Un rêve crocodile

23 mai 2016 par  

Patrice Talon offre sa première interview de Président de la République au quotidien français, le Monde. Il s’agit d’un choix fait au détriment du  » Local « . Ce ne devrait pas être une joie pour les  » locaux  » qui auraient pu revendiquer, par un communiqué conjoint, via leurs associations dites professionnelles, un droit à la consommation locale en matière de première grande interview. Trois centres d’intérêts se dégagent de cet entretien : Le conflit d’intérêt entre l’Etat et lui (1) ,le programme d’ajustement structurel du pays (2) et la lutte contre la corruption (3).

  1. Le conflit d’intérêt entre l’Etat et le Président Patrice Talon

Le Président a évoqué la question du conflit d’intérêt ? Il s’en défend ?  » Je suis sorti de toutes les participations qui pouvaient prêter à un conflit d’intérêt  » a -t-il martelé. Ce n’est pas une démonstration. On peut soupçonner un acte de bonne foi. Il reste au Président de prouver davantage que le retour de l’Association Interprofessionnelle du Coton (AIC) n’est pas un lit d’amertume pour les cultivateurs. Le Président persiste et signe. L’avenir du coton sera bâti par ceux qui vivent de l’égrenage. Et comme par hasard, l’essentiel appartient à qui de droit.

  1. Le Programme d’Ajustement Structurel

Pour le Président de la République, le Bénin a été mal géré ? C’est un désastre. Il voudrait bien remettre le pays sur les rails. Il entend supprimer des postes. Et il a commencé avec l’abrogation tam-tam des décrets instituant certaines institutions. Ensuite, il voudrait un mandat unique dans la constitution. Bref, il rêve d’un Bénin grand sans beaucoup de fonctionnaires. Les dépenses du pays sont maigres. Cela s’appelle de l’ajustement structurel. Y parviendra-t-il, sans les fonctionnaires et cette conviction que  » le Bénin va très mal sur tous les plans « . Il a un avantage certain celui de ne vouloir qu’un seul mandat.

  1. La lutte contre la corruption

Le Président Patrice Talon voudrait rouvrir le dossier du PPEA2. Comme par exemple. Une promesse faite aux néerlandais. Ce n’est pas tout. Ceux qui auront des casseroles devront en répondre. Le volontarisme est affiché. Ce n’est pas assez. L’état de la magistrature est un facteur limitant. Faut-il désespérer ? Non. Le Président Ouattara en arrivant au pouvoir a été confronté à cette difficulté. Une magistrature à la compétente hésitante ne saurait être le ferment de la lutte contre la corruption. Loin de la coupe aux lèvres, il ya des conditions à créer ?

En conclusion, cette première grande interview a permis de savoir que la presse locale n’est pas le boulevard de sa communication. La presse locale est sans doute une piste rurale. Il faudra travailler pour qu’elle devienne un boulevard. Enfin, le Président de la République rêve d’entrer dans l’Histoire. Les enjeux et contraintes de l’environnement en font un rêve difficile mais pas impossible. Toutefois, ceux qui ont cru que l’œuf du 20 mars allait engendrer un coq attirable par des mais se sont trompés. L’œuf était celui d’un crocodile.

Herbert Tauyé HOUNGNIBO

Commentaires

Feel free to leave a comment...
and oh, if you want a pic to show with your comment, go get a gravatar!