire, Dagbéto Marcel a invité les uns et les autres à mettre du sérieux et de l’objectivité pour la réussite parfaite des activités. Il faut noter qu’à ce rendez-vous d’échanges, le syndicat national des forestiers du Bénin(SynForb) a reçu le soutien des syndicats amis tels que la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), le Syndicat national de la police (Snapolice), le Syntra-Onab etc. Dans son discours d’ouverture des travaux de ce 3è congrès ordinaire, le Colonel Claude Assogba, Directeur Général des Forêts et Ressources Naturelles, a souligné que pour une meilleure gestion des ressources forestières, il faut pouvoir concilier le social, la politique et la technique. C’est pourquoi, il a saisi cette occasion pour demander aux forestiers de rester sereins et de faire preuve de professionnalisme dans l’application des dispositions réglementaires.

 Olphyz Koundé

Partagez

eLearning Africa 2012 : Les participants décernent un satisfecit au Mctic et au Gouvernement béninois

mai 29, 2012

Les rideaux sont désormais tombés le vendredi 25 mai 2012 sur les travaux de la 7éme conférence internationale eLearning Africa tenus au Palais des congrès de Cotonou du 23 au 25 mai 2012. Tout comme à l’ouverture, c’est le Ministre de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication Max Ahouèkè qui a procédé à la clôture officielle des travaux de cet événement annuel de renforcement des capacités, le plus important et le plus complet dans le domaine de l’éducation.

Le Bénin a bien joué sa partition pour la bonne tenue des travaux de la 7éme conférence internationale eLearning Africa consacrée aux Tic appliquées au développement et à la formation tenus au Palais des congrès de Cotonou du 23 au 25 mai 2012. C’est ce qu’ont confié les participants lors de la cérémonie de clôture qui s’est déroulée le vendredi dernier. En effet, après l’édition de l’Ethiopie (2006), du Kenya (2007), du Ghana (2008), du Sénégal (2009), de la Zambie (2010) et de la Tanzanie (2011), c’est le tour du Bénin d’accueillir la 7ème conférence de eLearning. Durant trois jours, les fournisseurs de services d’éducation, entreprises, décisionnaires de haut niveau des gouvernements et institutions d’enseignement, ainsi que les Ong et les organisations de développement d’Afrique ont échangé des idées sur l’outil eLearning. Cet événement annuel est organisé par Icw Gmbh en collaboration avec les ministères de l’éducation, des technologies de l’information du pays. ELearning Africa est un instrument de renforcement des capacités, le plus important et le plus complet dans le domaine de l’éducation. Cette rencontre a permis aux participants de développer des partenariats et de contacts multinationaux et transsectoriels et d’améliorer leurs connaissances, leur expertise et leurs capacités. Plus de 1500 participants dont 30 ministres essentiellement venus des pays africains ont pris part aux travaux. Ce grand rendez-vous a connu 60 sessions, 12 ateliers et une grande table ronde. Au cours des travaux, plusieurs notions et thématiques ont été prévues pour être développées. Une occasion qui a permis aux professeurs des écoles, des universités ou de lycées techniques ainsi que des étudiants et des chercheurs venus d’un peu partout, d’évoquer leurs passionnantes expériences. Dans le cadre de cette conférence, un salon d’exposition s’est ouvert pendant les trois jours sur l’esplanade du Palais des congrès de Cotonou. Il a permis aux fabricants, fournisseurs et prestataires du domaine eLearning de présenter leurs nouveaux produits et services. Lors de la cérémonie qui a consacré la clôture des travaux, le Ministre de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication Max Ahouèkè a souligné la place qu’occupent les Tic dans le développement. A l’entendre, le Bénin souscrit aux objectifs de eLearning. « L’ambition du Gouvernement actuel est de faire du Bénin un quartier numérique » a-t-il fait observer. Pour M. Ahouèkè, dans le contexte actuel, le développement des pays passe nécessairement par les Tic. Raison pour laquelle, il a souhaité une longue vie à l’initiative eLearning qui pour sa part peut conduire l’Afrique vers l’émergence.

Victorin Fassinou

Partagez

Page suivante »

essay writer biology help online write a essay slader homework help homework help websites for kids