Pour plus d’efficacité dans leur action : Fébas et Unas fusionnent pour relever de grands défis

novembre 10, 2016

Un hôtel de la ville de Cotonou a abrité, hier mercredi 09 novembre 2016, un événement important dans le sport béninois. La Fébas et l’Unas ont décidé de se mettre ensemble.

C’est désormais une certitude. La Fédération béninoise des associations de supporters (Fébas) et l’Union nationale des supporters (Unas) sont ensemble. Ces deux associations faitières de supporters, plus rivales que complémentaires, se sont mises ensemble pour plus d’efficacité. Un protocole d’accord a été signé ce mercredi dans un hôtel de la place à Cotonou sous la supervision de Oswald Homéky, ministre des Sports.

C’est en fait une vieille idée qui circulait depuis plusieurs mois et qui peine à être concrétisée en raison des intérêts égoïstes des uns, et de la guerre de leadership des autres.

Dans leurs adresses à l’auditoire, MM. Léopold Houankoun et Idriss Akitoyé, respectivement président de la Fébas et de l’Unas ont exprimé leur gratitude à l’endroit du ministre Homéky. Pour eux, ce dernier a joué un rôle essentiel dans cette situation et ont promis tout faire pour accomplir leur mission républicaine : celle de supporter toutes les équipes nationales du Bénin. Cependant, le président de l’Unas a rappelé que malgré le protocole d’accord signé, certains détails restent à régler. Mais ils feront tout pour ne pas décevoir les espoirs placés désormais en eux.

Beaucoup d’ambitions pour le sport béninois

Mais avant, c’est Bonaventure Coffi Codjia, directeur du sport d’élite (DES), qui a souhaité la bienvenue aux participants. A l’en croire, le sportif a besoin de soutien pour mieux se sentir et performer. Et c’est avec beaucoup de joie qu’il accueille la naissance de cette union. Il a exprimé sa gratitude à l’endroit du ministre des sports pour avoir réussit l’exploit de mettre ensemble les deux associations. Le DSE a enfin souhaité une « collaboration sincère, profonde et féconde » pour un lendemain meilleur pour le Sport béninois.

Pour Julien Minavoa, président du Comité national olympique et sportif béninois (Cnosb), le rôle important que les supporters jouent n’est plus à démontrer. Et l’union entre la Fébas et l’Unas est un signe prémonitoire pour la résolution de la crise du football. Dès lors, les uns et les autres doivent faire fi des avantages personnels et rendre l’union « effective, vivace et productrice », conseille-il.

En prenant la parole, le ministre des Sports a souligné le mérite des responsables d’associations de supporters qui ont accepté poser un « acte historique », celui d’aller à la fusion en une seule union afin que les actes portent de meilleurs fruits bénéfiques pour toutes les équipes nationales du Bénin. Tel un observateur attentif et bien averti, Oswald Homéky a rappelé les différentes péripéties qui ont conduits les supporters béninois à prendre leurs responsabilités pour devenir association de supporters au service des équipes nationales. Et c’est cette reconnaissance qu’il leur voue en travaillant pour leur union. Pour lui, l’ambition qu’il nourrit pour le sport béninois doit être portée par tous, notamment les supporters. Cependant, le ministre des Sports a insisté sur le fait que ce ne soit pas les mêmes qui profitent des avantages tels que les voyages. Il prend enfin l’engagement qu’aucune génération de sportifs, que ce soit sous lui ou un autre, ne sera plus jamais sacrifiée au Bénin.

C’est donc avec gaité et sous une grande ovation que les différents acteurs de la réconciliation se sont séparés.

La presse sportive interpellée

Depuis hier, les associations de supporters des équipes nationales du Bénin parlent d’une même voix. Bien difficile que cela a pu paraitre, cette union a fini par voir le jour. Et c’est tout à l’honneur des protagonistes d’hier, associés d’aujourd’hui. Comme à son habitude depuis sa prise de fonction à la tête du sport béninois, Oswald Homéky a également joué un rôle prépondérant dans ces retrouvailles. Une belle initiative qui doit inspirer les professionnels de la presse sportive béninoise. En effet, nul n’ignore aujourd’hui que l’entente est la chose la moins partagée au sein de cette corporation spécialisée. Plusieurs associations ou unions sportives de journalistes se côtoient, rivalisent, voire se combattent. A tort ou à raison. A telle enseigne que le sport que tout ce monde prétend défendre en sort malmené. Les journalistes sportifs eux-mêmes offrent une image très écornée de leur profession. En ce moment, point n’est besoin de savoir qui a raison ou qui a tort. L’heure doit être à la réflexion profonde pouvant aboutir à un resserrement des rangs. Avoir un creuset unique pour l’épanouissement des professionnels des médias sportifs est la seule voie de la restauration de notre image. Ici aussi, l’idée circule depuis quelques mois. Les associations de supporters ont franchi le pas. A coup de volonté et de sacrifices, elles ont réalisé leurs vœux. Les journalistes le peuvent aussi. A nous d’en faire la démonstration.

P.Hascal Hounkpatin

Partagez

Tournoi de l’UEMOA 2016 : Les Écureuils en stage bloqué au Nord

novembre 7, 2016

 Les Écureuils du Bénin ont entamé, ce jeudi 03 Novembre 2016 une tournée nationale dans le Nord et dans le centre du Bénin. Le groupe a rallié Natitingou, ce vendredi 04 Novembre 2016 où ils ont affronté les Lions FC de l’Atacora. Une équipe qu’ils ont dominé par un score de 2-0. Les deux buts de la partie ont été possible grâce à des réalisations de Mama Séibou à la 57ème minute de jeu, suite à une frappe lointaine et de Ghislain Debouto à la 71ème minute sur une passe de Marcellin Koupko. Après Natitingou, les Écureuils ont affronté les Panthères de Djougou avant de rallier Parakou pour la suite du programme. À Parakou, les Écureuils doivent jouer contre les Buffles FC et Réal FC de Parakou, sans oublier une équipe de Kandi.

 P.L. (Coll.)

Partagez

Mise en place du Comité exécutif transitoire de la Fbf : Les vraies difficultés du gouvernement béninois

octobre 26, 2016

A ce jour, la Fédération béninoise de football (Fbf) ne dispose pas d’un Comité exécutif digne du nom. Malgré les efforts du gouvernement de Patrice Talon, le bout du tunnel tarde à se faire voir.

Le football béninois est toujours dans la tourmente. En dépit des jeux de coulisse de part et d’autre, la réalité est là, têtue. La crise persiste et il est vraiment difficile de prédire quoi que ce soit. Car, les différents protagonistes restent sur leur position.

Toujours des doutes

En effet, la séance de travail que les responsables Comité exécutif contesté de la Fédération béninoise de football a eue avec des représentants de club la semaine écoulée est révélatrice de la situation cocasse que vit le football dans notre pays. Car, le compte-rendu de la rencontre du ministre des sports avec les représentants des différentes tendances fait par Bruno Didavi a confirmé le désaccord profond. En principe, tout devrait s’articuler autour du protocole d’accord proposé par le ministre HoswaldHoméky et signé par tous. Avec à la clé la proposition du chef de l’Etat qui suggère que le Comité exécutif contesté soit maintenu, que les deux autres camps (Ahouanvoébla et Attolou) désignent chacun trois membres pour porter exceptionnellement le nombre du Comité exécutif de la Fbf à 21 membres.

Jusque-là, des doutes persistaient sur la faisabilité de la chose. Lors de la rencontre avec le ministre des sports, les divergences sont revenues en surface. MoucharafouAnjorin et son groupe ne veulent rien concéder. Ils se sont arcboutés sur la proposition du chef de l’Etat et ne veulent laisser aucun poste de responsabilité aux autres qui ne veulent pas faire office de simples membres.

Un grain de sable inattendu

Pour les autres, ou le nombre est revu à la baisse ducôte du comité en place, ou les rôles seront redistribués afin que chacun des camps se sente concerné. Voilà la pomme de discorde. Et à ce jour, il est très difficile de démêler l’écheveau.

Or, le comité exécutif en place est en passe de lancer un championnat national. La date du 29 octobre 2016 est même retenue, voire confirmée. Lors de la séance d’information, Anjorin a insisté que cette date est encore d’actualité. Sauf si le chef de l’Etat – qu’il dit respecter – en décide autrement. Et c’est là le grain de sable inattendu qui s’est introduit dans la machine. Tout est fait pour que le championnat soit lancé afin de couper l’herbe sous les pieds des protestataires. Mais la vigilance du chef de l’Etat n’a pas fait défaut. De sources bien renseignées, ce dernier n’est pas disposé à laisser ce championnat démarrer tant que le protocole d’accord n’est pas respecté. Jusqu’où iront donc les protagonistes dans leurs entêtements à tirer le drap à soi ?

En tout cas, le gouvernement béninois doit se convaincre que le dernier mot lui revient. Si la situation persiste, il doit prendre ses responsabilités et faire avancer les choses. D’une manière ou d’une autre.

Pascal Hounkpatin

Partagez

Préparation du tournoi de UEMOA 2016 : Mathias Déguénon donne une pré-liste de 32 joueurs

octobre 20, 2016

Du 26 novembre au 03 décembre 2016, le stade Kégué de Lomé au Togo va accueillir la 7e édition du tournoi de football de l’Union économique et monétaire ouest-africain (Uémoa). L’entraîneur principal de la sélection nationale locale du Bénin, Mathias Déguénon, a rendu publique, ce mardi 18 Octobre, la liste des présélectionnés pour la préparation. De sources bien crédibles, le  regroupement démarre le lundi prochain à 8h au stade de l’Amitié Mathieu Kérékou. Outre le Bénin, le tournoi qui n’accepte que les joueurs évoluant dans la sous-région ouest-africaine regroupe les pays tels que le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, pays hôte.

Liste des 32 joueurs retenus

Gardiens. : Christophe Aifimi (As Tanda/Côte d’ivoire), Judicael Agbokou (Energie), Steve Glodjinon (JA Cotonou), Marcel Dandjinou (Esae)

Défenseurs : Apollinaire Danvidé (As Douanes/Niger), Nabil Yarou (Aspac), Hervé Quenum (Requins), Eric Tossavi (Énergie), Antonin Kassa (Aspac), Rodrigue Gbetokpanou (Énergie) ,Charles Tiesso (Buffles), Dine Koukpere (JA Cotonou), Ismael Orou (Aspac), Romuald Bantanvi (Hodio)

Milieux : Arsène Loko (Africa Sports/Côte d’ivoire), Ferdinand Azinsou, Mama Seibou (Aspac), Pacifique Gbaguidi (Énergie), Ireke Agonhossou (JA Cotonou), Yaossa Fousseni (Uss Krake), Waris Aboky (JA Cotonou), Arnaud Kassa (Esae), Agnide Osseni (Uss Krake), Jean-Marie (Énergie), Rodrigue Kossi (Buffles), Moise Tegaou (Panthères)

Attaquants : Marcellin Koukpo (Énergie), Roméo Ahovey (As Police) , Joëyl Sogbo (Gbikinti/Togo) Ghyslain Debouto (Uac), Briciano Kouthon (Aspac)

Coach : Mathias Deguenon

Pascal Hounkpatin

Partagez

Rencontre d’informations à la FBF : Démarrage du championnat national, mais…

octobre 18, 2016

 Hier lundi 17 octobre 2016 au siège de la Ligue de football du Bénin à Cotonou, des responsables de clubs ont eu une séance de travail avec le Comité exécutif de la Fbf dirigé par Moucharafou Anjorin. Les modalités de démarrage du prochain championnat national de football ont été les points préoccupants.

Démarrage du prochain championnat national de football, conditions à remplir par les clubs pour exister devant la Fédération béninoise de football (Fbf), divers projets pour le développement durable du football béninois etc. Voilà grosso modo les points essentiels ayant fait l’objet de la rencontre de concertation que Moucharafou Anjorin a eue avec des responsables de clubs.

Positions inconciliables

Du compte-rendu fait par Bruno Didavi, 1er vice-président de la fédération dirigée par Anjorin, il ressort que le ministre des Sports a eu une séance de travail avec les trois ailes qui animent la crise du football au Bénin. L’objectif étant de relancer les négociations sur la base du protocole d’accord signé il y a quelques mois, et qui voudrait que chacun apporte du sien aux fins de juguler cette crise. Mais chacun a reposé ses conditions, ce qui n’a pas fait avancer les débats. Lorsque les tendances contestataires veulent que le Comité exécutif de la Fbf soit remembré d’une manière ou d’une autre, ces derniers insistent sur la proposition initiale du Chef de l’Etat qui a suggéré que les camps Attolou et Ahouanvoébla apportent chacun trois membres pour porter exceptionnellement le nombre de 15 à 21. Et ceci assorti de la réduction du mandat actuel de quatre à deux ans. Les positions étant pour le moment inconciliables, plusieurs autres réunions sont prévues pour arrondir les angles, peut-on retenir.

Reprenant la parole, Moucharafou Anjorin a expliqué que les échanges avec le président de la République, Patrice Talon, pourraient conduire à un report du démarrage du championnat national.

Des projets en vue ?

Prévu pour le 29 octobre prochain, cette date peut connaitre une modification si le chef de l’Etat le demande. « Pour le moment, la date du 29 est maintenue, sauf avis contraire du chef de l’Etat que nous respectons tous », dit-il. Selon ses propos, les formalités sont ouvertes et le report n’est pas pour le moment envisagé.

Pêle-mêle, Moucharafou Anjorin a rappelé les conditions indispensables à remplir pour être éligible pour la saison 2017-2018. Notamment la garantie de jouer les matches à domicile sur un terrain gazonné, avoir un siège permanent doté d’un secrétaire et d’une connexion internet, ouvrir un compte à la Banque Atlantique etc. Aussi, a-t-il annoncé une compétition régionale et nationale des centres de formation, et un championnat féminin que la Fifa est disposée à financer.

Pour sa part, Marius Dadjo qui représentait un club a suggéré à ses pairs la mise en place d’un comité qui va désormais parler en leurs noms et places afin d’éviter que d’autres le fassent à leur détriment. Une proposition acceptée qui a connu un début d’exécution.

Partagez

Conseil des Ministres du 12 octobre 2016 : Neuf nominations dans deux ministères

octobre 17, 2016

Au terme du Conseil des Ministres du 12 octobre 2016, on retient la prise d’importantes décisions. Aux fins de doter les administrations publiques, et ceci  au souhait du Gouvernement de la rupture, de personnes compétentes, le Conseil a prononcé neuf (09) nominations au profit du ministère de la justice et de législation et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Compte rendu du Conseil des Ministres

Le Conseil des Ministres s’est réuni mercredi, le 12 octobre 2016, sous la présidence de Monsieur Patrice Talon, Président la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.

Au cours de la séance, le Conseil a approuvé plusieurs dossiers.

I-Au titre des affaires.

I.I Projet de décret portant Attributions, Organisations et Fonctionnement du Contrôle Financier

Le Conseil des Ministres a examiné un projet de décret portant Attributions, Organisation et Fonctionnement du Contrôle Financier, présenté par le Ministre de l’Economie et des Finances.

Il est apparu nécessaire de mettre en cohérence le décret portant attributions, organisations et fonctionnement du contrôle financier, par suite de la mise en application du décret n°2016-421 du 20 juillet 2016 portant Attributions, Organisation et fonctionnement (AOF) du Ministère de l’économie et des finances. Ainsi, l’adoption de ce décret permettra la mise en conformité des attributions du Contrôle financier avec celles définies aux alinéas 9 et 10 de l’article 26 du décret portant attributions, organisation et fonctionnement du Ministère de l’économie et des finances et relatives à l’élaboration du répertoire des prix de référence.

Cette mise en conformité s’accommode donc de l’élaboration du répertoire des prix de référence. Elle s’étend également aux conditions de nomination du Contrôleur Financier, de son adjoint et des délégués du Contrôleur Financier.

2.Au titre des communications

2-I Recrutement du personnel enseignant contractuel au profit des Ministères des Enseignements Maternel et Primaire, Secondaire, technique et de la Formation Professionnelle.

Le Ministre du Travail, de la Formation Publique et des Affaires Sociales, le Ministre des Enseignements Maternel et Primaire et le Ministre des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle ont présenté au Conseil des Ministres, une communication conjointe relative au recrutement du personnel enseignant contractuel.

Le secteur éducatif béninois connaît une pénurie qualitative et quantitative d’enseignants, consécutive notamment à une mauvaise planification et aux départs massifs à la retraite du personnel enseignant au cours de ces derniers mois.

Les besoins de recrutement exprimés sont de trois mille six cent un (3601) enseignants pour l’enseignement maternel et primaire et trois mille quatre cent trente-deux (3432) pour l’enseignement secondaire, technique et la formation professionnelle, soit un total de sept mille trente-trois (7033) enseignants.

En approuvant cette communication, le Conseil des Ministres a autorisé l’organisation, dans les meilleurs délais, d’un concours de recrutement de sept mille trente-trois (7033) enseignants pour les deux ordres d’enseignement.

A cet effet, le Ministre du travail, de la Fonction Publique et des Affaires Sociales, a été instruit pour la bonne organisation de ces concours, dan le strict respect de la réglementation en vigueur.

2.2 Lancement officiel de la commercialisation du coton graine au titre de la campagne 2016-2017.

Le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et le Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat  ont présenté au Conseil, une communication conjointe relative au lancement officiel de la commercialisation du coton graine au titre de la campagne 2016-2017.

La commune de Ségbana a été retenue pour l’organisation, le jeudi 03 novembre 2016, de la cérémonie de lancement officiel de cette campagne. Il faut noter que cette commune a effectivement réalisé, au cours de la campagne 2016-2017, 105% des emblavures déclarées.

Le lancement de cette campagne consacrera l’ouverture des marchés de commercialisations du coton graine sur toute l’étendue des zones de production cotonnière au Bénin. Il marquera aussi le démarrage des opérations de pesée, d’évacuation du coton graine et de paiement aux producteurs. Il convient de souligner qu’au plan national, la campagne cotonnière 2016-2017 est marquée par un accroissement des emblavures qui sont passées de 306808 hectares en 2015-2016 à 418.279 hectares en 2016-2017.

2.3 Feuille de route pour la mise en œuvre du schéma national d’aménagement du territoire (AGENDA SAPATIAL)

Le Conseil des Ministres a examiné la Feuille de route présentée par le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable pour la mise œuvre du schéma national d’aménagement du territoire (AGENDA SPATIAL).

Le schéma national d’aménagement du territoire de l’Agenda Spatial, est un instrument qui traduit la vision de l’Etat en matière d’aménagement du territoire national et de son évolution sur le long terme. Il offre une image d’ensemble  de l’évolution souhaitable de l’espace national et de ses différentes composantes territoriales. Il assure également la gestion des ressources territoriales.

Cette décision de planification spatiale constitue une première au Bénin. Elle est sous-tendue par la loi cadre sur l’aménagement du territoire, adoptée le 26 mai 2016.

En approuvant cette feuille de route, le Conseil a instruit le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable, d’organiser les 17 et 18 novembre 2016, à Cotonou, en collaboration avec le Ministre d’Etat, Chargé du Plan et du Développement, une rencontre régionale, sur le thème  » Aménagement, attractivité et compétitivité des territoires : enjeux et expériences des pôles de développement en Afrique « .

2.4 Mémorandum de mise en place et d’opérationnalisation du cadastre national au Bénin.

Le Ministre de l’Economie et des Finances et le Ministre du Cadre de vie et du Développement Durable ont présenté au Conseil  une communication conjointe relative à la mise en place et à l’opérationnalisation du cadastre  national du Bénin.

Le Cadastre, institué par la loi N° 2013-03 du 14 2013 partant code foncier et domanial, a des fonctions technique, fiscale et juridique.

Afin de remédier aux graves problèmes consécutifs à l’insécurité foncière que connaît le Bénin, l’Etat a engagé, depuis plus d’une dizaine d’années, une  profonde réforme aux plans juridique et institutionnel. Divers outils et instruments de sécurisation foncière ont également été conçus. Ces réformes n’ont malheureusement pas pu aboutir, par manque d’outils  moderne et performant de gestion foncière.

Pour y remédier, le Gouvernement  a décidé de l’élaboration et de la mise en place d’un cadastre dont les opérations débuteront en janvier 2017.

En approuvant cette communication, le Conseil a autorisé le Ministre de l’Economie et des Finances et le Ministre du Cadre de vie et du développement Durable, de recruter un cabinet ayant l’expertise requise en vue de la réalisation des différentes étapes du processus.

Par ailleurs, il est demandé au Ministre du cadre et du Développement Durable et au Ministre dela Décentralisation et de la Gouvernance Locale, de faire suspendre toutes les opérations d’élaboration de documents cadastraux en cours sur toute l’étendue du territoire national.

2.5 Signature d’un contrat d’achat d’énergie pour la fourniture d’une puissance thermique de 60MW et paiement d’une partie des arriérées de dettes de la SBEE.

Le Ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines a présenté au Conseil des Ministres, une communication relative à la signature d’un contrat d’achat d’énergie pour la fourniture d’une puissance thermique de 60WM et le paiement d’une partie des arriérées de dettes de la SBEE envers la Communauté Electrique du Bénin (CEB)

Dans le cadre de la recherche de solution à court terme pour renforcer l’approvisionnement en énergie, par le biais de la diversification des sources d’approvisionnement et de production, le Haut Conseil Interétatique de la CEB a accordé au Bénin une dérogation pour l’achat et l’importation d’énergie électrique additionnelle sur le réseau interconnecté de la CEB.

Saisissant cette opportunité, le Ministre de l’Energie, de l’Etat et des mines a, après une exploration du marché sous régional, identifié le producteur privé, d’énergie nigérian Para Energy qui dispose d’équipements nécessaires pour offrir immédiatement une capacité additionnelle de 60 MW au Bénin.

Les négociations entreprises avec ce producteur ont abouti à un accord de livraison effective, pendant une durée d’un an, d’une puissance de 60 MW.

Par ailleurs, le paiement d’une partie des arriérées de dettes de la SBEE vis-à-vis de la CEB contribuera à renforcer le partenariat entre fournisseurs d’électricité conventionnelle de la CEB d’une part,  et de prouver la crédibilité du gouvernement face aux nouveaux fournisseurs d’énergie d’autre part.

En approuvant cette communication, le Conseil des Ministres a demandé au Ministre de l’Economie et des Finances et au Ministre de l’Energie, de l’Eau et des Mines, de prendre les dispositions nécessaires pour la mise en œuvre de ce contrat et le paiement effectif d’une partie des arriérées de dettes de la SBEE vis-à-vis de la CEB.

2.6 Annulation des procédures de passation de marchés dans le cadre  de la campagne pluriannuelle 2016-2018 des travaux d’entretien courant mécanisé du réseau routier classé et autorisation de travaux d’urgence d’entretien de routes et de pistes.

Le démarrage de la campagne pluriannuelle 2016-2018 des travaux d’entretien de routes et de pistes ayant accusé un grand retard, les dégradations initialement enregistrées se sont substantiellement accentuées, induisant l’accumulation de tâche à exécuter.

Par ailleurs, se référant à la consistance des tâches sur les axes, contenus dans le programme pluriannuel 2016-2018, il se dégage que certains axes en cours d’aménagement et dont les réceptions définitives interviendront courant 2017, ne figurent pas dans ledit programme. Ceci est contraire à la programmation de l’entretien sur le réseau routier qui intègre normalement tout axe dont la réception a été déjà prononcée.

Il convient de souligner que les fortes pluies se sont abattues sur toute l’étendue du territoire national ont eu pour conséquence l’aggravation de la dégradation du réseau de pistes et de routes en terre.

De ce fait, les éléments ayant servi de base à l’établissement de ce programme pluriannuel 2016-2018 sont totalement dépassés, d’où la nécessité de prononcer l’annulation dudit programme. En conséquence, il importe d’annuler les marchés de travaux

et les missions de contrôle, en attendant la mise en œuvre s’une nouvelle programmation pour la campagne pluriannuelle 2017-2019.

Il sied dès lors, de mettre en œuvre une campagne d’urgence d’entretien routier pour rendre les routes et les pistes carrossables sur toute l’étendue du territoire national.

En prenant cette décision, le Conseil a autorisé l’exécution, par procédure de gré-à-gré avec mise en concurrence, des travaux d’urgence d’entretien de certains axes du réseau routier classé sur financement  du fond routier. Aussi, a-t-il marqué son accord pour l’exécution en régie, par les Directions départementales des Infrastructures et des Transports, des travaux d’urgence de réfection de 4512 Km de piste sur financement du budget national.

  1. Organisation de rencontres au Bénin

Le Conseil des Ministres a autorisé l’organisation des réunions thématiques et de la cinquante deuxième (52ème ) réunion statutaire du comité des experts de l’Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA), qui se tiendront à Cotonou du 03 au 13 octobre 2016.

  1. Participation du Bénin à des rencontres internationales à l’étranger

Le Conseil des Ministres a autorisé la participation de notre pays :

-au séminaire régional des points focaux nationaux chargés de la communication de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE), qui se déroulera au Bamako, au Mali, du 11 au 13 octobre 2016;

-à la quatrième (4ème ) session de la Commission mixte Sino-Béninoise de Coopération Economique, Commerciale et Technique qui se tiendra à Béijing, en Chine, du 24 au 28 octobre 2016 ;

-à la réunion technique et ministérielle sur l’approche  » une seule santé  » pour lutter contre les maladies zoonotiques et les autres menaces y afférentes qui se tiendra à Dakar, au Sénégal, du 08 au 11 novembre 2016.

  1. Comptes rendus

5.1 Signature de l’accord de financement du programme d’urgence  » Fonds de Transition Eau « 

Le Conseil des ministres a examiné le rapport relatif à la signature, entre notre pays et le Royaume des Pays-Bas, de l’accord de financement du programme d’urgence  » Fonds de Transition Eau  » présenté par le Ministère de l’Economie et des Finances.

En effet, à la suite de la décision conjointe de la reprise conditionnée de la coopération entre les Pays-Bas et notre pays, et tirant leçon du scandale du PPEA II, il a été décidé de la formulation d’un nouveau programme eau et assainissement.

Parallèlement, les deux parties ont convenu, avant la finalisation de la formulation dudit programme, de l’élaboration d’un programme transitoire d’urgence, dénommé  » Fonds de transition en Eau « , afin de pallier les besoins urgents d’approvisionnement en eau potable des populations. C’est dans ce cadre que s’inscrit la signature de l’accord susmentionné.

 Ce programme vise, pour cette année 2016, le financement :

 » Des investissements prioritaires du Plan Communal Eau de vingt et une (21) communes sélectionnées selon des critères objectivement bien définis ;

 » Des investissements d’infrastructures d’Alimentation en Eau Potable de la SONEB.

D’un coût global de six milliards deux cent trois millions quatre cent soixante mille (6.203.460.000) Francs CFA, ce Programme d’Urgence contribuera, de façon significative, équitable et durable, à faciliter l’accès des populations à l’eau potable en quantité, en qualité et à un service d’hygiène de l’eau adéquat.

Le programme permettra spécifiquement :

 » D’améliorer la déserte en eau potable de 21 communes au Bénin, par la réalisation de 350 points d’eau potable, pour une couverture d’environ 87.500 personnes supplémentaires ;

 » De renforcer les capacités des communes en matière de passation des marchés et de gestion  du service public d’eau.

5.2 Point d’exécution du Programme de Restructuration et de Mise à Niveau des entreprises au Bénin (février 2008-juin 2016).

Le Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a présenté au Conseil, un rapport d’étape sur l’exécution du Programme  de restructuration et de Mise à Niveau (PRMN) des entreprises au Bénin, sur la période de février 2008 et à juin 2016.

Le Programme de Restructuration et de Mise à Niveau dans le secteur industriel est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) adoptée le 29 juin 2006 par l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (l’UEMOA).

Le PRMN, dans sa mission vise à :

- Renforcer les capacités des entreprises afin de leur permettre de suivre et de maîtriser l’évolution technologique, de s’adapter aux exigences de l’intégration régionale et de la compétition internationale ;

- Faciliter l’émergence de service d’appui (centres techniques, bureaux d’études et autres services liés au développement des industries) qui offriront les compétences et les qualifications indispensables aux entreprises.

Le Comité national de pilotage de ce programme, composé d’industriels du secteur privé et présidé par le Ministre chargé de l’industrie, a mis en place un organe exécutif dénommé Bureau de Restructuration et de Mise à Niveau (BRMN). La création de ce bureau a consacré le démarrage officiel des activités du PRMN.

Depuis le lancement de ses activités en mai 2008, le PRMN-Bénin s’est doté d’un plan d’exécution marqué par deux (02) phases opérationnelles :

 »        Une phase pilote, d’une durée de deux (02) ans (2008 et 2009) ;

 »        Une phase de déploiement, d’une durée de trois (03) ans.

La phase pilote a finalement duré six (06) ans et a été clôturée dans tous les pays de l’UEMOA, le 31 décembre 2013, par le déboursement des primes aux entreprises après la réalisation de leurs investissements.

Avant le terme de cette phase, notre pays a validé son propre Programme National de Restructuration et de Mise à Niveau le 31 mai 2012. Sa mise en œuvre a été officialisée par décret le 09 octobre 2014.

De l’examen du rapport présenté par le Ministre sur l’exécution de la phase pilote du PRMN au Bénin, plusieurs acquis ont été notés, notamment :

-     L’appui direct aux entreprises sélectionnées en termes de financement d’études diagnostiques et de primes de relèvement versées ;

-     L’adhésion de plusieurs entreprises au programme;

-     L’orientation de certaines entreprises béninoises vers la restructuration et d’autres vers la mise à niveau.

Le Conseil a également noté que, malgré ces résultats qui augurent d’un environnement et d’un contexte favorables à la poursuite du programme, des difficultés vécues par l’organe exécutif nécessitent d’être aplanies.

 C’est pourquoi, le Conseil, en approuvant ce compte rendu, a instruit le Ministre de l’industrie, du Commerce et de l « ‘artisanat, en collaboration avec les autres départements ministériels concernés, à prendre les dispositions idoines aux fins d’assurer la mise en œuvre effective des recommandations formulées par le Comité de pilotage du PRMN-Bénin.

5.3 Rapport de la session ordinaire annuelle 2015 du Conseil National de la Recherche Scientifiques et Technique

Le Ministre de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a présenté au Conseil, un compte rendu de la session ordinaire annuelle 2015 du Conseil National de la Recherche scientifique et Technique.

Le Conseil National de la Recherche Scientifique et Technique (CNRST) est l’organe faîtière de gouvernance du secteur de la recherche au Bénin. Sa mission est de contribuer au processus global et de développement du pays.

Conformément à l’article 11 du décret N°2015-584 du 18 novembre 2015, portant création, attributions, composition et fonctionnement du CNRST, le Conseil a tenu sa session ordinaire de l’année 2015, les 05 et 06 janvier 2016 à Cotonou.

Les rapports d’activités présentés par les structures de recherche concernent les diverses thématiques retenues, à savoir les sciences exactes et naturelles, les sciences technologiques et d’ingénierie, les sciences médicales et sanitaires, les sciences agricoles et les sciences sociales.

Ces rapports mettent en exergue les principales contraintes devant être réglées pour faciliter les recherches pour le développement au Bénin. Il s’agit notamment de l’insuffisance de personnel qualifié pour la recherche, du manque d’infrastructures et de financement, de la faiblesse de partenariat entre les structures de recherche.

En approuvant ce compte rendu, le Conseil a instruit le Ministre de l’Enseignement Supérieur  et de la Recherche Scientifique et le Ministre du Travail, de la Fonction Publique et des Affaires Sociales, à prendre les mesures nécessaires pour recruter et mettre à la disposition des structures de recherche, spécialement du Centre Béninois de la Recherche Scientifique et de l’innovation (CBRST), des chercheurs qualifiés, dans le cadre du budget exercice 2018.

5.4 Séminaire gouvernemental d’appropriation de la loi sur les PPP

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et de la Législation, a rendu compte au Conseil, du vote, par l’Assemblée Nationale, de la loi sur les Partenariats Public-Privé (PPP) en République du Bénin.

La loi sur les PPP constitue un instrument juridique majeur pour assurer les investisseurs privés nationaux et étrangers, en même qu’elle contribuera à assainir l’environnement des affaires dans notre pays.

Le Conseil des Ministres, se félicitant de l’adoption de cette loi, et convaincu qu’elle facilitera l’accélération du financement en vue du démarrage effectif des grands projets d’infrastructures de notre pays, a décidé d’organiser un séminaire gouvernemental pour sa vulgarisation. Ce séminaire permettra en effet à tous les membres du Gouvernement et aux cadres de l’administration impliqués dans la chaîne de réalisation des projets et des marchés publics, de s’imprégner du contenu de ladite loi et des modalités de son application.

5.5 Amélioration des dispositions d’immatriculation des véhicules destinés à l’usage des membres du corps diplomatique en République du Bénin

Le Conseil des Ministres a, au cours de cette séance, déploré la lourdeur administrative et le retard criard qui caractérisent le processus d’immatriculation des véhicules en général et ceux destinés à l’usage des membres du corps diplomatique en particulier. Le Conseil, pour mettre fin à cette situation, a instruit :

-         Le Ministre de l’Economie et des Finances et le Ministre des Infrastructures et des Transports, en collaboration avec leur collègue des Affaires Etrangères et de la Coopération, de prendre toutes les dispositions administratives nécessaires aux fins de raccourcir le délai d’immatriculation et de pose de plaque minéralogique sur tous les véhicules en général et ceux destinés à l’usage des membres du corps diplomatique en particulier ;

-         Le ministre des Infrastructures et des Transports, de faire prendre les dispositions idoines pour satisfaire, dans les meilleurs délais, à toutes les demandes d’immatriculation de véhicules destinés à l’usage des membres du corps diplomatique en instance au niveau de l’Agence Nationale des Transports Terrestres.

Partagez

Encadrement technique des Ecureuils locaux : Concertation entre Mathias Deguénon et son staff

octobre 17, 2016

« Qui veut aller loin ménage sa monture « dit l’adage. Ainsi, juste après sa nomination au poste d’entraîneur principal de l’équipe nationale de l’Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA), Mathias Deguénon prend le taureau par les cornes. En effet, dans la soirée de ce vendredi 14 Octobre 2016, l’entraîneur principal a pris contact avec son staff lors d’une séance de travail qu’il a eue avec tous les membres de l’encadrement. Lors de cette séance, Mathias Deguénon a profité pour exposer le code de bonne conduite de l’encadrement technique. « Chacun doit jouer son rôle pour la réussite de notre combat « a lancé l’entraîneur principal qui a clairement affiché son ambition: celui de revenir avec le trophée. Pour son adjoint, Bruno Adoula Goudjo très motivé, « le staff n’a pas droit à l’erreur. Le Bénin a échoué deux fois en finale à cette compétition et il faut que cet encadrement inscrive son nom dans l’histoire «. Le coordonnateur Bienvenu Mehounou n’a pas manqué de remercier l’entraîneur pour avoir initié la rencontre. Il a rassuré tous les membres de l’encadrement que tout se passera bien. Selon le programme d’activités qui reste encore à être validé, le regroupement démarre la semaine prochaine.

P.L (Coll.)

Partagez

Confédération africaine de handball : 3e mandat pour le Béninois Mansourou Arèmou

octobre 17, 2016

Depuis ce week-end, la Confédération africaine de handball (CAHB) a son nouveau comité exécutif. Sans surprise, c’est le Béninois Mansourou Arèmou qui rempile à la présidence.

Pour la troisième fois consécutive, le Béninois Mansourou Arèmou prend les rênes de la Confédération africaine de handball (CAHB). Seul candidat en compétition au poste de président, il a été plébiscité par ses pairs du continent africain. A l’unanimité, tous les congressistes lui ont fait entièrement confiance. C’était ce week-end à l’occasion du 20e Congrès électif de la CAHB tenu samedi dernier à Conakry en Guinée.

Sans détour, il faut dire tout de suite que la réélection du Béninois Mansourou Arèmou est une prime à la compétence. Après avoir pris le témoin des mains de l’Ivoirien Christophe Yapo en 2008, notre compatriote a remis le handball africain sur de bons rails. Les compétitions statutaires, tant au niveau des clubs que des sélections nationales, se tiennent régulièrement chaque année. La progression est palpable et les meilleures nations africaines se comportent assez bien lors des joutes internationales.

Pendant huit ans donc, il a conduit avec dextérité les destinées de la confédération. A l’image de ce qu’il avait fait pendant qu’il était président de la Fédération béninoise de handball (FBHB). C’est vrai que la discipline bat de l’aile au Bénin, malgré la bonne volonté de l’actuel président, Antoine Bonou. Mais le président de la CAHB n’a jamais monnayé son soutien. Notre souhait est qu’il fasse davantage afin que le handball béninois retrouve ses lettres de noblesse.

Pour le reste, Mansourou Arèmou a l’occasion, pendant quatre années supplémentaires, de pousser plus loin son projet de développement pour le handball africain. Dès lors, il pourra penser à sa propre succession. Car, trop de mandats pourraient ternir à terme son fabuleux passage à la tête de la CAHB.

Pascal Hounkpatin

Partagez

3ème éditions du tournoi de volley-ball ‘’Ali Yao’’   : Etudiantes et financiers sacrés champions

octobre 17, 2016

 Le tournoi de volley-ball doté du trophée ‘’Ali Yao’’ qui était à sa 3ème édition a pris fin samedi dernier au stade Charles de Gaulle à Porto-Novo avec le sacre de l’UAC chez les dames et du Ministère des Finances et de l’économie chez les hommes.

Le public qui a fait le grand déplacement n’était pas déçu cas les finalistes de ce tournoi ont offert un spectacle de qualité. Les étudiantes de l’UAC, donnée favorites devant leurs homologues de ASO Modèle n’ont pas eu la tâche aisée pour se sortir d’affaire. Après avoir gagné les deux premiers sets, elles ont perdu le troisième avant de se reprendre pour s’imposer au quatrième set. Finalement, elles se sont imposé pas 3 sets à 1. Du côté des hommes, on pensait les sociétaires de JSP d’Avvakoum capables de faire courber l’échine aux financiers après avoir sorti l’as Police en demi-finale. Mais, rien n’y fit. Malgré tonte leur détermination, ils ont subi la loi des financiers qui ont mis leur expérience en jeu pour s’imposer. Le promoteur du tournoi Ali Yaro s’est dit très satisfait du spectacle offert par les joueurs. Cela augure naturellement d’un avenir meilleur. Pour, c’est un travail qui se fait pour l’avenir, car l’objectif poursuivi  est d’avoir les résultats de tout d’investissement dans les 3 ans à venir. Ainsi, on pourra avoir des équipes performantes. D’ailleurs, il a estimé qu’il importe de renforcer les centres pilotes mis en place pour que les objectifs soient atteints.

Nestor Hounkpatin (Coll.)

Partagez

Dieudonné Lokossou Sg/Csa-Bénin à propos de l’interdiction des associations estudiantines : «  Si quelqu’un veut piétiner le droit, nous allons réagir »

octobre 17, 2016

Le Secrétaire général de la Csa-Bénin, Dieudonné Lokosssou était  face aux hommes des médias le vendredi 14 octobre. C’était dans le cadre du 115ème numéro de la rencontre hebdomadaire des journalistes ‘’Café Médias  plus’’ où  il est invité pour se prononcer sur la décision gouvernementale interdisant les activités des associations estudiantines dans les universités nationales du Bénin.

La décision gouvernementale interdisant les activités des associations estudiantines dans les universités nationales du Bénin demeure toujours d’actualité. Malgré le silence des hommes épris de paix qu’on a vu dans ce pays se prononcer chaque fois qu’il y a dérive, les secrétaires généraux des centrales et confédérations par contre donnent toujours de la voix par rapport à cette décision. C’est le cas du Secrétaire général de la Csa-Bénin Dieudonné Lokossou qui n’a pas eu la langue de bois. Sa position est sans ambages ; «  nous sommes dans un Etat de droit et si quelqu’un veut piétiner le droit nous allons réagir.  Les raisons évoquées par les ministres du gouvernement au cours de leur sortie médiatique est un folklore selon Dieudonné Lokossou. « Je ne conçois pas qu’un certain maître Djogbénou qui venait chaque fois à la Bourse du travail les mercredis rouges et on prenait le risque de porter les chemises rouges avec lui qu’aujourd’hui qu’il soit de l’autre côté de la baraque, il dit que les libertés c’est du vent », souligne-t-il.  En effet, depuis que les évènements ont commencé à l’Uac, ces centrales et confédérations syndicales ont fait des démarches. Elles sont allées voir le président Patrice Talon  pour plaider en faveur des étudiants, mais contre toute attente aux dires de Dieudonné Lokossou, le président patrice Talon leur a répondu tout simplement que le recteur est un élu que lui ne veut pas se mêler des problèmes de l’Uac. Ce gouvernement qui a dit qu’il ne veut pas se mêler aux affaires de l’Uac est allé au-delà de ses prérogatives selon Dieudonné Lokossou. ll y a des textes qui régissent le fonctionnement de l’Uac.  Dans le même temps, il y a des services de renseignements. Dire aujourd’hui que les associations des étudiants  recrutent des milices et des militaires, Dieudonné Lokossou s’exprime en faux et dire que ces services de renseignements ont failli à leur mission. A en croire Dieudonné Lokossou en prenant cette décision, le gouvernement du président Talon  veut instaurer la pensée unique, ce qui ne passera pas. A cet effet, il invite les étudiants à se réveiller pour mieux défendre leurs intérêts.En conséquence, le secrétaire général de la Csa-Bénin annonce une sortie des centrales et confédérations syndicales pour jeudi prochain. «  Pour nous le silence n’est plus possible. Le jeudi vous aurez notre son de cloche. Nous le ferons parce que nous n’avons jamais pensé qu’en siégeant au palais, on va retourner le fusil vers les étudiants et les travailleurs », a-t-il annoncé.

Boniface Kabla

Partagez

Page suivante »

writing papers term paper writer discount code improve essay writing buy school papers online college essay help connecticut