Rentrée scolaire 2013-2014 : Soumanou Djimba privilégie la formation des créateurs d’entreprises

2 octobre 2013 par  

Dans sa lutte contre le chômage au Bénin, le Président de la République a lancé un bon de commande de 300 jeunes entrepreneurs auprès des Lycées Techniques Agro-pastoraux et industriels. Ce projet soutenu par le Secrétaire Général des Nations-Unies, qui prône l’éducation avant tout, sera piloté par le ministre Soumanou Djimba.

Inscrivant l’éducation et surtout la promotion de l’emploi des jeunes en bonne place dans ses actions de développement, le Chef de l’Etat prévoit mettre un accent particulier en 2014 sur l’initiation des jeunes des lycées techniques à l’entreprenariat. Ainsi, à quelques jours de la rentrée académique 2013-2014, il a donné à cet effet des instructions précises au Ministre de l’Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l’Insertion des Jeunes, Alassane Soumanou Djimba. En effet, il s’agit pour ce dernier de préparer désormais ces jeunes des différents centres de formations au Bénin à la fabrication et à la production. Loin de tomber dans les oreilles de sourd, ces instructions ont reçu un écho favorable du Ministre Djimba. De ce fait, son équipe et lui s’attèlent déjà à faire entrer 300 jeunes titulaires du Diplôme d’Etudes Agricole Tropicale (Deat) et du Brevet d’Etudes Agricole Tropicale (Beat) dans les centres de formations Professionnelles en vue d’un encadrement spécial. Dans ce cadre, les portes du Lycée Technique agro-pastoral de Banikoara seront ouvertes à 150 futurs entrepreneurs. Les 150 restants seront accueillis au Lycée technique agro-pastoral d’Adjahonmè. Ayant suivi une formation professionnelle de 4 ans après le Bepc pour obtenir le Deat et le Beat, l’on estime que ces 300 jeunes ont les pré-requis nécessaires pour investir à leur propre compte le marché de l’agro-alimentaire béninois. Le Chef de l’Etat a donc voulu les envoyer dans ces lycées pour qu’ils maîtrisent les techniques de création d’entreprise. Toutefois, le gouvernement veut privilégier les ‘’vrais’’ centres de formation professionnelle capables de donner aux apprenants le savoir-faire nécessaire. En 6 mois, ces jeunes seront aguerris dans les filières de l’élevage, de la mécanique, de l’électronique, de la menuiserie, du génie civil et bien d’autres encore. Grâce à cette formation et leurs diplômes de base, ils n’auront alors besoin que d’un minimum d’accompagnement pour créer leur propre société. Il sera donc fait de ces jeunes des donneurs de salaires et non des salariés. Le Ministère de la Formation Technique et Professionnelle entend donc contribuer par l’adéquation formation-emploi au renforcement du tissu industriel. Rappelons que les deux lycées (Adjahonmè et Banikoara) désignés comme centres d’incubation de ces premiers 300  jeunes ont été des cadeaux du Chef de l’Etat à la jeunesse béninoise lors de la fête de l’indépendance, édition 2013.

Victorin Fassinou

Partagez

Commentaires

Feel free to leave a comment...
and oh, if you want a pic to show with your comment, go get a gravatar!