Supervision de la campagne de distribution gratuite des moustiquaires imprégnées : Dorothée Kindé Gazard descend dans l’Ouémé et le Plateau (Un plan B envisagé pour les laissés pour compte)

12 juillet 2011 par  

Malgré les quelques dysfonctionnements observés par endroits, la campagne de distribution gratuite de moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (Mild) a effectivement démarré sur toute l’étendue du territoire. Après le lancement officiel de cette campagne vendredi dernier par le Chef de l’Etat à Comè, la ministre de la santé Dorothée Kindé Gazard est descendue dimanche dernier dans le département de l’Ouémé et du Plateau pour constater l’effectivité de la distribution. C’était sous une pluie battante que la délégation ministérielle s’est rendue dans quelques postes de distribution.

Entre enthousiasme frénétique et attente désespérante, les populations sont sorties massivement pour entrer en possession de l’arme fatale contre le moustique  anophèle : la moustiquaire imprégnée à longue durée d’action. C’est un monde bigarré, mixte et très composite que la ministre de la santé trouve à la maison des jeunes de Sèmè-Podji, première étape de la tournée. Là, la distribution se fait sans difficultés majeures. Les femmes et des hommes dont les visages expriment la désolation sont ceux qui n’ont pas trouvé leur nom dans le registre malgré qu’ils aient gardé le coupon exigé qu’ils ont eu lors de la campagne de vaccination contre la poliomyélite. Ou encore ceux dont les coupons sont perdus et qui ne peuvent bénéficier de cette moustiquaire imprégnée. Face à ce constat, Dorothée Kindé Gazard a exigé le recensement de tous ceux-là qui sont laissés pour compte. A la deuxième et troisième  étape de cette tournée qui est respectivement Avakpa Tokpa et le centre de santé d’Akron dans la commune de Porto Novo, à 16h30mn le poste de distribution était fermé. Selon les explications de la  superviseuse du centre de distribution, Yvonne Sohoundé et la représentante du Psi, Jocelyne Yansunu, il y aurait eu rupture de stocks de  moustiquaires. A ce sujet, le ministre de la santé, le professeur Dorothée Akoko Kindé Gazard a rassuré les ménages d’un plan B à travers les distributions de routine qu’organisent les centres de santé.

Pas de laissés pour compte, un plan B envisagé

Les chiffes révèlent 15 balles de 50 moustiquaires lors du passage de la délégation ministérielle. Mais dans le même temps des disparitions de balles de moustiquaires s’observent. C’est le cas du poste de distribution du centre de santé d’Akron, toujours dans la commune de Porto Novo. Là, outre la disparition d’une balle de moustiquaires, une rupture partielle de stocks a été observée. Toutefois, les responsables de la disparition de cette balle de moustiquaires ont été mis aux arrêts et présentés au procureur de la république près le tribunal de Porto-Novo.  Ces individus devront répondre de leurs actes, a confié le directeur départemental de la santé. Le ministre de la santé dans son souci de préservation de l’environnement a profité pour demander une incinération publique des sachets contenant les moustiquaires. A la fin de la tournée une réunion de synthèse a lieu dans les locaux de la Direction départementale de la santé de l’Ouémé et du Plateau. Il en ressort de ce tête-à-tête entre la délégation ministérielle et le directeur départemental de l’Ouémé/Plateau Hubert Alihonou Dedjan que des zones restent inaccessibles à cause de l’inondation. C’est le cas d’Adja Ouèrè. Tandis que la commune de Pobè n’a pas reçu d’équipes de distribution pendant que 679 équipes couvrent les 600 postes dénombrés dans ces deux départements. Face à tous ces dysfonctionnements et ratés observés par endroits, Dorothée Kindé Gazard recommande que les trois jours de distributions prévus soient rallongés s’il en venait que les populations ne sont pas satisfaites dans leur globalité. Par conséquent, un plan B est prévu à cet effet. «Personne ne sera laissé pour compte. Nous sommes en train d’envisager un plan B et le plan sera pour ceux qui ne seront pas servis au cours de ce plan A», a dit Madame le ministre de la santé. Il faut également noter par endroit la malhonnêteté de certains citoyens qui pour trouver la moustiquaire à toute leur famille, préfèrent faire double inscription. Un peu comme pour dire que face à des disparitions mystérieuses de moustiquaires, même la malhonnêteté peut devenir l’option privilégiée  pour survivre au paludisme.

 

Des défaillances constatées à Porto-Novo

L’opération de distribution  de moustiquaires aux populations a démarré à Porto-Novo le samedi 09 juillet 2011 à l’instar des autres communes du Bénin. Mais le constat fait est que l’offre du gouvernement en moustiquaires est inférieure à la demande exprimée par les bénéficiaires.

La campagne nationale pour l’accès universel aux moustiquaires Bénin 2011 a bel et bien démarré dans l’ensemble des communes de l’Ouémé-Plateau. A Porto-Novo, la demande de la population en moustiquaire est loin d’être satisfaite. L’offre du ministère ne couvre pas les besoins réels, en dépit de l’enquête préalable réalisée à travers la distribution de coupon d’identification du ménage. Quelle que soit la taille du foyer, le plancher de la distribution a été fixé à huit moustiquaires. Mieux, les points de distribution ne sont pas forcément installés en fonction de la proximité des bénéficiaires. Il y a un mélange indescriptible des registres qui servent de référence aux agents distributeurs. Conséquence, des bénéficiaires peuvent retrouver leurs noms dans d’autres quartiers  après avoir perdu beaucoup de temps dans les rangs, en sillonnant d’innombrables points de distribution de leur arrondissement ou quartier de ville.  Obtenir une moustiquaire pour certains relève d’un parcours de combattant. Sauf les plus chanceux qui arrivent à tirer leur épingle du jeu. A en croire M. Sanni Djamal, agent distributeur du point de l’Epp Tokpota I, « au départ, il n’y a pas eu  une grande affluence de la population. A la première journée, on a fait  40 balles de 49 à 50 moustiquaires par balle soit 400 moustiquaires environs distribuées.  Ce matin, nous sommes déjà à trois balles.  Nous sommes autour de 550 moustiquaires données. Il y a eu des cas d’indiscipline, de bagarre hier. Les besoins exprimés par les populations sont supérieurs aux statistiques prévisionnelles. Cette inadéquation a amené les autorités à nous dire de donner une moustiquaire par foyer de deux personnes. Si le foyer contient 3 personnes, on donne deux moustiquaires. Mais le plancher est de 8 moustiquaires quelle que soit la taille du foyer ». Mieux, certains foyers laissés en rade lors de l’opération d’enregistrement des potentiels rodent en désespoir de cause.  Pour Bienvenu Guèdègbé, conseillé local, «le travail se déroule dans de bonnes conditions. Il y a des gens qui viennent sans coupon d’identification de ménage. Parait-il que les agents enregistreurs n’ont pas été dans leur domicile pour délivrer les coupons. Nous invitons les autorités à trouver une solution pour les soulager».  Toutefois, tout n’est pas mauvais dans l’opération. M. Djivoézoun Hodazindji, chef quartier Tokpota II, décerne un satisfecit aux agents distributeurs qui, selon lui, viennent à temps et font leur travail avec probité et beaucoup d’enthousiasme. Les équipes expliquent aux bénéficiaires le mode d’utilisation et d’entretien des moustiquaires avant de les remettre.

Dénis Magnidet et Tobie P. Ahlonsou (coll)

Partagez

Commentaires

Feel free to leave a comment...
and oh, if you want a pic to show with your comment, go get a gravatar!